Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études des modes d’industrialisation – CEMI

Jean-Paul Hébert et Catherine de Montlibert-Dumoulin
p. 643-645

Texte intégral

Jean-Paul Hébert, ingénieur de recherche

Production d’armements, production de sécurité et relations transatlantiques

1Le séminaire a poursuivi le travail entamé l’année précédente d’établissement et d’analyse des données sur la défense sur la période écoulée depuis l’avènement de la cinquième république. La synthèse de ces travaux a constitué la présentation d’ensemble du colloque « « La politique industrielle d’armement et de défense de la Ve République : évolution, bilan, perspectives », organisé à l’EHESS en septembre 2008 qui a rassemblé 200 participants. On a parallèlement étudié l’évolution des politiques d’armement européennes et américaine ainsi que l’inflexion des flux mondiaux et ces résultats ont été présentés au festival international de géographie de Saint-Dié des Vosges, consacré en 2008 à Entre guerres et conflits : la planète sous tension. La même démarche comparative s’est appliquée à l’analyse des adaptations des politiques de défense de quatre pays anglosaxons (États-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Australie) dans un échange de travail avec le département de sciences politiques de l’université du Québec à Montréal et à la confrontation des résultats des deux principales firmes européennes d’armement (EADS et BAE Systems) exposée au colloque de la Fundacio per la pau de Barcelone sur « l’Europe et les armes ».

2Les participants au séminaire ont enrichi la réflexion d’apports novateurs sur le développement des milices dans les pays Issus de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, sur les perspectives des relations d’armement entre la France et les pays du Moyen-Orient et du Maghreb-Machreck, sur la nouvelle posture nucléaire américaine : sur ce dernier point en particulier on a souligné qu’un des traits marquants de la période est la relative marginalisation des instruments nucléaires dans la panoplie militaire américaine et une certaine conventionalisation des armes atomiques, dans la ligne d’ailleurs de la Nuclear posture review de 2001, qui a puissamment contribué à ce mouvement qui fait que la « triade nucléaire » classique – missiles mer-sol, missiles balistiques intercontinentaux et bombardiers stratégiques – a été intégrée au sein de ce qu’on peut caractériser comme une triade de nouvelle génération et qui rassemble les systèmes de frappe offensifs (qu’ils soient nucléaires ou pas), les systèmes de défense passifs et actifs (notamment la défense antimissile) et l’infrastructure de la défense (là encore qu’il s’agisse des moyens classiques ou des moyens nucléaires).

3Ces évolutions ont été analysées aussi bien sur un plan International avec une séance consacrée spécialement à l’industrie russe d’armement que sur un plan européen et national avec une lecture parallèle des livres blancs de 1994 et de 2008, mettant particulièrement en valeur l’importance de l’introduction de la notion de « sécurité » comme englobant et dénaturant le concept de défense. Du coup, on a relié à cette transformation doctrinale l’évolution concrète des moyens de défense français (contraction des effectifs, bouleversement des implantations territoriales, développement des unités d’opérations spéciales...) qui rend totalement obsolètes les analyses en termes de révolution dans les affaires militaires telles qu’elles étaient caractérisées au milieu des années 1990.

4Ces dernières perspectives seront la base de départ du séminaire en 2009-2010.

Catherine de Montlibert-Dumoulin

Ruptures et continuités dans la sphère étatique et ses conséquences sur l’administration russe. Des dernières années de l’Union soviétique aux premières années de la Fédération de Russie (1989-1996)

5Le séminaire a pour objet d’analyser les relations qu’entretient l’État russe avec le processus d’industrialisation des années 1850 à 1991, tout en prenant en compte le fait que ce processus transforme également les États-Unis, l’Angleterre, la France, l’Allemagne et le Japon notamment.

6Adoptant le critère des ruptures et des continuités dans la sphère étatique, le cours distingue une première rupture avec la problématique de l’abolition du servage, une seconde avec la mise en œuvre du projet révolutionnaire et celle de 1991 avec la disparition de l’URSS comme sujet de droit international. Le cas russe présente la particularité que l’État sur presque toute la période du XXe siècle et ce en dépit de conceptions hostiles ou contradictoires quant à son rôle est devenu le vecteur des transformations et a porté le processus d’industrialisation. Il a même en certains moments été novateur.

7Il sera montré dans quelles conditions l’État soviétique reprend l’héritage de l’État russe et l’État de la Fédération de Russie celui de l’État soviétique et comment évoluent ses attributions, ses procédures, la gestion des personnels et son périmètre d’intervention. Deux éléments de consensus sont mis en valeur : la mobilité ascendante pendant la phase d’industrialisation stricto sensu et la protection sociale complémentaire.

8Enfin, sans mésestimer la composante policière et la violence d’État, nous nous sommes interrogés sur la composante militaire de cet État.

9Le séminaire a présenté de façon détaillée le mécanisme de la planification en vue de l’industrialisation, en insistant sur les types d’outils et de procédures mis en œuvre (objectifs, allocations en personnels et en moyens), les objectifs d’accroissement du capital et la politique de redistribution afférente, ainsi que les difficultés rencontrées et les réformes pour y remédier. La question des effets de la réduction à la portion congrue de la fonction consommation dès le début des années 1930 et de sa réemergence à partir de la fin des années 1950 a été posée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Hébert et Catherine de Montlibert-Dumoulin, « Centre d’études des modes d’industrialisation – CEMI », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 643-645.

Référence électronique

Jean-Paul Hébert et Catherine de Montlibert-Dumoulin, « Centre d’études des modes d’industrialisation – CEMI », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20301

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Hébert

Articles du même auteur

Catherine de Montlibert-Dumoulin

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals