Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée – CRPPM

Jean-Pierre Albert et Philippe Boissinot
p. 663-664

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études
Philippe Boissinot, maître de conférences

Ethnogenèses et autochtonies. Approches anthropologiques et archéologiques

1Les séances de cette année ont prolongé les réflexions précédentes sur la notion d’identité collective, plus particulièrement envisagée jusqu’ici dans ses aspects matériels. Après avoir souligné les problèmes rencontrés par la reconnaissance archéologique des stratégies identitaires, on s’est plus précisément attaché aux discours sur les ethnogenèses des sociétés anciennes, que celles-ci soient postulées et imaginées par les acteurs eux-mêmes ou reconstruites par d’autres avec le concours de techniques savantes (histoire, archéologie, linguistique, anthropologie physique, génétique).

2Dans la première de ces deux perspectives, Jean-Pierre Albert a présenté le dossier des récits d’origine des peuples dans le livre de la Genèse. Celle-ci a pour axe central l’histoire mythique de la lignée qui, depuis Adam, résume le destin des Hébreux. Les récits relatifs aux autres peuples, réduits le plus souvent à la mention d’un ancêtre fondateur, définissent leur statut et leur plus ou moins grande distance avec les Hébreux. Or les ancêtres concernés se signalent en général par une transgression – faute de Cham à l’égard de Noé qui en fait le père des Cananéens, inceste de Lot avec ses filles donnant naissance aux Moabites et aux Ammonites, etc. –, qui les disqualifie. Ce modèle généalogique apparaît donc comme la justification de l’excellence des Hébreux et, entre autres choses, de leurs droits sur la Terre promise.

3Philippe Boissinot s’est intéressé aux débats récents sur l’origine des Celtes, qui sont placés par certains chercheurs, avant leur émergence historique dans la littérature grecque, quelque part dans le courant du Chalcolithique, et assimilés au « groupe culturel » des Campaniformes. Ces hypothèses reposent sur des a priori concernant le transfert des traits culturels, considéré comme parallèle à la diffusion linguistique (de langues qui ne sont elles-mêmes que des reconstructions a posteriori) et la nécessité d’une homogénéité culturelle comme préalable à toute identité ethnique. Cet exemple analysé, P. Boissinot s’est engagé dans des considérations plus théoriques concernant l’Identité, qui peut se concevoir de manière métaphysique (en relation avec nos schèmes conceptuels) ou de façon relationnelle, à partir du moment où elle innerve des stratégies dans un monde partagé (F. Wolff). Il s’est résolu à présenter l’archéologie comme une science sociale des vestiges matériels, sans critères emics d’identité, ce qui lui confère une place singulière dans le champ des sciences humaines. Pour cette raison, toute approche en termes identitaires demeure largement conjecturale.

4M. Détienne (Université Johns Hopkins) s’est livré à une critique de la notion de « mentalité » en étudiant sa généalogie dans le champ des études historiques, particulièrement en France (école des Annales) ; le recours à ce concept n’est pour lui qu’un moyen de verrouiller tout projet comparatif, tel qu’il existe en anthropologie, et qui permettrait pourtant de s’affranchir de toute tentative d’une histoire close sur le national, enfin déconnectée d’une conception essentialiste et patrimoniale des cultures, telle qu’elle transparaît, entre autres, dans les discours sur les racines « grecques » ou « chrétiennes » de la culture européenne et leurs usages politiques actuels.

5Christine Delaplace (Université Toulouse-II/Sciences sociales) a conclu le séminaire par un bilan des études d’ethnogenèse concernant la période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge. En prenant l’exemple des Goths (et le cas d’Alaric), elle a montré tous les réserves méthodologiques qu’il convient de formuler vis-à-vis d’une interprétation en termes de peuple, comme la tradition historiographique nous y avait engagés. Le premier travail de l’historien consiste en effet à débusquer toutes les stratégies véhiculées par les textes qui tentent de réifier des collectifs. Le séminaire se poursuivra l’année prochaine en se focalisant sur la question des continuités et discontinuités culturelles telles qu’elles sont vécues par les acteurs et reconstruites par les chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert et Philippe Boissinot, « Centre de recherches sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée – CRPPM », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 663-664.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert et Philippe Boissinot, « Centre de recherches sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée – CRPPM », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20329

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Philippe Boissinot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals