Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)

Marc Bessin et Numa Murard
p. 693-694

Texte intégral

Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS
Numa Murard, professeur à l’Université Paris-VII/Diderot

Le genre dans les biographies et la question sociale

1Le séminaire s’est organisé autour des interventions sociales et du travail social, en nous éloignant des aspects juridico-administratifs et politiques abordé l’année précédente, pour nous intéresser cette fois aux relations de face-à-face. Dans ce prolongement, nous avons étudié les régimes de genre qui caractérisent les interventions sociales aujourd’hui. Le champ du social connaît des transformations multiples qui affectent les métiers et les modalités du travail avec les usagers. Sous le vocable « l’État social actif », la rationalité managériale se combine avec la mise en mobilité des personnes, appelées à trouver elles-mêmes leurs supports, à compter sur leurs propres ressources, notamment biographiques. Ces mutations du travail social, que l’on peut rassembler sous un registre de la présence sociale, se centrent sur la relation et l’écoute, et pratiquent très largement l’injonction biographique pour travailler « l’activation » des usagers. Une lecture de genre de ces évolutions a permis de les resituer dans les débats sur la solidarité et les transformations de l’État social. Mobilisant les problématiques du genre et du care pour décrire le champ du social, le séminaire s’est appuyé notamment sur des recherches menées en France, en Belgique et en Suisse.

2Le séminaire nous a permis d’étudier d’une manière collective les pratiques et les savoirs mobilisés par les intervenants sociaux pour « s’arranger » avec le genre, cela dans les deux dimensions principales de leur activité. Premièrement dans les interactions avec les usagers ou clients qui révèlent la sexuation des publics-cibles, des formes de dépendance qui les constituent et des horizons d’autonomie qui leur sont proposés. Deuxièmement dans les interactions entre salariés et bénévoles, professionnelles et profanes, qui révèlent la dimension genrée des identités professionnelles et des répertoires d’action. Ce travail collectif met en évidence l’impensé qui frappe le genre dans le domaine du travail social et qui risque de renforcer les inégalités sociales et sexuées, parfois racialisées, que les politiques sociales entendent corriger.

3Le travail du séminaire a permis enfin de mener une analyse collective du concept d’autonomie au prisme du genre. L’activation du welfare en vue de l’autonomie des individus présuppose que ces individus franchissent successivement les étapes de la vie sur un rythme et suivant des modalités qui font fi de la différence de sexe et de genre. Or les rapports sociaux de sexe et de genre font qu’il existe, volens nolens, deux sortes d’individus et deux sortes d’autonomie. Si la première est conforme au schéma de la souveraineté individuelle, de l’homo clausus, de la déliaison des attachements qui entravent le gouvernement de soi, la seconde renvoie volontairement ou par force à l’interdépendance, à la liaison constitutive, à la fois liée et liante, de la vulnérabilité. Dès lors le projet d’une autonomie susceptible de constituer un paradigme efficace pour les transformations de l’État social ne peut faire l’économie d’une réponse à cette différenciation continuée.

4Ce séminaire s’est appuyé sur les Interventions et les textes de Coline Cardi (les dispositifs d’aide à la parentalité), Élisa Herman (sur le travail social féministe), Élise Lemercier (les médiatrices de quartier), Marie-Thérèse Coenen (les formations au travail social en Belgique), Marianne Modak (le care des assistantes sociales en Suisse) et Odile Steinauer (sur les associations d’aide aux victimes).

5Nous opposant aux réformes imposées par le gouvernement sur la recherche et l’enseignement supérieur, nous avons participé à l’opération « Changeons le programme ! » en consacrant plusieurs séances du séminaire aux impacts genrés des restructurations du monde académique, notamment en revenant sur les premières expériences de recherche collective féministe des années 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Bessin et Numa Murard, « IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 693-694.

Référence électronique

Marc Bessin et Numa Murard, « IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20363

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals