Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme de recherches interdisciplinaires « Atelier de recherche et de traduction en sciences sociales » – PRI ARTESS

Dinah Ribard, Michèle Leclerc-Olive, Alain Guéry et Cécile Soudan
p. 700-701

Texte intégral

Dinah Ribard, maître de conférences
Michèle Leclerc-Olive, chargée de recherche au CNRS
Alain Guéry, directeur de recherche au CNRS
Cécile Soudan, ingénieur d’études au CNRS

Séminaire de l’Atelier de recherche et de traduction en sciences sociales

1La spécificité de la traduction en sciences sociales ne tient pas seulement à la langue quasi conceptuelle qu’elles utilisent mais également à ce qu’elles ne peuvent faire l’impasse sur le « contexte de débat » dans lequel le texte s’inscrit. Il en découle une série de contraintes qui furent examinées en introduction à partir de deux points d’entrée : une réflexion sur les langues, empruntée largement aux travaux de Pierre Judet de la Combe et de Heinz Wismann et des exemples de problèmes issus de la traduction de G.-H. Mead et de T. Veblen par des équipes d’ARTESS.

2Une première question a orienté les travaux de plusieurs séances du séminaire : peut-on considérer que l’écriture est déjà une traduction ? Cette question a été principalement examinée à partir d’un texte de R. Barthes, De la parole à l’écriture, (F. Mandelbaum-Reiner) et de l’usage métaphorique que fait la sociologie des sciences du terme « traduction » (M. Leclerc-Olive).

3Une seconde entrée heuristique – Que traduit-on ? un mot, une phrase, un texte (R Judet de la Combe), une culture (P. Simay) ? – a permis de croiser approches philosophique et praxéologique de la traduction.

4Dans le cadre de « Changeons le programme ! », le séminaire s’est intéressé aux effets induits sur la réception d’une œuvre dès lors que la traduction est motivée plutôt par un intérêt « bibliométrique » que par le souci scientifique de permettre au lecteur de circuler entre l’œuvre (Goffman) et ses contextes d’élaboration et de réception.

5Un groupe de travail a procédé à l’examen comparatif des choix de traduction d’un texte de G.-H. Mead dans différentes langues européennes (espagnol, italien, allemand et français) permettant de mettre au jour les enjeux scientifiques de ce texte et d’identifier les concepts à partir desquels s’élabore, et sur lesquels se cristallise, la pensée de l’auteur. Ces réceptions différentes rappellent combien la traduction en sciences sociales requiert d’articuler à une vigilance proprement linguistique, des compétences scientifiques adaptées aux champs disciplinaires convoqués par l’auteur. Le vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles (D. Ribard) fait écho à cette réflexion, en montrant que des concepts qui articulent une pensée, peuvent être expliqués et compris dans une autre langue sans pour autant pouvoir être simplement « traduits ».

6Nous avons également ouvert un chantier qui gravite autour des « retraductions ». L’équipe de philosophes et de germanistes (I. Garo, L. Prost et L. Sève) engagée dans la (re)traduction des Œuvres complètes de Marx et Engels (GEME) nous a permis de retracer les choix éditoriaux et de traduction qui ont marqué l’histoire de la réception de ces auteurs dans l’espace culturel français.

7Le séminaire a examiné les enjeux politiques liés aux traductions de la notion de société civile à partir de son emploi dans la coopération internationale (M. Leclerc-Olive), de son histoire (N. Bond) et de son usage récent dans le monde russe (F. Daucé).

8ARTESS a par ailleurs organisé des journées d’étude internationales « Langues locales et décentralisation. Dire et traduire les pratiques démocratiques », qui ont notamment permis de souligner les enjeux politiques respectifs du multi et du plurilinguisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dinah Ribard, Michèle Leclerc-Olive, Alain Guéry et Cécile Soudan, « Programme de recherches interdisciplinaires « Atelier de recherche et de traduction en sciences sociales » – PRI ARTESS », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 700-701.

Référence électronique

Dinah Ribard, Michèle Leclerc-Olive, Alain Guéry et Cécile Soudan, « Programme de recherches interdisciplinaires « Atelier de recherche et de traduction en sciences sociales » – PRI ARTESS », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20370

Haut de page

Auteurs

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Michèle Leclerc-Olive

Articles du même auteur

Alain Guéry

Articles du même auteur

Cécile Soudan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals