Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme de recherches interdisciplinaires – PRI « Vérité et fiction »

Jean-Paul Colleyn
p. 702-703

Texte intégral

Jean-Paul Colleyn, directeur d’études

Vérité et fiction

1Le pri « Vérité et fiction » a clôturé ses travaux. Au cours de l’année, Jean-Paul Colleyn a traité de la tentation fictionnelle dans le cinéma documentaire, tout en mettant en garde contre les malentendus causés par le caractère polysémique du terme fiction. Si l’on entend par fiction tout œuvre fabriquée, alors tout film est film de fiction, mais si l’on distingue la feintise ludique, comme vraie fiction, des représentations attachées à la référentialité, le genre documentaire garde une certaine pertinence. L’œuvre de Jean Rouch qui compte des ethno-fictions et des documentaires fournit un bel exemple. Les deux genres sont clairement distincts bien que dans un cas comme dans l’autre l’équation personnelle de l’auteur soit importante. Un autre exemple d’une richesse exubérante (étudiés par J.-P. Colleyn et M. Diawara) nous est fourni par les vidéos domestiques nigérianes, les fameux films de Nollywood, des œuvres de fiction puissamment imprégnées des réalités du terrain. Quelques publications et interventions dans des colloques au cours de l’année 2008-2009 n’auraient pu avoir lieu sans l’incubation du PRI (« Rouch à portée des yeux », Cahiers d’études africaines n° 191, 2008, p. 586-605 ; Jean Rouch. Cinéma et anthropologie, sous la dir. de J.-P. Colleyn, Cahiers du Cinéma-INA, 2009, 190 p. ; « Le tourisme et les images exotiques », avec Frédérique Devillez, Cahiers d’études africaines, numéro spécial Tourismes. La quête de soi par la pratique des autres, n° 193-194, p. 583-594 ; « Photographie et exotisme. Saisir le temps d’Henri Cartier-Bresson », dans Revoir Henri Cartier-Bresson, sous la dir. d’Anne Cartier-Bresson et Jean-Pierre Montier, Paris, Textuel, coll. « L’écriture photographique » ; intervention au séminaire automnal organisé par Le Bal à la FEMIS, « L’image document, entre réalité et fiction », 3 et 4 novembre 2009.

2Jean-Claude Penrad a plus particulièrement abordé trois des thèmes constituant les axes de recherches définis collectivement : la question de la mise en scène documentaire dans les films et les nouveaux médias traitant du religieux, celle de la réception différentielle selon les publics concernés, même au sein des métiers de la recherche et de l’enseignement, enfin l’approche des œuvres « fictionnelles » constituées comme objets d’étude et perçues également comme constitutives de savoirs. Les réflexions partagées au sein du séminaire de Jean-Claude Penrad, « Images du religieux, anthropologie des pratiques rituelles », a également enrichi les travaux du PRI. On pense notamment à l’impact des nouveaux médias (cassettes audio et vidéo, puis les CD et les DVD avant l’irruption d’Internet ou en parallèle avec lui) et l’usage de l’image dans les mondes musulmans, mais aussi l’évolution des pratiques rituelles en rapport avec l’intrusion de la caméra (par exemple les représentations de ’ashura dans le chi’isme et du soufisme chez les sunnites). Certains de ces résultats ont été présentés lors de colloques et de conférences à l’extérieur de l’EHESS (IFPO et Orient-Institut de Beyrouth, Université de La Réunion, l’Instituto de Ciências Sociais de l’Université de Lisbonne, le Projet Jean Rouch « vers une connaissance hors texte » et les « Regards comparés » du Comité du film ethnographique).

3Jean Jamin a réalisé, en 2008 et en 2009, deux montages audiovisuels numériques – l’un de 73 mn, l’autre de 57 mn – en exploitant les logiciels PhotoShop, Garage Band et PowerPoint, et où se trouvent précisément expérimentées les relations entre textes, images et sons, dans une perspective à la fois analytique et pédagogique. Le premier porte sur le ballet La Création du Monde qui fut créé à Paris en 1923, à partir d’un fonds mythologique africain, par Blaise Cendrars, Fernand Léger et Darius Milhaud, et où se fait ouvertement sentir l’influence du jazz et des arts dits nègres sur la musique savante, la littérature et l’art moderne européens. Le second, plus ambitieux dans son projet, s’est attaché à mettre en rapport la littérature avec des données socio-graphiques, ethnographiques et ethnomusicologiques. Intitulé Le nom, le sol et le sang, il porte sur l’œuvre romanesque de William Faulkner et sur la conception de l’être humain qu’elle révèle, voire suppose. L’accent est alors mis sur les rapports de parenté et d’alliance au sein d’une « société multiraciale », tels qu’ils peuvent être appréhendés à travers une œuvre de pure fiction mais qui n’en demeure pas moins vraie et heuristique en ce qui concerne la théorie de « l’inceste du second type » et la « circulation des humeurs » (sang, sperme et lait), que les travaux de travaux de Françoise Héritier ont permis d’élaborer sur le plan strictement ethnologique. Ces deux montages audiovisuels ont été présentés en France (EHESS, Université Paris-VII/Diderot, Université Montpellier III/Paul-Valéry) et en Italie (Universités de Rome Tor Vergata et La Sapienza, Centre culturel français de Rome). En novembre, et à partir de photos prises par lui, Jean Jamin a également réalisé un diaporama de 4 mn 34 sur le bureau, au Collège de France, de Claude Lévi-Strauss, après le décès de celui-ci, calé sur une musique de Scott Joplin, composée en 1908, l’année de la naissance de l’anthropologue.

4Dans une communication, Marc Henri Piault a montré, une fois encore, qu’il n’y a pas d’image sans mise en scène et que le processus imagétique est par essence une disposition du regard pour une certaine connaissance. Il a également montré qu’une élaboration fictionnelle délibérément choisie et énoncée, permet et parfois facilite une mise en évidence des réalités sociales dont l’anthropologie en particulier fait son propos. Dans le même ordre d’idée, Daniel Dayan s’est inscrit en faux contre l’idée qu’il y aurait d’un côté une réalité brute et de l’autre des récits ou des dramaturgies prêtes à la capter, et ce faisant à la dénaturer. L’antithèse me paraît peu crédible, car il n’y a pas de réalité sociale brute, elle est déjà structurée par des récits, comme l’a montré toute une tradition qui va de Greimas à Ricoeur, en passant par Barthes.

5Une bonne partie des travaux du PRI va déboucher sur la publication d’un numéro spécial de la revue L’Homme, consacré à l’anthropologie visuelle. Ce numéro, piloté par J-P. Colleyn, réunira notamment les articles de chercheurs qui ont travaillé dans le cadre du PRI, notamment Christian Lallier, Manthia Diawara, Paul Henley, Daniel Dayan, Marc Henri Piault, André Gunthert et Élodie Perreau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Colleyn, « Programme de recherches interdisciplinaires – PRI « Vérité et fiction » », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 702-703.

Référence électronique

Jean-Paul Colleyn, « Programme de recherches interdisciplinaires – PRI « Vérité et fiction » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20373

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Colleyn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals