Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Méthodes et techniques des sciences sociales

Anthropologie des connaissances : modélisation des savoirs relevant de l’oralité

Marc Chemillier
p. 92-94

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Chemillier, directeur d’études

Modélisation des savoirs musicaux relevant de l’oralité

1Pour cette deuxième année du séminaire, nous avons approfondi les relations entre enquêteur et expert local dans le contexte du travail de terrain, d’une part, et nous avons illustré l’usage des nouvelles technologies dans l’analyse de ces savoirs, d’autre part. Interagir sur le terrain avec un expert d’un savoir traditionnel est source de malentendus. Ceux-ci apparaissent notamment lorsque le chercheur, anthropologue ou ethnomusicologue, s’efforce d’accéder aux principes de cohérence interne qui organisent ces savoirs, c’est-à-dire à leurs articulations proprement logiques dégagées de toute résonance symbolique. C’est là, entre autres, que se creuse un écart entre les savoirs étudiés et le discours des experts indigènes face à l’enquêteur, écart qui fait l’objet du texte intitulé Fieldwork in Ethnomathematics, que j’ai rédigé pour un ouvrage de « linguistique de terrain » à paraître chez Oxford University Press. Le fait, par exemple, qu’un musicien ne parle pas de son activité ne signifie pas qu’il n’en pense rien. Durant le séminaire, j’ai fait entendre des exemples de déplacements rythmiques pratiqués par le pianiste de jazz Bill Evans (cf. ses trois chorus sur le thème Israel, enregistrés en 1961 dans lesquels il joue à quatre temps sur un accompagnement basse-batterie à trois temps), qui ne sont liés à aucune activité de théorisation de sa part, mais à propos desquels il expliquait dans un entretien télévisé à la fin de sa vie qu’il avait travaillé « très dur » pour les réaliser. Dans l’analyse de ces phénomènes complexes, les nouvelles technologies ont un rôle à jouer. En musique, l’informatique permet le ralentissement d’un signal (à hauteur constante), la détection automatique de ses attaques ainsi que le ralentissement vidéo. J’ai montré différentes situations où ces outils enrichissent l’analyse rythmique. Par exemple, à Madagascar, le hochet kantsa (boîte de conserve remplie de graines et fixée sur un manche) est joué dans les séances de possession selon un rythme ternaire rapide correspondant au geste suivant : 1) frappement de la main contre le hochet ; 2) mouvement des graines vers le haut ; 3) mouvement des graines vers le bas. J’ai demandé à l’assistance pendant le séminaire de battre la pulsation sur ce rythme. Les résultats sont unanimes, tous frappent dans les mains en même temps que 1), c’est-à-dire pendant l’attaque la plus forte du signal. Or pour les Malgaches auditeurs de cette musique et participants à ces cultes, c’est quand les graines percutent la boîte vers le bas ; 3) que l’on frappe dans les mains. Cela apparaît clairement sur les images de la vidéo ralentie, qui révèle ainsi une conception du contretemps difficile à déceler sans ces outils.

2Une série de thèmes ethnomusicologiques ont été abordés au séminaire lors d’exposés de spécialistes de la discipline. Bernard Lortat-Jacob a fait entendre ses enregistrements de polyphonies vocales d’Albanie en proposant une réflexion sur les liens entre savoirs musicaux et folklorisme. Sa participation au séminaire était également l’occasion de discuter les analyses récentes de Giuliano d’Angiolini sur les polyphonies de Sardaigne, qu’il avait enregistrées et « modélisées » sur le plan acoustique, et j’ai contribué au débat par une note publiée sur le site de la revue en ligne Musimédiane. Jérôme Cler a décrit des airs joués sur le petit luth de Turquie au rythme asymétrique aksak à neuf divisions 2+2+2+3, en mettant en évidence les limites d’une approche purement analytique dans la mesure où ces formules instrumentales sont en partie déterminées, sur le plan rythmique, par une mélodie souvent sous-entendue que des violons ou hautbois peuvent ajouter ad libitum à la partie de luth. Dana Rappoport et Philippe Basco ont présenté une autre dimension de la « modélisation des savoirs » traitant non plus des savoirs traditionnels, mais de ceux des chercheurs en sciences humaines, à l’occasion de la parution sous forme de livre-DVD-ROM d’une publication novatrice sur la musique des Toraja d’Indonésie co-éditée par la Maison des sciences de l’homme et Epistème, dans laquelle ils explorent de nouveaux modes d’organisation des savoirs reprenant les principes du logicisme que Jean-Claude Gardin a développé pendant plusieurs années à l’EHESS dans son séminaire « Analyse des raisonnements dans les disciplines historiques ». Le sociologue Jean-Pierre Terrail, enfin, a montré l’intérêt d’une réflexion sur la modélisation des savoirs relevant de l’oralité pour enrichir le débat sur l’école et la conception des programmes scolaires. Son intervention abordait le problème des relations entre pensée et langage, et la possibilité que des formes élaborées de pensée se développent en dehors de toute verbalisation, notamment avec le support de gestes tels que ceux des artistes du Vanuatu qui tracent des dessins géométriques sur le sable, ou des devins malgaches qui construisent avec des graines des tableaux mathématiques.

3À l’intérieur de la thématique générale « Modélisation des savoirs relevant de l’oralité », j’ai introduit une thématique plus spécifique dans le cadre du projet IMPROTECH que je coordonne pour la période 2010-2012 avec le soutien financier de l’ANR. Il s’agit d’étudier l’impact des nouvelles technologies sur les musiques improvisées actuelles. Nous avons reçu à cette occasion Bernard Lubat, multi-instrumentiste qui a parlé, entre autres, de sa vision des technologies dans l’improvisation en général, et plus particulièrement dans le domaine du rythme et des relations avec la danse, par exemple dans les musiques électroniques actuelles, techno ou house. Cette intervention passionnante d’un « expert » de l’improvisation a été mise en ligne sous forme vidéo (comme celles des autres intervenants du séminaire, sur le site ehess.modelisationsavoirs.fr/éminaire), ainsi que sous la forme d’une transcription textuelle. Une autre séance permettait d’entendre en direct une expérience d’interaction entre saxophone et ordinateur avec le musicien Raphaël Imbert et les chercheurs de l’IRCAM, Gérard Assayag et Benjamin Lévy, qui décrivaient les dernières avancées réalisées dans le développement du logiciel d’improvisation OMax. Enfin, la question des rapports entre technologie, rythme et danse s’est prolongée par une réflexion plus large sur la musique, le corps et les artefacts. La question du « pouvoir » de la musique a été abordée par Erwan Dianteill dans son exposé consacré à la transe dans les églises spirituelles à la Nouvelle-Orléans avec projection d’un film qu’il a réalisé sur le sujet. Inversement, la possibilité de discuter l’authenticité de ce « pouvoir », en mettant en avant la complexité des rapports entre musique et corps et la part de « facticité » qui y est impliquée, a fait l’objet de l’exposé de Jean Jamin, qui a projeté un diaporama conçu par lui à propos de La Création du monde de Darius Milhaud montrant toute l’épaisseur du réseau de relations culturelles qui a accompagné, aux États-Unis et en Europe, entre musique savante et musique populaire, la naissance du jazz.

Publications

  • Fieldwork in Ethnomathematics, sous la dir. de Nick Thieberger, The [Oxford] Handbook of Linguistic Fieldwork, chapitre 12, Oxford University Press [à paraître],
  • De l’analyse acoustique à la modélisation des savoirs musicaux. Note sur les polyphonies vocales de Sardaigne, Musimédiane, n° 5, mars 2010 (en ligne www.musimediane.com).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Chemillier, « Anthropologie des connaissances : modélisation des savoirs relevant de l’oralité », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 92-94.

Référence électronique

Marc Chemillier, « Anthropologie des connaissances : modélisation des savoirs relevant de l’oralité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20385

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals