Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Lectures postcoloniales

Alain Messaoudi et Stephanie Schwerter
p. 132-133

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Alain Messaoudi, professeur agrégé
Stéphanie Schwerter, maître de langue

Lectures postcoloniales : histoire et littérature dans des espaces dominés

1La lecture croisée d’œuvres de fiction produites dans le cadre de trois ensembles impériaux qui ont leur histoire propre (les empires britannique, français et russe), permet-elle de révéler des convergences, des échos significatifs ? Nous avons tenté l’exercice à partir d’un corpus constitué d’œuvres élaborées dans les langues « dominantes » (anglais, français, russe) par des auteurs issus de groupes « dominés » (Mouloud Mammeri, Kateb Yacine et Rabah Belamri pour l’Algérie ; Mary Costello et Robert McLiam Wilson pour l’Irlande du Nord, Chris Binchy et Roddie Doyle pour la République d’Irlande ; Andrei Kourkov pour l’Ukraine). L’analyse de la façon dont ces auteurs rendent compte dans leurs récits d’une situation « coloniale » – en se faisant le témoin d’une situation présente ou avec un regard rétrospectif – nous a permis de dégager quelques points pouvant faire l’objet d’une analyse comparative plus approfondie. Les moyens de porter témoignage de la violence d’une occupation armée ou d’un contrôle impérial se révèlent en effet fort divers (quel effet produit le choix d’un point de vue qui est celui d’un enfant – comme dans Regard blessé de Belamri – ou d’une femme – comme dans Titanic Town de Costello ? Quand utilise-t-on, comme le font Roddie Doyle ou Andrei Kourkov, le registre de l’ironie ou de l’humour ?). Les stratégies mises en œuvre pour donner un large écho à des voix étouffées ou a priori déconsidérées sont elles aussi variées – usage de la langue « dominante », intégration dans les mouvements d’avant-garde littéraire de la « métropole » (Kateb Yacine, ou, pour le Maroc, Abdelkébir Khatibi dont l’œuvre nous a été présentée par Nabil el-Jabbar) ou choix d’une écriture hétéroglotte intégrant des points de vue contraires (Chris Binchy). Un exposé de Brian T. Edwards sur l’American orientalism et les rapports à la culture américaine dans le Moyen-Orient a permis de rappeler la complexité des enjeux culturels dans un espace « impérial » « en activité ». Le séminaire, qui a profité de la présence à Paris de Ferial J. Ghazoul, professeur de littérature comparée à l’université américaine du Caire, a fait écho aux débats actuels sur la réception des études postcoloniales en France et sur les usages qui en sont faits en fonction des différentes traditions disciplinaires. Il a donné enfin l’occasion de discuter de travaux d’étudiants articulant histoire et fiction – comment restituer l’histoire des chameliers « afghans » transportés de l’actuel Pakistan en Australie pour permettre la pénétration des zones désertiques de l’intérieur du pays ? (Samira Kassari) ; comment traduire en italien l’œuvre de l’écrivain croate Slobodan Novak ? (Ana Stankovic) ; quelles formes littéraires nouvelles le passé colonial a-t-il inspiré en Italie ? (Cecilia Brioni).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Messaoudi et Stephanie Schwerter, « Lectures postcoloniales », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 132-133.

Référence électronique

Alain Messaoudi et Stephanie Schwerter, « Lectures postcoloniales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20425

Haut de page

Auteurs

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

Stephanie Schwerter

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals