Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Méthodes mathématiques dans les sciences sociales

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte, Bernard Bru et Thierry Martin
p. 145-146

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Barbut, Éric Brian, directeurs d’études
Michel Armatte, maître de conférences à l’Université Paris-IX/Dauphine
Bernard Bru, professeur à l’Université Paris-V/Descartes
Thierry Martin, professeur à l’Université de Franche-Comté

Histoire du calcul des probabilités et de la statistique

1Le séminaire vise à favoriser des rencontres entre spécialistes de disciplines différentes qui étudient l’histoire des mathématiques et de leurs rapports avec les sciences économiques et sociales. Les travaux présentés portent tout particulièrement sur l’histoire de l’élaboration et des usages des méthodes quantitatives dans les sciences sociales. Au cours de cette année, les séances se sont partagées entre deux époques principales : la première moitié du XXe siècle d’une part et l’époque moderne d’autre part.

2À propos de l’époque moderne, Angela Palermo (Université de Franche-Comté, Besançon) a distingué les modalités de mise en œuvre, alors, de la logique juridique et de la logique probabiliste. Jean-Pierre Beaud (UQAM, Montréal) a scruté, du XVIIe au XIXe siècle, l’émergence, les migrations et la routinisation du pourcentage dans les sciences du politique. Carmen Escribano Rodenas (Université San Pablo, Madrid) a donné un tableau d’ensemble des origines et des débuts des études supérieures de statistique en Espagne. Thierry Martin (Université de Franche-Comté, Besançon) a examiné les doutes exprimés en 1794 par Frédéric Ancillon (1766-1837) sur les bases du calcul des probabilités. Jean-Marc Rohrbasser (INED) a procédé à un bilan sur les premières statistiques de causes de décès aux XVIIe et XVIIIe siècles.

3Au XXe siècle, c’est la formation du calcul axiomatique actuel et ses rapports avec les sciences connexes qui est en jeu (avec l’économie et la philosophie notamment). Alexis Bienvenu (IHPST) a analysé la critique que faisait Jean Cavaillès (1903-1944) de la philosophie des probabilités de Hans Reichenbach (1891-1953). Marielle Simon (ENS Lyon) a suivi l’itinéraire migratoire de Michel Loeve (1907-1979) dans sa correspondance avec Paul Lévy (1886-1971) et Maurice Fréchet (1878-1973). Norbert Schappacher (Université Louis-Pasteur, Strasbourg) a analysé deux styles de statistiques appliquées pendant les années 1920-1930. Laurent Mazliak (UPMC, Université Paris-VI/Pierre-et-Marie-Curie) et Rémy Catelier (ENS Cachan) ont rendu compte de leurs travaux sur Émile Borel (1971-1956), l’Institut Henri Poincaré et les débuts de la statistique mathématique française. Michel Armatte a poursuivi le compte rendu de son étude sur le Traité de Keynes, sur les probabilités entrepris lors d’une séance antérieure. Heinrich Hartmann (Université de Bâle) a analysé les controverses statistiques touchant aux questions militaires en Allemagne vers 1900. Marc Barbut et Jacques Véron (INED) ont étudié la controverse sur la limite à la durée de la vie humaine (1937-1951) entre le démographe Paul Vincent (1912-1979) et les mathématiciens Émil Julius Gumbel (1891-1966) et Maurice Fréchet. Éric Brian a analysé le recours aux calculs des probabilités dans les travaux précoces de Pierre Bourdieu (1930-2003) sur les travailleurs algériens.

4Le séminaire a pris part activement à l’organisation et à l’animation du colloque international Dispersion (concentration), variabilité, inégalités (Université Paris-V/Descartes, novembre 2009), qui a eu pour but d’animer la réflexion sur les indicateurs de la dispersion, de la variabilité et de l’inégalité, la perception des phénomènes de concentration ou inégalitaires, les problèmes et les méthodes dans les diverses disciplines concernées. Michel Armatte, Marc Barbut, Jesus Basulto (Université de Séville), Éric Brian, José Javier Busto (Université de Séville), Daniel Courgeau (INED), Jean Gayon (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne), Denise Pumain (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne), Michel Forsé (CNRS), Alain Trannoy (EHESS), Bernard Valade (Université Paris-V/Descartes), Louis-André Vallet (INSEE), Pierre Vrignaud (Université Paris-Ouest/Nanterre La Défense) ont donné à cette occasion un exposé et participé aux discussions.

5En collaboration avec le Laboratoire de probabilités et modèles aléatoires des Universités Paris-VI/Pierre-et-Marie-Curie et Paris-VII/Diderot, le séminaire édite le Journal électronique d’histoire des probabilités et de la statistique (bilingue, ISSN 1773-0074, www.jehps.net) qui a une double vocation. Il publie deux fois l’an et rend disponibles sous forme de documents téléchargeables d’une part des articles originaux concernant l’histoire des deux domaines et d’autre part des documents plus anciens d’intérêt exceptionnel. Le n° 1/2009 est le premier volume de référence actuellement publié sur l’histoire des martingales. Les n° 2/2009 et n° 1/2010 offrent un ensemble d’une douzaine d’articles et de documents spécialisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte, Bernard Bru et Thierry Martin, « Méthodes mathématiques dans les sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 145-146.

Référence électronique

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte, Bernard Bru et Thierry Martin, « Méthodes mathématiques dans les sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20435

Haut de page

Auteurs

Marc Barbut

Articles du même auteur

Éric Brian

Articles du même auteur

Michel Armatte

Articles du même auteur

Bernard Bru

Articles du même auteur

Thierry Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals