Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo et Elisabetta Maino
p. 165-167

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

Héros fondateurs et pères de la nation : la fabrication des grands hommes dans l’Afrique moderne

1Impliqué dans plusieurs manifestations relatives aux « Cinquantenaires » des I indépendances africaines de l’année 1960, j’ai naturellement orienté le séminaire vers les figures et les problématiques de cette période.

2Il s’est agi d’abord de reprendre les débats sur le temps de l’indépendance, en s’appuyant sur les positions et les réflexions des acteurs politiques eux-mêmes. Temps de rupture pour les uns, surtout pour les intellectuels, caractérisé par le fait que « l’histoire recommence » (Joseph Ki-Zerbo), ce moment s’inscrivait au contraire, aux yeux d’autres acteurs, dans une temporalité beaucoup plus longue, à laquelle il ne venait pas mettre un terme, mais plutôt Imprimer un nouvel élan. Partagé surtout par les politiques, ce point de vue s’exprime le plus clairement dans l’œuvre de Nazi Boni (1909-1969), homme d’État, député de la Haute-Volta et, en même temps, le premier historien de ce pays. Pour cet ancien instituteur, diplômé de l’École normale William Ponty, auteur de l’Histoire synthétique de l’Afrique résistante : les réactions des peuples africains face aux influences extérieures (Paris, Présence Africaine, 1971), c’est en amont de la colonisation qu’il faut situer, à travers quelques « grandes figures » de fondateurs d’empires et de résistants à la mainmise étrangère, l’amorce des processus aboutissant en Afrique occidentale dans les années 1957-1960. C’est aussi le point de vue proclamé solennellement par des personnalités au profil très contrasté : l’activiste trinidadien George Padmore dans The Gold Coast Revolution. The Struggle of an African People from Slavery to Freedom (1953), un livre appelé à devenir la bible des militants anticolonialistes et panafrica-nistes ; Kwame Nkrumah, le Premier ministre de la Gold Coast au seuil de l’indépendance, dans la fameuse Motion of destiny prononcée en 1953 ; le Malgache Philibert Tsiranana, dans le « Discours de l’indépendance » (26 juin 1960).

3Une attention particulière a été accordée aux sources audiovisuelles, encore trop peu utilisées et dont je me suis servi, par ailleurs, pour mes propres réalisations audiovisuelles : archives radiophoniques de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et de Radio France Internationale (RFI) ; images d’archives tirées des fonds d’État (France, Guinée) ou de quelques mouvements politico-militaires. Couplées à des entretiens avec des personnalités dont la longue carrière politique épouse les soubresauts du temps dilaté de la lutte pour l’indépendance, comme le Dahoméen Émile Derlin Zinsou (né en 1918), ces sources ont permis d’examiner en profondeur la trajectoire de pays tels que le Bénin dont l’histoire officielle et la mémoire, en grande partie consensuelle, exaltent autant les figures héroïques « précoloniales » qu’« anticoloniales ».

Publications

  • Élections démocratiques en RDC : dynamiques et perspectives, Kinshasa, PNUD-OIF, 2010, 460 p.

Œuvres audiovisuelles

  • Afrique(s). Une autre histoire du XXe siècle, série documentaire de 4 x 90 minutes, par Elikia M’Bokolo, Philippe Sainteny et Alain Ferrari, une coproduction Temps Noir, INA, France Télévisions, 2010.
  • Africa : 50 Years of Music, 1960-2010. 50 ans d’indépendance (18 CD et livret), Paris, Radio France.

Elikia M’Bokolo, directeur d’études
Elisabetta Maino

Le panafricanisme : approches historiques et anthropologiques

4Le séminaire a poursuivi la réflexion sur le processus de formation du mouvement panafricaniste dans la période de « fondation », qui va de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1920. Trois axes principaux ont été privilégiés : l’historique de la création des associations et des comités qui ont contribué et participé à l’organisation des premiers congrès internationaux panafricains en 1900 (Londres), 1919 (Paris), 1921 (Londres, Bruxelles et Paris), et 1923 (Londres et Lisbonne) ; les parcours biographiques des grandes figures d’intellectuels et militants qui en ont été les membres fondateurs et qui ont, à travers leurs idées et leurs écrits, contribué à la constitution d’un savoir sur les sociétés africaines ainsi que sur les « Afrodescendants » ; l’analyse des argumentaires et des divers courants qui en sont émergés.

5Nous avons ainsi retracé l’émergence des études sur la situation des Noirs à travers la sociologie de l’école de Chicago d’une part, et, de l’autre, à partir de l’histoire sociale des luttes pour l’Intégration des Noirs dans les sociétés post-esclavagistes et des revendications pour l’égalité de droits tant dans les colonies que dans les métropoles coloniales. Plusieurs séances ont été dédiées à l’œuvre de W.E.B. Du Bois (1868-1963), promoteur du mouvement « pan-nègre » en 1897, à travers son texte The conservation of the race, avant de devenir le défenseur indéfectible des idéaux panafricanistes, au point qu’il décéda au Ghana, où il s’était installé sur invitation de Kwame Nkrumah. Lors de la première Conférence panafricaine de 1900, ce fut lui qui énonça que « le problème du XXe siècle est celui de la ligne de partage des couleurs », intuition du débat sur le racialisme, voire sur le racisme, qui a effectivement jalonné le siècle et qui reste toujours d’actualité, tant dans le champ scientifique que dans les pratiques sociopolitiques, en dépit des prises de consciences colléctives et individuelles suscitées. Des textes en français et surtout en anglais, extraits de la bibliographie conseillée aux étudiants, nous ont servi de support, nous donnant ainsi l’occasion de souligner la carence de traductions en français d’auteurs et d’oeuvres pourtant fondamentales pour appréhender le mouvement panafricaniste.

6Deux jeunes chercheurs nous ont fait bénéficier de leurs travaux : Giulia Bonacci, docteur en histoire, chercheuse à l’IRD, avec une conférence sur « Marcus Garvey (1887-1940) et le garveyisme » ; Amzat Boukari-Yabara, doctorant en histoire au Centre d’études africaines qui a présenté deux séances sur « Walter Rodney : fragments d’une histoire engagée du panafricanisme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo et Elisabetta Maino, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 165-167.

Référence électronique

Elikia M’bokolo et Elisabetta Maino, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20458

Haut de page

Auteurs

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Elisabetta Maino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals