Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Expériences coloniales, pouvoirs africains et instances de savoir dans les « Afriques lusophones », XVIIe-XXIe siècle

Catarina Madeira Santos
p. 167-168

Texte intégral

Catarina Madeira Santos, maître de conférences

Histoire des Afriques lusophones : les Lumières en Angola

1Νous nous sommes intéressés aux rapports entre Lumières, colonisation et Afrique, profitant de ce que j’achevais la rédaction de mon livre consacré aux Lumières et à la reconfiguration de la colonie angolaise durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les étudiants ont pu suivre les enjeux méthodologiques engagés dans le processus de construction d’un objet à partir de sources manuscrites et imprimées éparpillées dans différentes archives et bibliothèques. Les séances d’introduction ont permis l’examen des récents débats historiographiques sur les rapports entre Lumières, colonisation et histoire atlantique, ainsi que l’analyse de la place (restreinte) accordée par la bibliographie des africanistes au XVIIIe siècle. Les séances suivantes furent plus précisément consacrées à l’étude du cas angolais. En somme, l’objectif a été de faire une histoire des Lumières à partir de la périphérie (l’Angola), plutôt qu’une histoire des images que l’Europe du XVIIIe siècle a produites sur l’Afrique. C’est pourquoi nous nous sommes d’abord centrés sur le projet impérial portugais pour l’Angola et sur les conditions de sa construction : les notions de « savoirs administratifs », « savoirs africanistes » et « savoirs africains » ont été convoquées pour asseoir l’idée selon laquelle ce projet tel qu’il fut conçu par l’administration du Marquis de Pombal (Premier ministre du roi D. José I) est né de la circulation d’informations d’origines diverses. Celles-ci étaient issues à la fois de la grande littérature juridique et philosophique de l’époque, des écrits des administrateurs coloniaux, de la cartographie, des récits de voyage et des renseignements véhiculés sur le terrain par les Africains eux-mêmes – on a alors interrogé la notion d’« informateur africain ». À ce titre, nous avons discuté l’idée d’« administrateur philosophe » proposée dans les sources coloniales portugaises pour désigner une nouvelle pratique de l’administration en contexte colonial. Dans un second temps, nous nous sommes penchés sur les conditions de réalisation de ce projet dans la colonie angolaise afin d’identifier les rapports de continuité ou de rupture, tant avec les anciennes structures coloniales d’Ancien Régime qu’avec les sociétés africaines. La confrontation entre ces trois matrices, colonisation des Lumières, colonisation d’Ancien Régime et sociétés africaines (bakongo, mbundu et ovimbundu), fut analysée à plusieurs niveaux : formes d’appropriation de l’espace, physique mais aussi intellectuelle – le topos du peuplement blanc et la cartographie par exemple ; l’administration de la justice et ses rapports avec le droit colonial et les droits locaux ; les relations avec les chefferies africaines à travers la bureaucratie ; et, enfin, la culture intellectuelle des élites coloniales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catarina Madeira Santos, « Expériences coloniales, pouvoirs africains et instances de savoir dans les « Afriques lusophones », XVIIe-XXIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 167-168.

Référence électronique

Catarina Madeira Santos, « Expériences coloniales, pouvoirs africains et instances de savoir dans les « Afriques lusophones », XVIIe-XXIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20459

Haut de page

Auteur

Catarina Madeira Santos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals