Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Colonisation, esclavage et créolisation dans l’Amérique atlantique

Cécile Vidal
p. 174-175

Texte intégral

Cécile Vidal, maître de conférences

Penser la formation de sociétés et de cultures nouvelles dans les Amériques coloniales

1Le séminaire a poursuivi le travail de réflexion entamé l’année dernière à propos des outils conceptuels nécessaires pour mener à bien une histoire comparée et croisée des sociétés et des cultures nouvelles formées aux Amériques coloniales. Les concepts de transculturation, de syncrétisme et d’hybridité ont été confrontés avec ceux d’acculturation, de créolisation et de métissage déjà analysés. Il est apparu extrêmement souhaitable de systématiser la démarche proposée par Charles Stewart à propos du syncrétisme consistant à développer une anthropologie (ou une histoire) du syncrétisme qui accorde une place essentielle à l’analyse des discours sur, pour et/ou contre le syncrétisme et aux enjeux politiques au cœur de ces discours et des pratiques syncrétiques.

2En dehors de ces concepts élaborés ou réappropriés par des anthropologues ou des historiens pour penser les transferts culturels entre Européens, Amérindiens et Africains, le séminaire s’est également intéressé aux concepts de colonial, de race et de racialisation. Ils servent en effet à réfléchir plus globalement aux rapports de pouvoir et aux dynamiques sociales au sein des sociétés nouvelles formées aux Amériques entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Placer au cœur de sa réflexion ce qui fait le colonial, à l’instar des tenants des (post)colonial studies, permet de ne pas tenir pour acquis et de ne pas réifier le caractère colonial de ces sociétés et de ne pas dissocier la dimension externe et interne de leur colonialité, mais d’en faire au contraire un processus à historiciser et de montrer que cette colonialité fut progressivement construite d’une double façon, tant dans la relation unissant métropole et territoire ultramarin que dans les rapports internes à la société coloniale entre les différents groupes ethniques, ces deux dimensions étant étroitement liées. Le concept de racialisation quant à lui permet de mettre en évidence que la pensée raciale commença à informer les pratiques sociales bien avant qu’une théorie scientifique de la race ait été élaborée et systématisée et donc de remettre en cause l’idée, encore communément admise en dehors des États-Unis du fait de la dissociation entre histoire intellectuelle et histoire sociale de la race, que l’on ne pourrait légitimement utiliser le concept de race pour étudier les sociétés américaines qu’à partir du XIXe siècle.

3La valeur heuristique de ces trois concepts a également été testée à travers une série d’études de cas portant sur la Louisiane coloniale sous le Régime français et, plus particulièrement, sur La Nouvelle-Orléans entre 1718 et 1769. Ont ainsi été examinées la notion et la formation de familles d’esclaves, la législation sur l’esclavage entre théorie et pratique, la possibilité pour les esclaves de se faire entendre au sein de l’institution judiciaire, ainsi que la formation d’une élite et d’un corps de libres de couleur. Ce travail sur la Louisiane française s’est poursuivi avec deux interventions d’Emily Clark, professeur invitée à l’EHESS en mai 2010, à propos de cette même société pendant les périodes espagnole et américaine. Elle a expliqué les raisons pour lesquelles la Louisiane avait été jusqu’à récemment continuellement marginalisée au sein de l’historiographie nord-américaine et a montré comment il fallait repenser les rapports entre métissage et culture nationale ou impériale.

Publications

  • « Francité et situation coloniale : Nation, empire et race en Louisiane française (1699-1769) », Annales HSS, vol. 63, n° 5, 2009, p. 1019-1050.
  • « From Incorporation to Exclusion : Indians, Europeans, and Americans in the Mississippi Valley from 1699 to 1830 », dans Empires of the Imagination : Transatlantic Histories of the Louisiana Purchase, sous la dir. de Peter J. Kastor et François Weil, Charlottesville, University of Virginia Press, 2009, p. 62-92.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vidal, « Colonisation, esclavage et créolisation dans l’Amérique atlantique », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 174-175.

Référence électronique

Cécile Vidal, « Colonisation, esclavage et créolisation dans l’Amérique atlantique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20470

Haut de page

Auteur

Cécile Vidal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals