Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique et sociale des campagnes, XVIIe-XXe siècle

Gérard Béaur
p. 195-197

Texte intégral

Gérard Béaur, directeur d’études

Droits de propriété et problèmes fonciers, systèmes de productions, liens sociaux dans le monde rural, politique d’encouragement à l’agriculture

1Ce séminaire bi-mensuel est, avec celui de Joseph Goy et alii, dont les problématiques s’articulent sur les siennes, l’un des seuls en Région parisienne qui soit consacré exclusivement à l’histoire des campagnes et qui soit animé par des spécialistes de ce champ scientifique. Il réunit, en effet, autour de Gérard Béaur et des responsables du groupe de recherches ERHIMOR (Équipe de Recherches pour l’Histoire du MOnde Rural) : Annie Antoine (Université de Rennes-2), Jean-Michel Chevet (INRA), Jean Duma (Université de Paris-Ouest/Nanterre La Défense), Nadine Vivier (Université du Maine), un groupe de chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants dont les travaux tournent autour de l’histoire du monde rural. Il a pour ambition de retrouver dans l’expérience historique quelques-unes des clés d’explication qui permettent de mieux comprendre les campagnes de notre temps et les sociétés rurales d’aujourd’hui. Les thèmes qui sont abordés à chacune des séances sont en lien avec les travaux du GDR Histoire des Campagne Européennes. Si l’ouverture internationale est privilégiée avec un appel fréquent à l’expertise de chercheurs étrangers, des jeunes thésards ou des chercheurs français confirmés viennent également y présenter leurs travaux afin de placer ce lieu de discussion à la pointe de la réflexion actuelle sur « la ruralité » et de mieux faire connaître la recherche qui est en train de se faire dans ce domaine. Cette année, cinq chercheurs venus d’au-delà de nos frontières et quatre jeunes chercheurs qui viennent d’achever leur thèse ont participé à nos travaux.

2Gérard Béaur a ouvert le séminaire avec une rétrospective historiographique qui reprenait et amplifiait la présentation qu’il avait faite dans le cadre du RTP Histoire économique. Elle était destinée à pointer quelque-unes des raisons qui ont permis à l’histoire rurale d’asseoir sa prééminence dans les années 1960-1970, puis à émettre des hypothèses sur les racines de la désaffection qui s’est abattue sur ce champ dans les années 1980 et 1990, avant de dégager quelques thèmes qui marquent actuellement le renouveau de ce type de réflexion. Les séances ont été orientées vers trois thèmes principaux : les mouvements économiques, les changements agraires, les questions sociales et démographiques. Sur le thème des mouvements économiques, Cormac O’Grada a revisité la grande crise de 1943-1944 au Bengale, en a analysé les causes, montré l’ampleur et révélé les effets, en lien avec les interrogations récentes d’ERHIMOR sur les crises économiques et démographiques du passé. Emmanuel Le Roy Ladurie a mobilisé les pièces du dossier extrêmement étoffé dont il dispose sur les mutations climatiques dans la longue durée, du petit optimum médiéval au réchauffement contemporain, pour préciser les enjeux et les débats actuels autour du réchauffement de la planète. Noëlle Plack a présenté une recherche en cours sur les conséquences de la Révolution pour l’économie viticole, enfin Florian Reynaud qui vient de soutenir une thèse sur l’élevage dans la pensée agronomique a retrouvé non seulement les priorités qui apparaissent dans les traités des agronomes des XVIIIe et XIXe siècles mais a marqué les limites du lien entre la théorie et la pratique dans certaines régions clés. Sur les changements agraires, Noëlle Plack a montré les effets de la Révolution et des ventes de biens nationaux sur l’expansion de la viticulture languedocienne. Fabrice Perron, qui a soutenu récemment une thèse sur la Champagne pendant le Directoire, a entrepris de décrire l’influence de ce régime décrié sur la politique agricole et sur le marché foncier. À partir de la thèse qu’il vient également de soutenir, Benoît Grenier a mis en évidence un phénomène largement ignoré, à savoir la persistance du rapport seigneurial dans le Québec des XIXe et XXe siècles. Prenant en exemple le cas argentin, Andrea Reguera a décrit avec force le mécanisme de formation des estancias en lien avec l’ouverture de la frontière. Sur les questions sociales et démographiques, Jérémy Hayhoe a entrepris de mettre à contribution le recensement de l’an IV en Côte-d’Or pour apprécier le degré d’exogamie au mariage et de là le degré de mobilité géographique des villageois à la fin du XVIIIe siècle. Emmanuelle Charpentier dont la thèse vient d’être soutenue a montré les relations ambiguës qui unissent ou divisent les populations maritimes et le littoral dans la Bretagne nord du XVIIIe siècle. Cormac O’Grada s’est penché sur les encouragements à l’épargne et les mécanismes de crédit à l’œuvre en Irlande en faveur des déshérités. Enfin, Andrea Reguera a analysé les réseaux sociaux dans l’Argentine du XIXe siècle en portant son analyse sur un cas exemplaire, celui de Rosas. Toutes ces contributions sont en lien avec les opérations conduites par le GDR et par ERHIMOR sur l’histoire de la famille dont la plus significative a été l’organisation d’un faisceau de sessions lors du congrès de l’ESSHC à Gand à l’automne 2009 et avec la réflexion sur les élites à laquelle plusieurs membres ont participé lors du colloque de Bordeaux sur les Élites et la terre.

Publications

  • « Alternative agriculture or agricultural specialization in early modern France », Agricultural History Review, suppl England-France A common agricultural heritage, chapitre 9, 2009, p. 121-137.
  • « El credito y el tierra en Francia en el siglo XVIII », dans Il Mercato del Credito in Eta Moderna. Reti e operatori finanziari nello spazio europeo, sous la dir. d’Elena Maria Garcia Guerra et Giuseppe De Luca, Milan, FrancoAngeli, 2010, p. 113-126.
  • « Conclusión », dans Les Élites et la terre du XVIe siècle aux années 1930, sous la dir. de Carolina Le Mao et Corinne Marache, Paris, A. Colin, 2010, p. 333-338.
  • « La venta de bienes nacionales y el Mercado ordinario », dans De la Iglesia al Estado. Las desamortizaciónes de bienes eclesiásticos en Francia, España y America Latina, sous la dir. de Bernard Bodinier, Rosa Congost y Pablo F. Luna, 2010, p. 277-302.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes, XVIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 195-197.

Référence électronique

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes, XVIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20486

Haut de page

Auteur

Gérard Béaur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals