Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire comparée de la régulation socioéconomique en France et en Angleterre, 1680-1848

Philippe Minard
p. 204-205

Texte intégral

Philippe Minard, directeur d’études

Capitalisme et marchés. XVIIIe-XIXe siècles : produits, travail et société

1Ce séminaire est depuis l’origine consacré à l’étude des relations entre les institutions, la société et le marché, en France et en Angleterre, au moment de l’essor du libéralisme économique et politique.

2L’intitulé retenu cette année encore était celle de la relation « Capitalisme et marchés ». La démarche et la problématique d’ensemble ont été précisées lors des premières séances, consacrées à la (re)-lecture des pages de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, dans lesquelles F. Braudel discute la notion de « marché auto-régulateur », et les thèses de Karl Polanyi dans La grande transformation. Les usages historiens, plus ou moins rigoureux, du concept d’« économie morale de la foule » ont fait l’objet d’une discussion critique, en s’appuyant sur les exemples des modalités de taxation des subsistances en France aux XVIIIe et XIXe siècles, d’une part, et de l’économie villageoise sud-asiatique d’autre part. On a plaidé pour un usage restreint de la notion, en conformité avec la définition originelle proposée par Edward Thompson (cf. Annales historiques de la Révolution française, 352, avril-juin 2008, p. 53-100). L’analyse du parcours de Josiah Tucker (Karim Ghorbal) a également permis de réintroduire les enjeux de l’économie politique du temps, sous l’angle d’une histoire sociale concrète des pratiques intellectuelles. Enfin, la contribution de François Eymard-Duvernay, consacrée à « la mal-mesure du travail dans les transactions marchandes » contemporaines, a permis de rediscuter l’apport de l’économie des conventions, notamment dans le domaine des conventions de qualité.

3Un certain nombre de séances ont ensuite été dévolues à l’analyse de configurations marchandes situées, en portant une attention particulière à la façon dont les acteurs recouraient à telle ou telle ressource normative ou institutionnelle. Ainsi, les modalités de la mécanisation du marché textile aux États-Unis, à travers l’exemple de la firme Waltham 1815-1825, en partant de ses procédures comptables (Pierre Gervais) ; les activités et la géographie du commerce dans l’espace rhénan/mosellan au XVIIIe siècle (Julien Villain) ; les formes d’inscription institutionnelle du travail des métaux précieux dans la région de Hambourg au XVIIe siècle (Vincent Demont) ; la coordination et la régulation du commerce international aux Pays-Bas aux XVIe-XVIIe siècles (Oscar Gelderblom, Université d’Utrecht) ; le fonctionnement de l’administration royale des Menus plaisirs comme entrepreneur (Pauline Lemaigre) ont été analysées. La participation aux journées d’étude de l’ANR Marprof, « Voies et moyens du profit marchand au XVIIIe siècle » a clos ce cycle. Le séminaire a enfin été partie prenante de certaines activités du PRI Études britanniques, à travers certaines séances communes, autour de chercheurs britanniques invités : Tim Hitchcock (Université de Hertfordshire) a fait le point sur les apports des grandes enquêtes et publications de sources qui sont à l’origine de la new social history of crime qui s’est développée en Angleterre depuis les années 1990 ; Giorgio Riello (Université de Warwick) a proposé une relecture des fameuses enquêtes de Charles Booth sur le sweating system et les petites entreprises à Londres à la fin du XIXe siècle, montrant comment l’enquête est structurée par les préjugés des enquêteurs bourgeois contre la prétendue inefficacité de ces entreprises.

4Enfin, la présence de Giorgio Riello (Warwick) a été l’occasion de changer d’échelle, et de faire le point des apports et limites du courant dit de « l’histoire globale », à travers la discussion des travaux de Kenneth Pomeranz (avec la traduction de Une grande divergence, et la parution de La force de l’empire. Révolution industrielle et écologie, ou pourquoi l’Angleterre a fait mieux que la Chine), présentés par Philipe Minard, d’une part, et les exposés de Giorgio Riello sur l’histoire globale du coton à l’époque moderne, d’autre part.

Publications

  • « Du charbon et des plantations », dans La force de l’empire. Révolution industrielle et écologie, ou pourquoi l’Angleterre a fait mieux que la Chine, sous la dir. de Kenneth Pomeranz, (présenté par Philippe Minard), Alfortville, éditions è®e, 2009, p. 7-32.
  • « Norme, istituzioni e regolazione dell’economia. Nuovi approcci del mercato in Francia, secoli XVIII-XIX », Studi storici, n° spécial, « La storia economica delle società dell’Europa preindustriale », 50-3, juillet-septembre 2009, p. 695-716.
  • « La “réforme” en France et en Angleterre au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne & contemporaine, 56-4 bis, supplément 2009, p. 5-13.
  • « “À bas les mécaniques !” : du luddisme et de ses interprétation : à propos de François Jarrige, Au temps des “tueuses de bras”. Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle », sur le site de la Revue internationale des livres et des idées, mal 2010 : http://revuedeslivres.net/​articles.php?idArt=526.
  • « Postface à l’édition française : les hectares fantômes ou les vertus de l’histoire globale », dans Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, sous la dir. de Kenneth Pomeranz, Paris, Albin Michel, 2010, p. 495-498.
  • « Révolution industrielle et divergence Orient-Occident. Une approche d’histoire globale », Revue de synthèse, vol. 131, n° 3, août 2010, p. 455-464.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Minard, « Histoire comparée de la régulation socioéconomique en France et en Angleterre, 1680-1848 », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 204-205.

Référence électronique

Philippe Minard, « Histoire comparée de la régulation socioéconomique en France et en Angleterre, 1680-1848 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20495

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals