Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Administrer les « ressources naturelles », XIXe-XXe siècles

Alice Ingold
p. 209

Texte intégral

Alice Ingold, maître de conférences

Institutions de la nature (3). La nature selon les ingénieurs

1La première partie du séminaire a été consacrée à l’émergence contemporaine de la question environnementale et à l’examen des nouvelles formes de savoirs et de pratiques interdisciplinaires qu’elle a engagées. Nous avons vu comment la question environnementale n’introduit pas seulement de nouveaux objets, de nouveaux chantiers de recherche ou de nouvelles approches : elle signale aussi des changements d’équilibre dans la carte des disciplines, voire au sein même d’une discipline. En outre, elle engage des questions de positionnement sur la scène de l’expertise. Ces questions ont été examinées à partir de la participation de la géographie aux études environnementales. La géographie a en commun avec l’écologie d’avoir été désignée comme une discipline « carrefour » – entre sciences humaines et sciences naturelles –, qui n’aurait pas tenu ses promesses ; les deux disciplines s’étant vues accorder une vocation integratrice, qu’elles n’auraient pas su mettre en œuvre.

2Dans un second moment, nous nous sommes intéressés à la manière dont la question de la nature et celle de l’environnement se sont posées, au XIXe siècle, au moment où s’institutionnalisent et se spécialisent les disciplines. Nous avons abordé ces questions à partir de la figure de l’ingénieur, qui a pu être perçue comme une sorte de point d’aboutissement – et de transformation – du grand partage nature/culture et de la distinction des domaines qui se dessine sur une longue période moderne, séparant sciences de la nature et sciences de l’homme. Les sciences de l’ingénieur du XIXe siècle ne se réduisent pourtant pas à un répertoire de savoirs techniques s’appliquant à la nature et nécessitant de connaître les lois des matériaux et de la nature (construire un pont, creuser un canal, calculer un débit, procéder à un nivellement), mais engagent de nombreux autres savoirs. Ceux-ci ne visent pas seulement à connaître les lois de la nature pour mieux les gouverner, ou les maîtriser, mais développent une vision globale des différents savoirs – juridiques et sociaux – qui participent au fonctionnement des objets techniques qu’ils imaginent. Il s’est agi de rendre compte du mouvement par lequel la nature est désignée comme le domaine spécifique des compétences particulières de l’ingénieur. Parmi les situations complexes que les ingénieurs entendent prendre en charge au XIXe siècle, nous nous sommes particulièrement attachés aux systèmes fluviaux et forestiers, aux marais, étangs et rivages. C’est à partir de ces lieux de prédilection d’intervention de l’ingénieur et tout particulièrement de la gestion des eaux, que se joue ce qui est devenu l’hypothèse centrale et le fil conducteur du séminaire : la concurrence, structurante au XIXe siècle, entre ingénieur et juriste.

Publication

  • « Cartografare le acque corne risorse “naturali” nell’Ottocento. La Carta Idrografica d’Italia e gli ingegnerie delle miniere », Contemporanea 2010 (a. XIII, N° 1), p. 3-26.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Ingold, « Administrer les « ressources naturelles », XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 209.

Référence électronique

Alice Ingold, « Administrer les « ressources naturelles », XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20500

Haut de page

Auteur

Alice Ingold

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals