Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green et Mônica Raisa Schpun
p. 218-220

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études
Mônica Raisa Schpun, chargée de cours à l’ENSAL

L’histoire comparée et les migrations contemporaines

1L’histoire et l’historiographie des migrations jouissent actuellement d’un élargissement du champ et de la mise en comparaison des expériences et des analyses transnationales. En prenant comme objet cette année les migrations vers les deux Amériques, ainsi que vers l’Europe, nous avons cherché à mettre en évidence des continuités et des ruptures dans le phénomène migratoire et ses interprétations. Les catégories de classe, de genre, de race et d’ethnicité ont été considérées non comme des données mais comme des problématiques. Le séminaire a tourné autour de deux axes : Comment expliquer les migrations ? Comment vivre les migrations ?

2Au-delà du paradigme industriel, il faut repenser les interprétations macroéconomiques afin d’interroger les « marges » analytiques tout aussi importantes : la petite industrie, les hommes d’affaires transnationaux, la migration des élites (conférences données par Nancy L. Green à l’Université de Californie-Irvine ; conférence de Laura Hobson Faure, EHESS, sur la présence juive américaine en France après la Shoah). Anne Winter (Universiteit Vrije, Bruxelles) nous a rappelé que la question de changement et de continuité est déjà présente à travers les migrants au cœur de la transformation industrielle d’Anvers entre 1760 et 1860.

3Comprendre les migrations dans leur dimension économique (trop longtemps univoque mais trop injustement délaissée aujourd’hui, Nancy L. Green) est, depuis une bonne décennie, éclipsé par le fait politique. Or, cette politique se déploie à différents niveaux : politiques nationales de « migrations choisies » (l’immigration « blanche » au Brésil ou les migrations croisées entre l’Allemagne et le Brésil sur fond de circulaires secrètes, étudiées par Mônica Raisa Schpun) ; mais aussi politiques municipales (Melissa Byrnes, American Council of Learned Societies, sur Saint-Denis et Asnières-sur-Seine).

4Mais, comment vivre l’immigration, et dans quelle mesure les catégories elles-mêmes induisent ou non certaines façons de faire ? Qu’y a-t-il de commun entre un intellectuel juif new-yorkais (Irving Howe, présenté par Mitchell Cohen, Baruch College/CUNY Graduate School), un peintre juif lituanien formé en Allemagne et immigré au Brésil (Lasar Segali, Mônica Raisa Schpun), des anciens militants d’extrême gauche italiens et des exilés latino-américains en France (Corine Godichaud, EHESS et Helenice Rodrigues, Université Fédérale du Paraná) jusqu’aux descendants de Japonais au Brésil (Mônica Raisa Schpun) ? Interroger les termes « exilés », « réfugiés », « immigrés » jusqu’aux « sans papiers » en grève cette année (rencontre avec des représentants du collectif des sans-papiers) est une manière de penser les effets des « papiers », les pressions (débat autour du documentaire « À tombeau ouvert chez sa gracieuse majesté », sur l’immigration brésilienne à Londres où s’est posée avec force la question des papiers, des faux-papiers, des stratégies quotidiennes de contournement), mais aussi les aspects structurant de la vie quotidienne des migrants (l’immigration juive dans la France de l’après-guerre, Mônica Raisa Schpun). Nous avons pu ainsi revenir sur la variété des parcours d’exil et de migrations en examinant la vie familiale, le travail, jusqu’à l’inscription sur le corps et le jeu complexe entre accommodations et formes de résistance vis-à-vis du racisme qui s’y focalise (les chirurgies d’occidentalisation des yeux chez les nippo-brésiliens, Mônica Raisa Schpun ; Helena Khanga and the Afro Russian diaspora, Kate Baldwin, Université Northwestern), et une question rarement traitée, les tensions internes aux communautés (Nancy L. Green au congrès du Council for European Studies, Montréal).

5Enfin, nous avons déjà entamé cette année un thème qui sera central l’an prochain : des immigrées aux rapports de genre dans l’histoire des migrations, en passant par les questions de citoyenneté et du « travail » (par exemple du travail d’être femme dans les associations féminines américaines en France dans l’entre-deux-guerres, Nancy L. Green au séminaire et au congrès de la Society for French Historical Studies, Phoenix).

Publications

  • « Tempo e estudo da Assimilação », Antropolitica 25 (2e semestre 2008, parution 2009), p. 23-47.
  • « Entr’aide sociale et histoire des migrations », dans Terre d’exil, terre d’asile, sous la dir. de Colette Zytnicki, Paris, Éditions de l’Éclat, 2010, p. 5-8.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green et Mônica Raisa Schpun, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 218-220.

Référence électronique

Nancy L. Green et Mônica Raisa Schpun, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20509

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals