Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des modèles culturels

Jacques Revel et Sabina Loriga
p. 223-225

Texte intégral

Jacques Revel, directeur d’études
Sabina Loriga, directrice d’études

Histoire et mémoire. Perspectives historiographiques

1Le programme du séminaire est destiné à se prolonger sur plusieurs années. Il a été, pour une part, conçu en relation avec le projet d’atelier international sur les « Usages publics du passé » dont Sabina Loriga a pris, parallèlement, l’initiative. C’est pourquoi il nous a semblé utile de consacrer un premier ensemble de séances à quelques unes des conceptualisations disponibles pour qui souhaite réfléchir aujourd’hui sur le thème, très fréquenté on le sait, « Histoire et mémoire ». Un premier cadrage théorique a ainsi été consacré à des propositions anciennes mais qui restent fondamentales : ainsi celle de Maurice Halbwachs (Les cadres sociaux de la mémoire, 1925 ; La mémoire collective, 1950) ; à des propositions plus récentes comme celles développées par Paul Ricœur dans La mémoire, l’histoire, l’oubli (2000) ; ou encore à l’ensemble des textes de Pierre Nora qui servent d’encadrement à la série des Lieux de mémoire (1984-1992). Ces propositions ne se superposent pas, tant s’en faut. D’autres pourraient être prises en compte et elles le seront dans l’avenir. Mais elles nous ont paru suffisamment riches et complètes pour permettre un premier repérage, pour préparer les auditeurs du séminaire à réfléchir sur l’abondante production contemporaine et pour poser de façon critique les questions que nous entendions développer par la suite.

2Dans un second moment, nous avons choisi de revenir sur une série d’analyses qui ont été développées dans les années 1980-1990, c’est-à-dire dans les débuts de la vague mémorielle, dans un moment où les historiens ont cherché à (ou ont été requis de) se situer par rapport à elle. Le débat allemand connu sous le nom de Historikerstreit a posé ces questions de façon frontale et souvent violente, en raison à la fois des contenus en discussion (la place du nazisme dans la continuité de l’expérience historique allemande), et de sa configuration puisqu’il mettait en cause la place de l’historien dans l’espace public. En ce sens, cet épisode capital a valeur de symptôme : il rappelle que les historiens ne sont pas seuls à produire des énoncés sur le passé dans les sociétés dans lesquelles ils vivent. Cette situation n’est sans doute pas nouvelle mais le constat s’en est alors imposé avec une insistance particulière. Des travaux de recherche ont, dans les mêmes années, posé d’autres question qui complètent ce tableau. Dans Le syndrome de Vichy (1987), Henry Rousso a tout à la fois décrit une histoire de la mémoire d’un moment longtemps dénié et analysé les mécanismes d’une pathologie collective caractérisée par son aspect obsessionnel et son oscillation permanente entre un trop plein et un trop peu de mémoire. Anette Wieviorka a montré ce que l’on pouvait apprendre d’une histoire du témoignage et du témoin sur le génocide des Juifs pendant les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale (L’Ère du témoin, 1998). De cet ensemble de questions, la répétition et l’excès de la mémoire, Dominick LaCapra a proposé une approche en termes de trauma, qui fait appel à une conceptualisation psychanalytique dont on a tenté de préciser ce qu’elle peut apporter, mais aussi les problèmes qu’elle pose aux historiens (History and Memory after Auschwitz, 1998).

3Un dernier ensemble de séances a été consacré à la présentation de recherches en cours. L’accent a été mis, pour l’essentiel, sur les acteurs et sur les cadres institutionnels de la production mémorielle : Sandrine Lefranc (CNRS) a montré l’Importance des entrepreneurs de mémoire dans la multiplication des projets de « justice transitionnelle » placés sous le label « Vérité et réconciliation ». Gaetano Ciarcia (Université de Montpellier) a analysé celle des « passeurs de mémoire » dans les opérations de patrimonialisation en Europe et en Afrique. Isabelle Thireau (EHESS/CNRS) a montré comment les institutions chinoises encadrent aujourd’hui la demande de réparation des victimes de la Révolution culturelle dans un projet de pacification du passé. Fernando Devoto (Université de Buenos Aires, Université de San Martin) a exposé les problèmes que posent la conception et la réalisation d’un musée consacré à la mémoire de l’immigration en Argentine. Enfin, Smaranda Vultur (Université de Timisoara) a proposé en sociologue une lecture des formes de compétition entre les différents protagonistes (groupes et institutions) dans la fixation d’une mémoire de la chute du régime communiste en Roumanie.

Publications

Jacques Revel

  • Proposições. Ensaios de história e hisoriografia, Rio de Janeiro, Universidade do Estado do Rio de Janeiro, 2009, 265 p.
  • « De la psychologie historique à l’anthropologie historique », Eirene, Studia Graeca et Latina, Prague, XLV/2009/I-II, Theatralia Jean-Pierre Vernant, p. 133-139.
  • História e Historiografía. Exercícios críticos, Curitiba, Editora UFPR, 2010, 264 p.
  • « The uses of comparison : Religions in the early eighteenth century », dans Bernard Picart and the first global vision of religion, sous la dir. de Lynn Hunt, Margaret Jacob, Wijnand Mijnhardt, Los Angeles, The Getty Resarch Institute, 2010, p. 331-347.
  • « Tra antropologia e psicologia. Omaggio a un grande intellettuale. La centralità della storia negli studi di Jean-Pierre Vernant sul mito e la società dell’antica Grecia », Prometeo, 28 (109), mars 2010, p. 12-17.
  • « Multiple narratives : Scale and discontinuity in history », dans Unsettling History, Archiving and narrating in historiography, sous la dir. de Sebastian Jobs, Alf Lüdtke, Francfort/New York, Campus Verlag, 2010, p. 49-61.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Revel et Sabina Loriga, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 223-225.

Référence électronique

Jacques Revel et Sabina Loriga, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20513

Haut de page

Auteurs

Jacques Revel

Articles du même auteur

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals