Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 248-249

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance historique : le paradigme cosmologique

1L’une des plus anciennes théories de l’histoire s’élabore dans l’horizon de la cosmologie grecque. Dès l’époque archaïque, les spéculations sur l’origine et l’évolution de l’univers appliquent l’analogie cosmique aux métamorphoses du vivant et à l’aventure de l’espèce humaine, en déduisant le cours des choses de l’état de leur configuration initiale. Ainsi la Théogonie d’Hésiode, qui traite la causalité naturelle encore en termes de filiation généalogique, inscrit le destin, étroitement lié, des dieux et des hommes dans la perspective téléologique d’une résolution du conflit qui oppose au départ Ciel et Terre en tant que représentants de l’antagonisme primordial de l’identité et de l’altérité. À la suite d’Hésiode, les penseurs présocratiques, de Thalès et Pythagore à Anaxagore et Empédocle, tout en dégageant le régime des causes et des effets du modèle ancestral de la généalogie, expliquent la diversité changeante des phénomènes par le déploiement contrasté d’un principe (arché), dont la prégnance, logique autant que physique, ramène le Devenir à l’Être. C’est cette onto-cosmologie cyclique qui sous-tend les mythes platoniciens du Phédon, du Phèdre et de la République, consacrés aux séjours et pérégrinations des âmes en attente de leur réincarnation, et fournit sa trame au récit cosmogonique du Timée, qualifié de « fiction vraisemblable » reproduisant au moyen de la circularité, plus ou moins parfaite, des mouvements célestes et de leurs équivalents terrestres l’ordre immuable du monde des idées. Véritable synthèse réflexive des systèmes antérieurs, l’œuvre de Platon occupe une place centrale dans la chaîne de transmission du paradigme cosmologique. Rétrospectivement, elle fait comprendre le cheminement de la philosophie naissante, quand celle-ci éclaire les affaires humaines par l’interaction des puissances cosmiques, et de manière prospective, elle sert à mesurer l’originalité des reprises hellénistiques et romaines, jusqu’aux Utopies de la Renaissance.

2Partant de cette vue d’ensemble, nous nous sommes attachés à restituer d’abord la cohérence du projet platonicien, qui combine la perfection statique de la Cité idéale, exposée dans la République, avec la réalité mouvante de la cosmologie et de l’anthropologie du Timée, pour interpréter l’issue de la guerre qui aurait opposé jadis l’Athènes primitive à l’Atlantide, dont le Critias amorce la description en inversant systématiquement les traits constitutifs de la république parfaite, comme la victoire éternelle du Même sur l’Autre. Cet événement protohistorique préfigure les victoires des Grecs contre l’envahisseur perse et rend intelligible celle, tout aussi improbable, que le petit État rural de Sparte remporte dans le guerre du Péloponnèse sur la Fédération maritime d’Athènes. Dans les deux cas, c’est la terre qui, symboliquement, résiste à l’eau, qu’incarnent les vagues d’assaut qui la submergent. L’histoire se répète ainsi indéfiniment à travers la lutte que se livrent les forces élémentaires commandées par la logique des oppositions fondamentales.

3La suite du séminaire a été consacrée à l’analyse approfondie des différents systèmes qui ont précédé et suivi celui de Platon, à commencer par ceux d’Hésiode et d’Empédocle, mais en accordant une attention particulière aux réfections stoïciennes d’Héraclite et à la tradition néoplatonicienne (le « Songe de Scipion » tiré de la Res publica de Cicéron et transmis par Macrobe). Pour finir, la lecture de larges extraits des Utopies de Thomas More et Tommaso Campanella a permis de vérifier l’influence durable d’une tradition qui cherche dans la cosmologie la clé des manifestations historiques.

Publications

  • Les avatars du vide. Démocrite et les fondements de l’atomisme, Paris, Hermann, 2010.
  • La science en jeu (coll.), Paris, Actes Sud, 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 248-249.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20531

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals