Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Écriture et société à Byzance

Filippo Ronconi
p. 257-258

Texte intégral

Filippo Ronconi, maître de conférences

Cercles de lecture/écriture et transmission du savoir profane à Byzance

1Si les livres en langue grecque produits entre l’Antiquité et l’époque byzantine sont d’habitude écrits par un seul copiste, il existe des manuscrits (surtout à contenu profane) dont la transcription fut réalisée par deux ou plusieurs scribes différents. Ce sujet a attiré l’attention de nombreux savants, qui ont concentré leurs études sur des cas spécifiques. Mais au-delà des implications concernant la circulation des textes intéressés, ce phénomène a une signification socioculturelle importante, liée au thème délicat des modalités de diffusion et de transmission du savoir profane entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Notre séminaire s’est donc ouvert sur la formulation d’une série de questions. Quelle était la diffusion et l’incidence socioculturelle des « cercles de lecture et d’écriture » dans l’Antiquité, l’Antiquité tardive et l’époque byzantine moyenne ? Dans une perspective de longue durée, faut-il parler de continuité ou plutôt de rupture(s) ? Quelles classes sociales étaient intéressées par ce type d’activités partagées, aux différentes époques ? Quelles opérations y étaient effectivement menées ?

2Nous avons concentré notre analyse sur l’étude de quelques manuscrits éminents d’époques différentes, afin de remonter, à partir des aspects matériels de chacun d’entre eux, aux caractères socioculturels des milieux de production et d’utilisation primitive. Après une analyse rapide du P. Berol. inv. 13270 et du P. Köln inv. 21 351+21 376 (IIIe siècle av. J. C), nous avons étudié le P. Lond. Lit. 108, témoin incontournable de la Constitution des Athéniens d’Aristote et auquel L. Del Corso a consacré un article récemment. La transcription, datable entre la fin du Ier et le début du IIe siècle, est due à quatre mains travaillant sans aucun doute en équipe, mais non pas dans un atelier professionnel, comme le démontrent les écritures employées, les modalités de collaboration et le fait que le texte soit écrit sur des rouleaux documentaires réemployés. Comme une série d’autres facteurs le démontre, il s’agit probablement du produit d’un milieu provincial aux intérêts variés.

3Puis, nous sommes passés à l’époque proto-byzantine, en analysant le codex Bodmer dit “des Visions”, un petit manuscrit du IVe-Ve siècle, lui aussi provenant de la chora égyptienne et contenant un recueil de textes sacrés écrits par plusieurs mains, dont l’activité a généralement été considérée comme intégrée dans un travail d’équipe. En l’analysant de plus près, nous avons toutefois démontré que les textes qu’il contient sont dus à deux groupes de scribes distincts, travaillant probablement dans le même milieu (dont la nature est particulièrement difficile à saisir), mais avec un léger décalage chronologique.

4L’étape suivante de notre analyse a porté sur l’époque byzantine moyenne. En mettant en relation les données codicologiques du ms Ven. Marc. gr. 450 (comprenant la Bibliothèque de Photios) et des témoignages littéraires, nous avons pu démontrer la justesse de l’hypothèse de L. Canfora et G. Cavallo, selon laquelle le manuscrit serait issu du cercle qui entourait le patriarche. Plusieurs sources contemporaines évoquent ce cercle. Nous avons essayé de les interpréter à la lumière des oppositions idéologiques de l’époque. Cette approche a permis de revenir sur la vexata quaestio de la datation et de la véritable nature de l’ouvrage. Nous avons donc abordé les dix-huit manuscrits constituant ce qu’on appelle la « collection philosophique ». L’analyse des facteurs codicolo-giques, paléographiques et textuels a permis de démontrer qu’ils constituent trois groupes distincts de livres, transcrits par trois équipes de copistes liés à des personnalités-clés dans le passage de l’iconoclastie à l’iconodoulie.

5Notre attention s’est enfin concentrée sur quelques manuscrits produits dans des monastères calabrais du Xe-XIIe siècle. Il s’agissait d’examiner comment la nature de l’étude des dynamiques de collaboration entre copistes pouvait contribuer à la connaissance de ce milieu provincial.

6Malgré l’amplitude du sujet, nous avons essayé de tirer un bilan. Dans l’univers des « manuscrits à copistes multiples », plusieurs catégories peuvent être identifiées qui renvoient à des dynamiques de collaboration différentes. Une étude attentive de chacun de ces livres peut contribuer à illustrer les caractères des milieux qui les ont produits. Mais dans ce type d’analyse il faut éviter toute généralisation et considérer chaque manuscrit comme un produit caractéristique d’un milieu socio-culturellement défini, à un moment historique donné.

Publications

  • Raccolta ascetico-omiletica. Montecassino, Biblioteca del Monumento Nazionale Casin. 431 (già 278-416), dans San Nilo di Rossano e l’Abbazia greca di Grottaferrata. Storia e immagini, sous la dir. de Filippo Burgarella, Catalogo della mostra (Abbazia di Santa Maria di Grottaferrata, Grottaferrata, 14 novembre-10 décembre 2009), Rome, 2009, p. 135-139.
  • Bodleian Library ms. Baroccianus 50 : annotazioni codicologiche su un manoscritto miscellaneo. Ricerche preliminari, dans Actes du VIe Colloque international de Paléographie grecque, sous la dir. de Basile Atsalos et Niki Tsironis, (Drama 21 -27 septembre 2003), p. 639-655 et 8 pl.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Filippo Ronconi, « Écriture et société à Byzance », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 257-258.

Référence électronique

Filippo Ronconi, « Écriture et société à Byzance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20541

Haut de page

Auteur

Filippo Ronconi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals