Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire des sociétés urbaines et des territoires germaniques au Moyen Âge

Pierre Monnet
p. 276-278

Texte intégral

Pierre Monnet, directeur d’études

Histoire médiévale

1Le séminaire est co-habilité à titre de séminaire d’ouverture dans le parcours des études médiévales de l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne et de l’École normale supérieure et permet la créditation de 3 ECTS. Il est ouvert aux étudiants de master, doctorants et jeunes chercheurs.

2Il se propose sur un plan général d’observer et de caractériser l’organisation des sociétés urbaines dans le Saint Empire au Moyen Âge en lien avec l’évolution territoriale et politique des composantes royales et princières de l’ensemble. La comparaison avec les autres régions d’Occident est menée à chaque fois que le thème s’y prête, spécialement dans le cadre de conférences prononcées par des collègues invités. Afin de croiser histoire universelle, histoire de l’Empire, histoire urbaine et histoire des représentations, une lecture et traduction suivie de larges extraits et plus spécialement des vues et commentaires de villes du Buch der Chroniken, Liber chronicarum (1493), du médecin et humaniste nurembergeois Hartmann Schedel, a servi de fil conducteur aux séances du premier semestre. Le commentaire des vues de ville (140 au total dans cet incunable qui comporte un peu plus de 1 800 gravures) a été associé à la traduction et à l’analyse du texte qui accompagne chaque cité. Le croisement de l’image et de l’écrit, l’étude de la construction des origines, l’analyse des formes et fonctions de l’écriture et la prise en compte des aspects de production matérielle d’un ouvrage tiré à plus de deux mille exemplaires au sein d’une véritable entreprise éditoriale associant banquiers, mécènes, marchands, graveurs, typographes, illustrateurs... ont permis d’ériger ce « monument » en témoin d’une culture urbaine constituée d’une grande complexité de représentations et de feuilles de mémoire, parfois contradictoires, qui confèrent au texte le statut de véritable construction sociale et imaginaire.

3Un autre ouvrage a servi de fil conducteur à l’analyse des représentations de la ville et en ville, celui que compose entre 1545 et 1549 Johann Jakob Fugger d’Augsbourg, descendant du célèbre Jakob Fugger dit Le Riche, sous le titre de Ehrenbuch. Ce manuscrit qui associe lui aussi le texte et l’image livre plusieurs centaines de portraits pour retracer les origines et les alliances des quelque 442 Fugger recensés dans les deux branches de la famille, entre 1367 et la fin du XVIe siècle. Le texte pose plusieurs questions qui ont été abordées à travers les analyses des images et les traductions des textes rédigés en allemand : le croisement entre les notions d’honneur et de lignage en ville ; la compétition économique, sociale, mémorielle et figurative entre deux branches concurrentes de la famille, les Von der Lilie et les Vom Reh ; le caractère tardif de la mise en forme d’une mémoire familiale bien après leur ascension sociale et le triomphe de Jakob Fugger ; l’imposition d’un modèle d’enchaînement horizontal concurrençant celui de l’arbre généalogique ; les usages des archives familiales en ville ; la dynamique entre représentation de soi et représentation du groupe ; le jeu des représentations au sein de l’élite urbaine ; les effets de la Réforme protestante.

4Par ailleurs, dans le cadre d’un programme d’invitations communes coordonné avec Jean-Claude Schmitt au sein du GAHOM, plusieurs collègues étrangers ont été invités à parler : le 1er décembre 2010 Gregor Rohmann (Francfort-sur-le-Main) sur la danse de Saint-Guy au Moyen Âge ; le 19 janvier 2010 Martin Nejedly (Prague) sur les relations entre Tchèques et Allemands dans les villes de Bohême au Moyen Âge ainsi que le 2 février 2010 sur le projet d’union des États chrétiens au XVe siècle par le roi de Bohême Georges de Podiebrad en 1464 ; le 30 mars 2010 Patrick Geary (UCLA) sur la survivance des philologues du XIXe siècle et la création de corpus de textes médiévaux « nationaux » sur lesquels repose encore en partie notre interprétation ; le 13 avril 2010 Michel Hébert (Montréal) sur une analyse comparée des assemblées représentatives à la fin du Moyen Âge (Paris, 1356 et Westminster, 1376) ; le 4 mai 2010 Silvana Vecchio (Ferrare) et Carla Casagrande (Pavie) sur les vices, les vertus et les passions comme thèmes de la pensée philosophique et théologique médiévale. Le 18 mai 2010, Dominique Adrian (Nancy) qui a soutenu sa thèse sur le pouvoir politique à Augsbourg à la fin du Moyen Âge en 2009 est intervenu sur le gouvernement des villes d’Empire à la fin du Moyen Âge ou comment créer des institutions « efficaces ».

5J’ai continué d’exercer en 2009-2010, parallèlement à mes activités scientifiques à l’EHESS, les fonctions de président de l’Université Franco-Allemande, organisme qui met en œuvre 145 coopérations à double diplôme et 30 collèges doctoraux binationaux entre 180 universités et grandes écoles françaises et allemandes, réseau auquel participe l’EHESS par le biais d’un collège doctoral en histoire conclu avec l’université Humboldt de Berlin (depuis 2006) et un mastère binational en histoire conclu avec l’université de Heidelberg (depuis 2008).

6Je me suis engagé depuis le mois d’août 2009, sous la coordination de Christian Lamouroux (EHESS), dans un programme d’échange avec les universités de Pékin (Beida) et de Taipei (Teida) autour du thème de l’écriture d’une nouvelle histoire politique au Moyen Âge. Ce projet a été réalisé à travers un colloque international à Taipei (août 2009) et une série de conférences en Chine (juin 2010) aboutissant à renforcer les échanges entre collègues chinois et collègues de l’EHESS et à orienter vers l’EHESS des doctorants chinois.

7J’ai également participé, comme les années précédents, à l’organisation et à l’animation scientifique du séminaire collectif (CRIA/EHESS, Universités de Paris-I/Panthéon-Sorbonne et Paris-VII/Diderot, Institut français d’histoire en Allemagne) intitulé « Les Mots de l’Histoire : historiens français et allemands face à leurs outils et à leurs concepts », qui s’est tenu chaque mois entre novembre 2009 et juin 2010, à l’Institut historique allemand de Paris. Ce séminaire est chargé, à travers l’exposé de deux intervenants français et allemand, de confronter autour d’une notion (parenté, représentation, mémoire...) les convergences et divergences sémantiques et historiographiques au sein des sciences sociales et humaines en France et en Allemagne.

Publications

  • Traduction, édition et commentaire de la Vita de Charles IV de Bohême (1316-1378), également avec Jean-Claude Schmitt, aux Belles Lettres (dans le cadre du projet blanc ANR 2006-2010 porté par le GAHOM/CRH « Une culture du Livre dans une société d’illettrés. Parler, figurer, écrire dans l’Europe médiévale »), 2010.
  • Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.-21. Jahrhundert. Uses and Abuses of the Middle Ages : 19th-21th Century, Usages et mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle, sous la dir. de Janos Bak, Jörg Jarnut, Pierre Monnet, Bernd Schneidmüller, Munich, Wilhelm Fink (Mittelalterstudien 17), 2009.
  • Coordination d’ensemble avec Yann Potin et Julien Loiseau de l’ouvrage Histoire du monde au XVe siècle, sous la dir. de Patrick Boucheron, Paris, Fayard, 2009. Chapitre sur « L’Empire et ses royaumes voisins du Nord et de l’Est de l’Europe » p. 155-175 et articles « Le dernier couronnement d’un empereur à Rome 1452 », p. 363-367 et « Le projet de paix et d’union chrétiennes de Georges de Podiebrad en 1462-1464 », p. 527-533.
  • « Der böhmische König Georg von Podiebrad und das Projekt einer christlichen Föderation im spätmittelalterlichen Europa », dans Jubiläumsschrift zum sechzigjährigen Bestehen des Historischen Instituts der Universitât des Saarlandes, Sarrebruck, 2009, p. 139-151.
  • « Nouveaux thèmes, nouvelles pistes : développements de l’histoire politique au XXIe siècle », dans Agenda of “Prospects of New Political History” (International Conference, Taiwan, 26-28 août 2009), Taïwan, p. 28-42.
  • Notices « Privilèges municipaux » et « Pouvoir municipal » avec Juhan Kreem dans le Dictionnaire des ordres militaires au Moyen Âge, sous la dir. par Nicole Bériou, Philippe Josserand, Paris, Fayard, 2010, p. 741-742 et p. 734-735.
  • « De l’honneur de l’Empire à l’honneur urbain : la Bulle d’Or de 1356 et les villes dans l’Empire médiéval et moderne », dans Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, sous la dir. de Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt, Paris, 2010, p. 152-160.
  • « Bien commun et bon gouvernement : le traité politique de Johann von Soest sur la manière de bien gouverner une ville (Wye men wol eyn statt regyrn soll, 1495) », dans De bono communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c). Discours et pratiques du Bien Commun dans les villes d’Europe (XIIIe au XV siècle), sous la dir. d’Élodie Lecuppre-Desjardins et Anne-Laure van Bruaene, Turnhout, Brepols, 2010, p. 89-106.
  • “La Bulle d’Or de 1356, un texte dans la longue durée allemande et européenne”, dans Bulletin de l’Institut historique allemand de Paris, 15, 2010, p. 29-51.
  • Pour en finir avec la religion civique ?, dans Histoire urbaine, 27, 2010, p. 107-120.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines et des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 276-278.

Référence électronique

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines et des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20563

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals