Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Pratiques pénales et espace de la justice (mondes germaniques, XVIe-XVIIIe siècle)

Falk Bretschneider, Mareike König et Christophe Duhamelle
p. 279-281

Texte intégral

Falk Bretschneider, maître de conférences
Christophe Duhamelle, directeur d’études

Identités, appartenances, territoires : le Saint-Empire à l’époque moderne

1Le séminaire se consacre à un double objectif. Il vise d’une part à faire des spécificités du Saint-Empire à l’époque moderne non un inventaire curieux d’une sorte d’exotisme irréductible, mais un laboratoire où explorer le jeu des échelles politiques, sociales et confessionnelles dans les sociétés européennes de l’époque moderne. Il poursuit d’autre part une approche des phénomènes de distinction et de structuration, de ce qui « fait société », approche soucieuse d’établir un lien entre l’interaction individuelle, le groupe vécu, et les institutions, ainsi que de travailler le rapport entre logique des acteurs, droit, marqueurs identitaires et développements normatifs. Il s’agit donc de faire se rejoindre des domaines encore étanches – singulièrement dans l’historiographie allemande – comme le « local » et le « général », mais aussi le religieux, le juridique et le social, afin de proposer à l’analyse comparée des systèmes politiques de l’Europe moderne une manière de travailler les cas comme configurations d’interactions entre acteurs et cadres généraux, que les acteurs à la fois reproduisent et actualisent. Les deux objectifs se sont rejoints cette année dans une volonté d’étudier le Saint-Empire sous l’angle de la construction des différences – thème pour lequel le morcellement politique, la division confessionnelle et les défis posés aux pratiques pénales par l’omniprésence des frontières ont servi de fils directeurs. La « construction » de la différence a été saisie au collet de ses mises en œuvre, parfois minuscules, mais en prenant au sérieux les pesanteurs dont elles sont tissées.

2Tantôt, c’est donc au plus près des pratiques individuelles qu’a été reconstruit tout le « feuilleté » des espaces, des pouvoirs et des références, par exemple à partir du prénom comme marque confessionnelle, des comportements sociaux dans les lieux d’enfermement, ou des récits de conversion princières. Tantôt, c’est dans l’ordre des savoirs qu’ont été saisis les cadres impériaux, mis en actes et en arguments lors de controverses comme celle qui a contribué à définir la « maladie d’Annaberg » (1716-1720) ou celle qui eut lieu pendant plus d’un siècle sur le concile de Nicée dans le cadre de la querelle des calendriers confessionnels, ou lors de la création de l’université de Göttingen. Tantôt enfin c’est la notion de marqueur identitaire qui a été approfondie : quelles configurations religieuses, politiques, et même familiales se cristallisent-elles autour de l’usage des reliques des catacombes ? Que recouvre le terme même de « confession » ? En quoi la maison de correction donne-t-elle à comprendre les caractéristiques de l’État territorial allemand de l’époque moderne ? Le séminaire est également revenu sur la construction des frontières territoriales dans l’Empire, et à ses périphéries italiennes, ainsi que sur leurs conséquences, par exemple sur la pratique pénale du bannissement ou sur les processus de négociation entre sujets et autorités, replacés dans une comparaison européenne. Il a en outre réservé plusieurs séances à la manière dont la définition des marginalités religieuses fait jouer les différents niveaux, ainsi que la relation entre altérité et identité, constitutifs de la construction de différences : diaspora des huguenots, anabaptistes en Rhénanie, jansénistes dans l’Empire au XVIIIe siècle.

3Après cinq séances consacrées au « cadres » institutionnels, spatiaux, juridiques et confessionnels du Saint-Empire, le séminaire a fait alterner les présentations par les deux enseignants et les interventions extérieures (Philippe Büttgen, Juliette Guilbaud, Mathilde Monge, Anne Saada, ainsi que trois directeurs d’études invités : Stefan Brakensiek, Susanne Lachenicht, et Matthias Schnettger). Il poursuivra l’an prochain la thématique générale en la centrant sur « les figures de l’espace et du temps ».

Publications

Falk Bretschneider

  • « Arbeit und Zuchthaus. Elemente zu einer Genealogie des Begriffs der “Besserung” im 18. Jahrhundert », dans Hinter Gittern. Zur Geschichte der Inhaftierung zwischen Bestrafung, Besserung und politischem Ausschluss vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, sous la dir. de Silke Klewin, Herbert Reinke, Gerhard Salter, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, p. 83-97.
  • « Der Raum der Einsperrung. Raumkonstitution zwischen institutioneller Stabilisierungsleistung und eigensinnigen Nutzungsweisen », dans Orte der Verwahrung. Die innere Organisation von Gefängnissen, Hospitälern und Klöstern seit dem Spätmittelalter, sous la dir. de Gerhard Ammerer, Arthur Brunhart, Martin Scheutz, Alfred Stefan Weiβ, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, p. 103-130.

Falk Bretschneider, maître de conférences
Mareike König, chargée de recherche à l’Institut historique allemande de Paris

Lire l’allemand d’hier : introduction aux sources de l’histoire moderne allemande et à la paléographie

4Ce séminaire a pour but de satisfaire un besoin souvent souligné, celui de préparer à leurs séjours en archives en Allemagne des étudiants et doctorants destinés à travailler avec des sources originales de l’époque moderne. Pour cela, une présentation de la structure et du fonctionnement des archives outre-Rhin (dont notamment l’organisation fédérale peut poser des difficultés à l’utilisateur qui ne s’y connaît pas) nous a paru nécessaire. Nous avons donc d’abord présenté les principales institutions archivistes allemandes, introduit aux règles d’utilisation et donné quelques conseils pratiques pour mieux préparer un séjour consacré à un dépouillement de sources.

5Nous avons ensuite proposé une introduction à l’histoire de l’écriture européenne (avec un accent mis sur les écritures cursives) et à la paléographie moderne dans l’espace germanique. Nous avons commencé par la lecture de textes imprimés en lettres brisées et dites « gothiques » (Fraktur), mais rapidement nous avons présenté des documents d’archives écrits en cursive gothique. Assez différentes de la cursive humanistique (écriture commune, depuis l’époque moderne, à tous les pays de l’Europe de l’ouest), ces formes à première vue très étranges de l’écriture courante allemande (Kurrentschrift) et de l’écriture de chancellerie (Kanzleischrift) nous ont obligés à débuter par le déchiffrement de lettres isolées, puis de phrases, avant de nous sentir suffisamment accoutumés et entraînés pour affronter la transcription d’un document entier.

6La lecture commune et guidée d’une dizaine de documents n’a par ailleurs pas été seulement l’occasion de développer des connaissances paléographiques mais également de familiariser les participants aux quelques règles fondamentales de l’établissement d’une transcription en bonne et due forme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Falk Bretschneider, Mareike König et Christophe Duhamelle, « Pratiques pénales et espace de la justice (mondes germaniques, XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 279-281.

Référence électronique

Falk Bretschneider, Mareike König et Christophe Duhamelle, « Pratiques pénales et espace de la justice (mondes germaniques, XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20564

Haut de page

Auteurs

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Mareike König

Articles du même auteur

Christophe Duhamelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals