Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde musulman

Histoire du Maghreb, XIXe-XXe siècles

Alain Messaoudi et Claire Fredj
p. 291-292

Texte intégral

Alain Messaoudi, professeur agrégé
Claire Fredj, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest-Nanterre

Savants, artistes, médiateurs : approches et connaissances du Maghreb

1Dans la continuité des années précédentes, le séminaire a permis de discuter de travaux récents d’histoire sociale, culturelle et politique du Maghreb pendant la période coloniale. Parfois en collaboration avec le séminaire Population et rapports sociaux en situation coloniale : le cas algérien (XIXe-XXe siècles) organisé par Sylvie Thénault et Emmanuel Blanchard au Centre d’Histoire Sociale du Centre Malher (CNRS/Université Paris-I), nous avons cherché à mieux comprendre les caractéristiques particulières de la société coloniale en Algérie, en Tunisie et au Maroc, par des approches à la fois prosopographiques et biographiques, fondées sur des archives publiques et privées.

2L’exploitation des commissions municipales a ainsi permis, au-delà des représentations communes, de dresser un portrait collectif des notables français en Tunisie et au Maroc, et d’évaluer l’action de ces patrons et de leurs clientèles (David Lambert). C’est une élite particulière que celle des soignantes européennes (sages-femmes, infirmières, médecins, religieuses et laïques) qui travaillent en Algérie auprès des musulmanes et tentent de faire entrer praticiennes et patientes indigènes dans la modernité médicale (Claire Fredj). Malgré les barrières communautaires, il existe des espaces sociaux mixtes – ceux que fréquentent, à Tunis, les élites cosmopolites au début des années 1880, mais aussi, paradoxe apparent, certains des lieux où se réunissent les Oulémas réformistes musulmans à Alger dans les années 1930 (Afaf Zekkour). Au sein même de l’ensemble des « Européens », il y a aussi des sociabilités particulières, comme celle des touristes anglais à Alger, pour qui s’est développée une presse spécifique à la fin du XIXe siècle (Diana Cooper Richet).

3S’intéresser aux productions culturelles nouvelles qui se développent au Maghreb aux XIXe et XXe siècles engage à étudier leur dimension politique et les modes de constitution de cultures nationales particulières. On l’a vu tout particulièrement à travers le cas tunisien. L’analyse des décorations, des uniformes et des portraits des mamelouks de Tunis (1831-1881) permet de mieux définir la culture militaire du pouvoir beylical (M’hamed Oualdi) mais aussi de s’interroger sur sa capacité d’adaptation au nouveau régime politique imposé par le Protectorat français. Quel sens les beys ont-ils donné à la participation de la Tunisie aux expositions universelles dès 1851 ? Entre affirmation nationale et exaltation de l’œuvre coloniale, une image du pays se diffuse dans ce cadre (Isabelle Weiland). Elle est médiatisée par les premiers films tournés au Maghreb, des documentaires Lumière qui mettent en scène un Orient fictif sous une apparente neutralité aux longs métrages de fiction au propos parfois nuancé et complexe (Insaf Ouhiba). L’analyse des programmes arabes de Radio-Tunis entre 1938 et 1956, permet de souligner l’importance des effets du développement d’une production radiophonique nationale, révélateur d’enjeux identitaires (concernant la langue, la musique) profonds (Morgan Corriou).

4Un accent particulier a été mis sur la production et la diffusion d’images sur le Maghreb, des débuts de la conquête coloniale aux décolonisations. Parmi les artistes peintres qui ont accompagné les premières décennies de la conquête militaire de l’Algérie, au service de l’armée, consignant une documentation de première main et participant au développement d’un imaginaire sur l’Algérie (Nicolas Schaub), s’est distingué Horace Vernet à qui le roi Louis Philippe confie le décor des salles d’Afrique à Versailles, lieu d’exposition prestigieux, célébré, et pourtant le plus souvent resté fermé au public (Valérie Bajou). Un siècle et demi plus tard, l’œuvre de Sauveur Galliéro, grand prix artistique de l’Algérie en 1961, pose la question d’une peinture nationale algérienne (Guy Basset), en écho avec les interrogations des hommes de revues que sont Jean Amrouche et Mouloud Mammeri (Jacqueline Pluet-Despatins).

5Une ouverture sur l’Égypte a permis de rappeler l’importance des amateurs « dilettantes », savants et collectionneurs, dans un travail de mise en valeur de monuments du passé qui a pu être réinvesti après les indépendances dans de nouvelles logiques patrimoniales, comme c’est le cas au Caire pour l’œuvre Arthur-Ali Rhoné (Mercedes Volait). Paul d’Estournelles de Constant, diplomate et historiographe des débuts du protectorat français en Tunisie, allie pratique d’aquarelliste amateur et action politique. À travers ses carnets intimes et ses papiers personnels, on comprend mieux comment les conceptions du passé et de l’avenir du pays qu’il a partagées avec Paul Cambon, premier résident général à Tunis, ont pu être en partie partagées par les élites dirigeantes tunisiennes jusqu’à aujourd’hui (Alain Messaoudi). La réutilisation de la production savante de l’époque coloniale se pose en d’autres termes en Algérie : les travaux ethnographiques d’Auguste Mouliéras sur les pratiques religieuses de la tribu des Zkara, à la frontière du Maroc, présentent l’intérêt d’aborder des questions et un passé aujourd’hui refoulés (Ariel Planeix). Un bilan de l’état de l’historiographie de l’Algérie coloniale, établi à l’occasion d’une journée d’études organisée en novembre 2009 à l’Université de Paris-Ouest Nanterre sur le thème « Savoir et colonisation », a pu confirmer cette spécificité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Messaoudi et Claire Fredj, « Histoire du Maghreb, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 291-292.

Référence électronique

Alain Messaoudi et Claire Fredj, « Histoire du Maghreb, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20575

Haut de page

Auteurs

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

Claire Fredj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals