Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

L’empire et les politiques des langues dans l’empire de Russie et en URSS, 1860-1990

Juliette Cadiot et Olivier Bouquet
p. 295-296

Texte intégral

Juliette Cadiot, maîtresse de conférences
Olivier Bouquet, maître de conférences à l’Université Nice Sophia Antipolis

Ottomans et Russes, XIXe-XXe siècle

1Ce séminaire de recherche, co-animé par un historien ottomaniste et une historienne de l’empire russe, se proposait de faire dialoguer deux histoires et deux historiographies dans des séances mensuelles de réflexion, et à travers la lecture de textes éclairants dans chacun de ces domaines de recherche à travers une série de thématiques, la comparaison a emprunté des voies multiples, confrontant histoire globale ou transnationale et travaux tant d’historiens que de politistes sur les empires, en tant que formes d’organisation spécifique des États et des sociétés. Nous nous sommes d’abord intéressés aux liens concrets, affrontements militaires et relations pacifiques, réseaux diplomatiques, solidarités familiales ou religieuses. Nous avons ensuite opéré un déplacement, à partir des centres de Constantinople et de Saint-Pétersbourg, vers les régions d’interactions entre les deux entités (cas des provinces, populations, élites, voyageurs passant d’un espace à un autre, d’une sujétion à une autre). Nous avons par ailleurs observé ces réseaux qui depuis une périphérie éloignée jouaient de l’influence acquise dans les deux capitales, pour se constituer une sphère de liberté et d’autonomie politiques. L’espace entre ces deux empires ne constituait plus un espace étanche, délimitée par des frontières et par de nombreux épisodes guerriers, mais un espace mouvant, un tout cohérent où l’on se déplaçait certes lentement, mais fréquemment, et où l’on avait une perception mentale précise de ce qui se passait et ce qu’il était possible de faire chez le voisin. Cette analyse a été prolongée par l’étude de la situation de ces deux États dans l’arène diplomatique, à travers quelques épisodes historiques précis, tout en mettant en valeur la dimension symbolique de leurs échanges (échanges d’ambassadeurs, voyages d’apparat dans les nouveaux territoires conquis, ou encore provocation de Catherine II se baignant en Crimée pour être vue du sultan, appels à l’insubordination visant les chrétiens en terre ottomane ou les musulmans de Russie).

2Le second axe de ce séminaire analysait le fonctionnement de ces États impériaux, au-delà de leurs liens concrets. Nous avons tenté de comparer plus globalement, de manière plus fonctionnaliste ou systémique, ces empires, par le jeu d’une juxtaposition, d’une mise en parallèle (Russie en expansion continue, Empire ottoman tricontinental, perdant ses territoires, surtout à partir du XVIIIe siècle). Nous avons commencé par distinguer, par le jeu des comparaisons chronologiques, leur rapport au territoire et à la conquête : espaces complexes, instables et souples dans leur fonctionnement, mais en recherche constante de cohérence. Nous avons insisté sur les relations entretenues par ces deux entités à l’Europe, comme horizon et comme repoussoir, à travers l’analyse de leurs idéologies (formule orthodoxie, autocratie et nationalité dans un cas, ottomanisme dans l’autre), comme celui des transferts tant scientifiques, technologiques, qu’humains. Les questions des réformes, de la rationalisation des modes de gouvernement, mais aussi de la naissance des nationalismes modernes ont également été étudiées, à travers la figure des administrateurs de province, de la remise en cause des sociétés de statuts, et de la constitution d’une armée nationale. Cette prise en compte d’un troisième élément – l’Europe – dans la comparaison a permis de nous intéresser à ces processus d’emprunts, de modèles importés, mais à l’aune de la réflexion critique sur les paradigmes de l’occidentalisation. Il ressort au total que l’Empire ottoman et l’empire de Russie furent soumis à des évolutions importantes et en partie parallèles, liées à leur modernisation, entendue comme tentative de rationalisation de l’État par une meilleure appréhension et domination de son espace, de ses richesses et de ses populations.

3Juliette Cadiot a par ailleurs participé à des conférences internationales, autour d’une étude des dynamiques d’interactions entre les empires, avec notamment les interventions suivantes : « The Unthinkable End of the Russian Empire. The Elections of Constituent Assembly in 1917 », Workshop for Armenian Turkish Scholarship, University of California, Berkeley, 4-6 mars 2010 ; « Ukrainians and Jews Being Watched by Moscow », Ditchley Park, Grande-Bretagne, Ukrainian Jewish Encounter Initiative, 14-17 décembre 2009 ; « Searching for Soviet Religious Policy in the Provincial Archives, 1922-1938 », Religion and Society in Central Eurasia, Fondazione Giorgio Cini, Venice, Italie, 29-30 octobre 2009.

Publications

  • Laboratorija imperii, Novoe Liternaturnoe Obozrenie, Moscou, 2010.
  • Cacophonies d’empire : le gouvernement des langues dans l’empire de Russie et en URSS, en collaboration avec Dominique Arel et Larissa Zakharova, CNRS éditions, Paris, 2010.
  • Avec Dominique Arel, « Le gouvernement des langues. Russes, Soviétiques et leurs héritiers face au multilinguisme », dans Cacophonies d’empire, CNRS éditions, 2010, p. 5-33.
  • « À grands pas vers le russe : l’égalité des langues dans les années 1920 », op. cit. p. 111-133.
  • « Un inquiétant silence : les tensions nationales dans l’URSS post-stalinienne », dans La Russie contemporaine, sous la dir. de Kathy Rousselet et Gilles Favarel Garrigues, Fayard, 2010, p. 49-59.
  • « Russian army, non Russian, non Slavs, non Orthodox : the risky construction of a multiethnic army », introduction et coordination du numéro spécial « The integration of Non-Russian servicemen in the Imperial, Soviet and Russian army », dans Journal of Power Institutions in Post Soviet Societies (PIPSS), n° 10, 2009, http://pipss.revues.org/​.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Cadiot et Olivier Bouquet, « L’empire et les politiques des langues dans l’empire de Russie et en URSS, 1860-1990 », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 295-296.

Référence électronique

Juliette Cadiot et Olivier Bouquet, « L’empire et les politiques des langues dans l’empire de Russie et en URSS, 1860-1990 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20581

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals