Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des systèmes de croyance au Moyen Âge et à la Renaissance

Alain Boureau
p. 306-307

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études

Contingence et institution au Moyen Âge : Richard de Media villa

1LE séminaire de cette année a trouvé son objet véritable au cours du travail. En effet, nous avions décidé d’expliquer un certain nombre des questions disputées inédites de Richard de Mediavilla, que le directeur d’études déchiffre, en vue d’une prochaine édition critique. L’enjeu n’est pas de simple érudition : la question de la datation de cette œuvre aboutit à réviser l’histoire de la pensée scolastique, en retrouvant une génération des années 1290, « oubliée » par les historiens, pour qui rien ne pouvait avoir lieu d’important entre les combats thomistes (de la mort du maître en 1274 aux défenses des années 1280) et l’avènement de Duns Scot (début des années 1300). L’immense œuvre de Mediavilla, si on lui donne ses vraies dates, se situe dans cette période qui doit cesser de ne fournir qu’une transition.

2Après quelques séances préliminaires sur Richard de Mediavilla (sur un de ses sermons et sur les illusions sensorielles provoquées par Satan, objet de la longue question disputée 31), nous avons décidé de nous concentrer sur un thème, celui de l’inné et de l’acquis dans les schèmes mentaux des anges, thème de la question disputée 12 de Mediavilla. Au départ, nous étions intéressés par cette question parce qu’elle constituait une réponse au traité de Gilles de Rome sur la connaissance des anges, ce qui fournissait un autre élément de datation (début des années 1290).

3Très vite, notre travail a bourgeonné sur ce thème, parce que ce thème avait fait l’objet d’un des articles de condamnation de 1277 (l’évêque de Paris s’en prenait à une proposition affirmant que l’ange ne sait rien de nouveau). L’étrangeté de la proposition et de la condamnation nous a incités à ouvrir ce dossier, en analysant une question de Thomas d’Aquin qui pouvait être visée, puis le chapitre du correctoire de Guillaume de la Mare qui attaquait ce dernier texte, puis les réponses thomistes de la décennie 1280, les Correctoires du corrupteur rédigées par Richard Knapwell (Quare), par Robert d’Orford (Sciendum) et enfin le correctoire parfois attribué à Guillaume de Macclesfield (Questione). Vu l’intérêt particulier de ce texte, nous lui avons consacré plusieurs séances qui nous ont conduits à repousser cette attribution, en formulant des possibilités qui seront approfondies dans les prochains séminaires.

4Un nouveau développement nous a conduits à l’examen du discours intérieur de l’ange car, chez Thomas d’Aquin, l’innéisme n’empêchait nullement le déroulement d’un tel discours qui, à moins de constituer un simple soliloque, entrait en tension avec cet innéisme. Nous avons naturellement présenté et discuté les analyses récentes de Claude Panaccio sur le discours intérieur.

5Un autre pan de ce thème nous a orientés vers le Principe Purement Possible, concept original et puissant Richard de Mediavilla, par lequel il invente une instance interne de commutation du passif en actif. Le savoir, reçu passivement dans une anthropologie dominante à l’époque, peut devenir actif, ce qui constitue un argument majeur contre l’innéisme.

6Une question d’une participante nous a entraîné longuement vers la question connexe de l’enseignement mutuel des anges (question disputée 37).

7En fin d’année, notre collègue Irène Rosier-Catach est venu présenter son propre dossier sur l’inné et l’acquis en matière de langage, ce qui a donné lieu à une riche séance de débats.

Publications

  • L’Inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les franciscains et la Vierge Marie (Lorette et l’Immaculée Conception) à la fin du XIIIe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 2010, 212 p.
  • Édition critique des commentaires sur les épîtres de Paul par Pierre de Jean Olivi : Petri lohannis Olivi. « Lecturae super Pauli Epistolas ». Cura et studio Alain Boureau, coll. Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, n° 233, Brepols, Turnhout, 2010, XXVII + 249 p.
  • « Une parole destructrice : la diffamation. Richard de Mediavilla et le droit individuel au péché », dans Un Moyen Âge pour aujourd’hui, Mélanges Claude Gauvard, sous la dir. de Julie Claustre, Olivier Mattéoni et Nicolas Offenstadt, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 308-316.
  • « L’astérisque gaulois. La discipline historique aux affaires indigènes », dans Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante, sous la dir. de Philippe Buttgen, Alain de Libera, Marwan Rashed, Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard, 2009, p. 359-365.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance au Moyen Âge et à la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 306-307.

Référence électronique

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance au Moyen Âge et à la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20588

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals