Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle

Stéphane Audoin-Rouzeau, Hélène Dumas, Manon Pignot, Emmanuel Saint-Fuscien, Victor Demiaux, Franziska Heimburger, Damien Baldin et Galit Haddad
p. 315-318

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études
Manon Pignot, maitre de conférences à l’Université d’Amiens
Emmanuel Saint-Fuscien, postdoctorant
Victor Demiaux, Franziska Heimburger, allocataires-moniteurs normaliens à l’EHESS
Damien Baldin, doctorant
Galit Haddad, postdoctorante

La Première Guerre mondiale, guerre du XIXe, guerre du XXe siècle

1La première séance du séminaire fut consacrée à histoire comparée/histoire croisée. Élise Julien a rappelé les principaux enjeux d’une approche comparée entre Paris et Berlin et Michael Werner a mis en perspective les différences entre comparatisme, histoire croisée et histoire des transferts. La justice militaire et la justice ordinaire en temps de guerre furent les thèmes de la deuxième séance. La contribution de Dominique Kalifa a porté sur l’archipel pénitentiaire et disciplinaire de l’armée française de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, avec en point d’orgue le moment 1914-1918. La question des liens entre justice ordinaire et justice militaire étant un autre enjeu du problème au cours de la guerre, Annie Déperchin est venue en présenter les grands axes à travers plusieurs exemples. La séance suivante fut consacrée à « psychologie et Grande Guerre ». Anne Rasmussen a présenté les liens entre l’activité guerrière et les psychologies : celle de l’observation des comportements élaborée dans des laboratoires d’étude installés sur le front, et celle liée à la médecine psychiatrique. Pour sa part, Annick Ohayon a révélé les conséquences de la guerre notamment sur la psychotechnique et la psychologie appliquée que les militaires s’approprient et transforment en même temps. Les deux séances suivantes ont été consacrées à l’étude de la Première Guerre mondiale dans la Seconde. Marco Mondini a montré comment la prégnance de la culture de guerre de 1914-1918 avait freiné dans l’entre-deux-guerres la militarisation fasciste de la société italienne. Marjolaine Boutet a ensuite présenté l’évolution du traitement de la Première Guerre mondiale dans les manuels scolaires américains de 1918 à 1945. Oliver Cosson a ensuite tenté de penser la Grande Guerre à la fois comme champ d’expérience et horizon d’attente du milieu militaire français jusqu’en 1940 tandis que Guillaume Piketty a exposé la place de la Première Guerre mondiale dans la Résistance française : rôle des Anciens Combattants, commémoration, continuité de certaines expériences guerrières. La dernière séance du séminaire s’est tenue à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne et fut consacrée à « La mémoire de la Première Guerre mondiale ». En présence de son réalisateur, Gabriel Le Bomin, le film Les Fragments d’Antonin (2006) a été projeté et discuté. Suivant le fil conducteur du traumatisme et de sa mémoire, Stéphane Audoin-Rouzeau a guidé ensuite les participants à travers les principaux sites mémoriels de la région de Péronne.

Publications

Stéphane Audoin-Rouzeau

  • Les armes et la chair. Trois objets de mort en 14-18, Paris, Armand Colin, 2009, 173 p.
  • « Norbert Elias et la Grande Guerre », dans Vingtième siècle, n° 106, avril-juin 2010, p. 105-115.

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études

Le corps du guerrier (XIXe-XXIe siècle)

2Centré cette année sur la question du lien entre corps et activité guerrière, le séminaire a reposé sur l’hypothèse que la corporéité constituait une voie d’accès privilégiée à ce qui se jouait dans le fait guerrier, et qu’elle devait être explorée à ce titre.

3Après une introduction générale de son directeur, la deuxième séance du séminaire a été consacrée à une relecture du célèbre texte de Marcel Mauss, « Les techniques du corps », donné à la Société de psychologie en 1934 et republié dans Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1966, p. 363-386. Le travail s’est centré sur l’oubli du corps guerrier chez Mauss, puis, en nous appuyant sur les travaux de Jean-Pierre Warnier en particulier, ont été abordées les apories du texte sur la question du schéma corporel et sur celle des « instruments », dans la perspective de l’importance revêtue par l’arme chez le combattant. La séance suivante a été consacrée à mesurer l’ampleur de l’évitement du corps guerrier par les sciences sociales afin de constater la double difficulté du sujet : les historiens de la guerre ne s’intéressent pas, ou peu, au corps, qui constitue un angle mort de leurs travaux ; et lorsqu’ils s’y intéressent, comme John Keegan ou Victor Davis Hanson, ils raisonnent à partir d’un corps humain invariant, au prix d’une sorte d’uchronie. Inversement, l’anthropologie du corps ne s’intéresse pas à la guerre, et moins encore au corps guerrier.

4Après une interruption qui a permis de recevoir l’historien Holger Nehring (Université de Sheffield) sur le thème « Making and unmaking warriors : discipline, citizenship and masculinity » (fin de la Première Guerre mondiale-années 1950), le séminaire a entendu Alejandro Rabinovitch dont la thèse sur la société guerrière au Rio de la Plata lors de la première moitié du XIXe siècle avait été soutenue peu de temps auparavant : l’exposé a été centré sur le corps cavalier tout particulièrement. La séance suivante a offert l’opportunité d’écouter Etelle Higonnet, juriste et spécialiste des droits de l’homme auprès de Human Right Watch, qui, en utilisant les données de l’Irak Historical Project qu’elle dirigeait, a traité du crime-signature qu’ont constitué les découpes des corps et les décapitations en Irak au cours des années 1990-2000.

5Les séances suivantes se sont centrées sur le dressage corporel combattant. Ont été étudiés plusieurs chapitres d’ouvrages : Michel Foucault, « Les corps dociles », Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 137-171 ; William Mc Neill, « Muscular Bonding », Keeping together in Time. Dance and Drill in Human History, Cambridge, Harvard University Press, 1995, p. 1-11 ; Odile Roynette, « La fragilité des jeunes soldats », « “Bons pour le service”. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle », Paris, Belin, 2000, p. 270-296 ; Noam Ohana, Journal de guerre. De Sciences Po aux unités d’élite de Tsahal, Paris, Denoël, 2007, 248 p.

6Enfin, des recherches en cours menées par certains participants au séminaire ont été présentées. Hélène Solot (étudiante en master) a présenté la question du corps du guerrier dans S.L.A. Marshall, Men Against Fire. The Problem of Battle Command, Norman, University of Oklahoma Press, 1947, 213 p. Jean-François Immarigeon (étudiant en diplôme) a présenté son travail en cours sur le barbelé de guerre en temps qu’objet de contrôle du corps depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Cette question du barbelé et de l’enfermement du corps des prisonniers de guerre a été reprise dans une dernière séance à travers le chapitre « Tourner en rond » tiré de Georges Yvernaud, La peau et les os, Paris, Le Dilettante, 2008 [1949], p. 45-88.

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études
Hélène Dumas, doctorante

Le génocide de Tutsi rwandais en 1994 : étude des pratiques (séminaire fermé)

7Ce séminaire, dont c’est la première année d’existence et qui s’est tenu de manière fermée une fois par mois, avait pour objectif de réunir de jeunes chercheurs travaillant sur le génocide des Tutsi rwandais de 1994, en privilégiant l’étude de terrain, l’analyse des pratiques, des gestuelles et des représentations ayant présidé au génocide.

8Une première séance ayant permis de définir en commun les objectifs du séminaire, la deuxième a permis de recevoir Danielle de Lame, à propos de la manière dont elle avait conçu son travail de terrain (Une colline entre mille, ou le calme avant la tempête. Transformations et blocages du Rwanda rural, Musée royal de l’Afrique centrale Tervuren, Belgique, Annales sciences humaines, vol. 154, 1996, 358 p.) Le visionnage d’extraits du premier documentaire réalisé par un Rwandais sur le génocide de 1994 (Daddy do Maximo, By the Shortcut, 2008) a fait l’objet de la séance suivante. Émilie Brebant (doctorante, Université libre de Bruxelles) a présenté ensuite son travail sur le « visionnarisme rwandais » autour du génocide. Le séminaire du mois d’avril, correspondant à la période commémorative au Rwanda, a été organisé par Hélène Dumas à Kigali, la plupart des participants du séminaire se trouvant sur place à cette date : il s’est centré sur la discussion des impressions des plus jeunes chercheurs (Julia Dufour) sur le processus commémoratif alors en cours. Dans une autre séance, Violaine Baraduc (étudiante en master) a présenté son projet de thèse et de film sur les femmes meurtrières de la prison de Kigali. La dernière séance a été consacrée à la discussion des modalités de réalisation d’un ouvrage collectif destiné à rendre compte du travail effectué en commun dans le séminaire.

Publications

Stéphane Audoin-Rouzeau

  • « Les violences extrêmes du XXe siècle à l’aune de l’histoire et de l’anthropologie. Le génocide des Tutsi du Rwanda », Revue d’histoire de la Shoah, n° 190, janvier-juin 2009, p. 137-151.
  • Avec Antoine Garapon, « La France et le Rwanda, quinze ans après le génocide. Responsabilité, brouille et reconstruction », Esprit, mai 2010, p. 80-82.
  • « La responsabilité de la France vue du Rwanda. Le rapport Mucyo : une lecture historienne », Esprit, mai 2010, p. 122-134.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, Hélène Dumas, Manon Pignot, Emmanuel Saint-Fuscien, Victor Demiaux, Franziska Heimburger, Damien Baldin et Galit Haddad, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 315-318.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, Hélène Dumas, Manon Pignot, Emmanuel Saint-Fuscien, Victor Demiaux, Franziska Heimburger, Damien Baldin et Galit Haddad, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20595

Haut de page

Auteurs

Stéphane Audoin-Rouzeau

Articles du même auteur

Hélène Dumas

Articles du même auteur

Manon Pignot

Articles du même auteur

Emmanuel Saint-Fuscien

Articles du même auteur

Victor Demiaux

Articles du même auteur

Franziska Heimburger

Articles du même auteur

Damien Baldin

Articles du même auteur

Galit Haddad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals