Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne

Marcello Carastro
p. 332-333

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marcello Carastro, maître de conférences

Formes de l’engagement en Grèce ancienne : le serment, le contrat et leurs contraintes

1La poursuite de l’enquête sur le réseau complexe de notions et de représentations qui ont constitué le « creuset culturel » dans lequel la notion grecque de magie a été élaborée a conduit à approfondir l’étude de la notion d’emprise, exprimée par le verbe grec katékhein, dans sa dimension juridique. L’exploration de cette notion permet en effet d’envisager une relation qui présuppose une forme de domination, de maîtrise ou d’influence que les hommes peuvent entretenir avec leurs semblables mais aussi avec les puissances divines et le monde de l’invisible. La réflexion a été centrée sur les différentes procédures (linguistiques, rituelles, juridiques) qui pouvaient être mises en place pour exercer une forme de contrainte et qui exprimaient, de façon plus générale, l’engagement d’un individu vis-à-vis d’un autre, ainsi que l’implication des instances divines dans cet acte, dont elles sont souvent considérées comme les garantes.

2Au départ, l’analyse historiographique de l’essai de Louis Gernet « Droit et prédroit en Grèce ancienne » (initialement publié en 1951, dans l’Année sociologique, puis repris en 1968 dans le recueil posthume Anthropologie de la Grèce antique et, en 1982, dans Droit et institutions en Grèce ancienne) et du débat sur les relations possibles entre magie et naissance du droit, qui avait opposé plusieurs années auparavant Paul Huvelin et Marcel Mauss, a permis de poser les jalons d’une réflexion sur les interprétations classiques (Émile Benveniste) et actuelles (Giorgio Agamben) de la nature et de la fonction du serment dans l’Antiquité. Le séminaire s’est donc engagé sur la voie d’une analyse anthropologique des formes de l’engagement en Grèce ancienne, qui n’évacue pas la question de la contrainte sous prétexte qu’elle serait posée en des termes trop datés, mais qui, au contraire, cherche à la dégager d’une association aujourd’hui encore trop étroite avec la magie, par opposition à une idée de religion fortement influencée par la tradition judéo-chrétienne. La microanalyse de quelques serments célèbres connus par des sources littéraires, tel le serment des rois d’Atlante, évoqué dans le Critias de Platon, et épigraphiques, comme le serment des fondateurs de la colonie grecque de Cyrène, a conduit à soulever une série de problèmes liés au rôle et au statut de l’écriture, de la matière sacrificielle et des objets, qu’ils soient figuratifs ou non, mobilisés dans les rituels et les pratiques juratoires. Ces considérations ont abouti à une analyse des dynamiques rituelles qui se mettent en place par l’imbrication de l’énonciation juratoire avec les autres gestes accomplis par les acteurs de ce rituel complexe.

3Sont intervenues dans le cadre du séminaire deux étudiantes (Alessandra Giannuzzi, qui a présenté ses recherches de master sur le monosandalisme dans le monde gréco-romain, et Agatha Bacelar, doctorante de l’EHESS, qui a développé un exposé sur la figure de Styx dans la Théogonie d’Hésiode) ; ainsi que trois professeurs invités de l’EHESS : Valeria Ando’ (Université de Palerme) a présenté une conférence intitulée : « Cannibalisme et anthropopoiésis : à propos de l’Iliade », dans le cadre d’une réflexion sur les représentations de la violence en Grèce ancienne ; Manuela Giordano (Université de la Calabre), est intervenue sur : « Parole efficace et parole dialogique dans le premier chant de l’Iliade », dans le cadre du cycle de conférences intitulé « Pour une cosmologie interconnexe : parole, pouvoir et contamination dans la Grèce archaïque » ; enfin, Athanassia Zographou (Université de Ioannina) a présenté ses recherches sur le sacrifice d’oiseaux dans les Papyrus magiques grecs.

Publications

  • « La fabrique de la notion moderne de magie : pratiques du comparatisme chez Frazer, Hubert et Mauss », Revista de História, « Anciens, Modernes, Sauvages : dialogues franco-brésiliens d’Histoire et Anthropologie », 2010, p. 231-248.
  • « Les liens de l’écriture. Katádesmoi et instances de l’enchaînement », dans Architecturer l’invisible. Autels, ligatures, écritures, sous la dir. de Michel Cartry et Jean-Louis Durand, Renée Koch-Piettre, Turnhout, Brepols, 2010, p. 263-292.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 332-333.

Référence électronique

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20612

Haut de page

Auteur

Marcello Carastro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals