Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Littérature et société en Grèce ancienne

Claude Calame
p. 334-337

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Claude Calame, directeur d’études

Les voix de l’Orphisme : chant, poésie, initiation, écriture

1Dès la poésie de Pindare, Orphée apparaît comme un poète fondateur, célébré pour les qualités mélodiques d’une voix aux pouvoirs enchanteurs. De plus, la tradition poétique classique situe l’activité musicale, inspirée et oraculaire, d’Orphée dans le domaine des rites d’initiation. Paradoxalement, cette même tradition attache les pratiques incantatoires et initiatiques attribuées aux adeptes de l’Orphisme à différents supports écrits. L’un d’entre eux nous a été restitué récemment sous la forme d’un rouleau de papyrus du IVe siècle, provenant d’une tombe de Derveni, près de Thessalonique. Ce texte, au sens moderne du terme, présente un commentaire en prose du grand poème cosmo- et théogonique attribuée à Orphée ; donnés comme énigmatiques, les vers en diction homérique attribués à Orphée requièrent en effet une interprétation. De manière curieuse, cette démarche herméneutique combine les affirmations d’ordre théologique avec des explications déterministes données en termes de cosmologie et de physique « présocratiques ».

2Centré sur l’action démiurgique de Zeus et focalisé les indices énonciatifs de l’oralité, le parcours d’anthropologie historique de la poétique grecque proposé dans le séminaire a conduit des quelques témoignages classiques sur l’usage rituel de l’écriture dans les pratiques vocales orphiques aux versions rhapsodiques, plus tardives, de la como-théognie attribuée au poète Orphée en passant par quelques Hymnes orphiques ; à chaque étape ont été identifiées les procédures de travail verbal sur la substance phonique, sur les noms des dieux et sur la rhétorique qui fait des vers ophiques des paroles à caractère rituel, destinées à envoûter. La pragmatique des poèmes orphiques joue donc un rôle déterminant dans une initiation orphique qui, paradoxalement, relève aussi de la pratique lettrée. Sont ainsi apparus les enjeux religieux et culturels non seulement de poèmes, mais aussi de pratiques herméneutiques à fonction initiatique, entre efficacité de la voix vive et activité scripturaire à fonction rituelle.

3Le séminaire a été marqué par une série d’interventions extérieures, centrées sur l’efficacité de la parole poétique en Grèce antique. À commencer par Valeria Andò (Université de Palerme) à propos de l’efficacité anthropopoétique des métaphores cannibales dans l’Orestie d’Eschyle ; puis sont successivement intervenus Riccardo di Donato (Université de Pise) sur le rôle des techniques chez Platon, Paola Angeli Bernardini (Université d’Urbino) sur le statut poétique des athlètes et des guerriers dans la poésie chorale, Manuela Giordano (Université de la Calabre) qui a montré le rôle pragmatique de la parole dans les conflits de pouvoir mis en scène dans l’Iliade, Sergio Pérez (Universidad Autónoma Metropolitana de Mexico) attentif au rôle joué par les conceptions classiques d’Eros dans les pratiques spirituelles des Pères du désert, James M. Redfield (Université de Chicago) enfin pour les formules de charme érotique telles qu’elles sont discutées dans le Charmide de Platon... Cette longue succession d’exposés s’est achevée par une journée d’études consacrée aux pratiques rituelles qui introduisent le commentaire de Derveni pour lui donner une probable dimension initiatique, avec les contributions de Sarah I. Johnston (Ohio State University), Luc Brisson (CNRS, Paris) et Fritz Graf (Ohio State University).

4Les interventions extérieures du directeur d’études se sont aussi inscrites dans l’enquête générale sur les pouvoirs de la parole poétique grecque, depuis le colloque de l’Université de Bologne sur les traditions poétiques locales avec un exposé sur la poésie érotique jusqu’à la rencontre internationale du Network for the study of archaic and classical Greek song à l’Université de Nijmegen, avec une présentation sur la pragmatique du récit d’Hélène dans différentes formes de la poésie mélique. Aux États-Unis, une invitation à l’Université de Chicago a été l’occasion d’une conférence sur l’étiologie de la tragédie entre mise en scène de mythes fondateurs et rituel tandis que le colloque international à Northwestern University a été le lieu du « key-note address » sur la polyphonie chorale dans les chants de la tragédie attique. Un autre volet de la même enquête a été présenté (in absentia) au colloque International de Thessalonique sur la mise en scène tragique de la crise. La réflexion sur les rôle des mythes dans la poésie rituelle grecque et sur l’approche anthropologique et ethnopoé-tique qu’exigent ces récits (au-delà du textualisme entraîné par le structuralisme) s’est poursuivie à l’occasion du colloque sur mythes et sciences humaines à l’Université de Paris-VIII/Paris-Nord, dans le cadre du séminaire du CRAL sur la narratologie et les dimensions sociales du récit ou dans le séminaire d’ethnocritique à propos de la perspective d’ethnopoétique que requièrent les différentes formes de poésie grecque. Cette réflexion sur la pragmatique poétique des récits héroïques s’est étendue à l’occasion d’une rencontre internationale à l’Université de Paris-VII/Diderot sur les conceptions et les pratiques de la fiction dans différentes cultures, à l’EPHE pour une table-ronde sur proximité et distance dans les sciences des religions, pour le colloque international de littérature comparée de l’Université de Lausanne sur « Mythes, littératures, cultures », et encore à l’occasion du grand colloque international à l’Universidad Complutense de Madrid autour de la figure de Dionysos quant à la forme poétique du dithyrambe, entre récit et fonction rituelle, ou à l’Université de Barcelone, à propos d’une rencontre internationale sur les fondements de la « littérature grecque ». Finalement les Assises des Lettres organisées à l’Université de Toulouse-Le-Mirail autour de la raison d’être des humanités ont fourni l’occasion de revenir sur nos approches de la tragédie classique dans un contexte académique voué à la quantification dans une « culture » de l’évaluation.

5La collaboration à l’organisation, au Chicago Paris Center, du troisième Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes consacré aux panthéons et aux systèmes polythéistes a permis d’aborder la question des pouvoirs de la dénomination des dieux dans le polythéisme athénien classique alors que la co-organisation du colloque doctoral Pise-Paris (Université de Pise, Scuola Normale Superiore, Paris-IV/Sorbonne, ENS et EHESS) a débouché sur une table ronde quant à l’avenir de la recherche en poétique grecque. En plus de la co-organisation du séminaire « Antiquité au Présent » consacré aux voix féminines à l’Université de Paris-VII/Diderot, l’année s’est achevée d’une part avec l’organisation de l’exposition de photographies consacrée aux sans papiers dans le hall de l’EHESS et d’autre part avec un échange sur les méthodes comparatives autour des interventions de Geoffrey E. R. Lloyd (Université de Cambridge) et de Marcel Detienne (EPHE).

Publications

  • Poetic and performative memory in Ancient Greece. Heroic reference and ritual gestures in time and space, Cambridge Mass, Londres, Harvard University Press, 2009, 268 p.
  • Prométhée généticien. Profits techniques et usages de métaphores, Paris, Les Belles Lettres – Encre Marine, 2010, 204 p.
  • Prácticas poéticas de la memoria. Representaciones del espacio-tiempo en la Grecia antigua, Mexico, Siglo ΧΧΙ Editores, 2009, 296 p.
  • « L’enlèvement de la belle Hélène et la tradition politique de la poétique grecque : réinterprétations et controverses », dans La Mythologie de l’Antiquité à la Modernité. Appropriation – Adaptation – Détournement, sous la dir. de Jean-Pierre Aygon, Corinne Bonnet, Cristina Noacco, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 17-33.
  • « Apollo in Delphi and Delos : Poetic performance between Paean and Dithyramb », dans Apolline politics and poetics, sous la dir. de Lucia Athanassaki, Richard Martin, John Miller, Athènes, European Cultural Centre of Delphi, 2009, p. 169-197.
  • « Entretien », dans Professionnelles de l’amour. Antiques et impudiques, sous la dir. de Marella Nappi, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 9-23.
  • « The abduction of Helen and the Greek poetic tradition : Politics, reinterpretations and controversies », dans Antike Mythen. Medien, Transformationen und Konstruktionen, sous la dir. d’Ueli Dill, Christine Walde, Berlin – New York, Walter de Gruyter, 2009, p. 645-661.
  • « Émotions et performance poétique : la “katharsis” érotique dans la poésie mélique des cités grecques », dans Violentes émotions. Approches comparatistes, sous la dir. de Philippe Borgeaud et Anne-Caroline Rendu Loisel, Genève, Droz, 2009, p. 29-56.
  • « Untimely death for the young girl : Etiological foundations and initiation practices in classical Athens », dans Myths, martyrs, and modernity. Studies in the history of religions in honour of Jan N. Bremmer, sous la dir. de Jitse Dijkstra, Justin Kroesen et Yme Kuiper, Leiden – Boston, Brill, 2010, p. 59-74.
  • « Fra racconto eroico e poesia rituale : il soggetto poetico che canta il mito (Pindaro, Olimpica 6) », Quaderni Urbinati di Cultura Classica, n° 121, 2009, p. 11-26.
  • « Coming of age. peer groups, and rites of passage », dans The Oxford handbook of hellenic studies, sous la dir. de George Boys-Stones, Barbara Graziosi and Phiroze Vasunia, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 281-293.
  • « Entre vraisemblable, nécessité et poétique de la vue : l’historiographie grecque classique », dans Histoires de vie, témoignages, autobiographies de terrain. Formes d’énonciation et de textualisation, sous la dir. de Gabriella D’Agostino, Mondher Kilani, Stefano Montes, Berlin, Lit Verlag, 2010, p. 19-32.
  • « Entre droits de l’homme et droits sociaux : l’individu abstrait et la personne concrète », dans L’individu aujourd’hui. Débats sociologiques et contrepoints philosophiques, sous la dir. de Philippe Corcuff, Christian Le Bart, François de Singly, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 151-163.
  • « Poétique du tissage et pragmatique de la création poétique », dans Texte du monde, Monde du texte, sous la dir. de Isabelle Milliat-Pilot, Grenoble, Jérôme Millon, 2010, p. 7-11.
  • « Préface : les scholies aux Épinicies de Pindare : pourquoi ? », dans Traduire les scholies de Pindare... I. De la traduction au commentaire : problèmes de méthode (Dialogues d’histoire ancienne, suppl. 2), sous la dir. de Sylvie David, Cécile Daude, Évelyne Geny, Claire Muckensturm-Poulle, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009, p. 13-17.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 334-337.

Référence électronique

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20614

Haut de page

Auteur

Claude Calame

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals