Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des subjectivités

Richard Rechtman
p. 362-363

Texte intégral

Richard Rechtman, directeur d’études

Produire des subjectivités, hiérarchiser des altérités

1L’enseignement ayant débuté dans le courant du mois d’avril, il n’y a eu que trois séances d’introduction au programme général du séminaire appelé à se développer au cours de l’année 2010-2011. Si la question de la subjectivité se pose et présente un intérêt en anthropologie aujourd’hui, c’est sans doute parce qu’elle permet d’apporter un éclairage sur la façon dont depuis une trentaine d’années, environ depuis le tournant des années 1980, une conception inédite de l’homme fondée sur ses émotions, ses souffrances et sa psychologie s’impose sur la scène sociale. L’extension du champ de la santé mentale en donne déjà un aperçu, les emprunts à la psychologie, à la psychopathologie générale et à la psychanalyse sont désormais courants, tant dans le discours du sens commun que dans les discours savants et même politiques, pour évoquer l’individu moderne, ses tourments, ses possibilités, ses impossibilités, ses passions comme ses douleurs. Pour certains, non seulement l’individu se penserait désormais à travers ses caractéristiques psychologiques, mais ces dernières se seraient profondément modifiées au cours du dernier siècle, au point que l’on puisse se demander si cette transformation de notre façon de penser l’individu ne serait pas tout simplement le produit d’une transformation équivalente de la subjectivité. Pour d’autres, ce nouvel âge de la personnalité se vérifierait quotidiennement dans notre façon de percevoir le monde, de tolérer ou de ne plus tolérer certaines violences, de nous Inscrire dans un nouveau rapport intergénérationnel et de chercher des solutions psychologiques à nos problèmes, quels qu’ils soient, dans des approches thérapeutiques conformes à cette nouvelle façon de penser l’individu.

2Pour autant, cette inflation des discours hérités de la psychologie témoigne avant tout du renversement anthropologique qui accompagne ce soudain intérêt pour le Sujet. Loin de se résoudre dans une simple transformation psychologique, l’interpellation sociale de la subjectivité agit comme un puissant moteur de l’action publique. C’est d’abord comme sujet politique, que le sujet psychologique est convoqué sur la scène sociale. La réalité de sa psychologie importe finalement sans doute moins que l’efficace de cette posture, même si c’est au nom de cette intimité, ou par l’intermédiaire d’une réification de la subjectivité, que l’on accepte aujourd’hui de se laisser gouverner « naturellement », pourrait-on dire. C’est précisément ce processus que nous nous proposons d’étudier, entre la vérité du sujet (version essentialiste) et les vérités des sujets (perspective constructiviste), se dessine la place d’une anthropologie des subjectivités et des processus de subjectivation aux travers desquels nos contemporains expriment une conscience d’eux-mêmes et des autres.

3Dans les premières séances nous avons esquissé une relecture de ces catégories de sujet, de subjectivité ou encore de processus de subjectivation à partir des premiers écrits de l’anthropologie classique (Frazer, Durkheim, Mauss, Levy-Bruhl, Lévi-Strauss, etc.) pour les mettre en perspective avec les constructions psychanalytiques du Sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Rechtman, « Anthropologie des subjectivités », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 362-363.

Référence électronique

Richard Rechtman, « Anthropologie des subjectivités », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20631

Haut de page

Auteur

Richard Rechtman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals