Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques, imaginaire et identité

Mary Picone
p. 364-365

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Le tabou : état des lieux

1Le tabou a été très peu étudié par les anthropologues depuis les années 1970-1980 (voir les travaux de Mary Douglas). On trouvait jusqu’à il y a quelques années soit des monographies locales très spécifiques soit, dans le cas des ouvrages français, des interprétations psychanalytiques. Ce n’est que dans le dernier livre du regretté Valerio Valeri (The Forest of Tabous, 2000) que le sujet a été « repensé » en profondeur. Ce séminaire visait un élargissement du débat à la fois à des tabous actuels et à une aire culturelle jusqu’ici absente du débat général : l’Asie orientale. Dans les séances du premier semestre, nous avons examiné les acceptions multiples du mot « tabou » dans le discours courant : ce qu’on ne doit pas nommer, ce qui est interdit, ou impensable, ou souillé, ainsi que les interprétations de ces rejets : anomalie taxonomique, donnée biologique innée, affirmation d’un pouvoir par l’interdit arbitraire, ou dégoût socialement inculqué. Au cours de cette année nous avons consacré la plupart des séances aux tabous liés à la mort, à l’impureté du corps et aux discriminations : des sujets particulièrement importants au Japon et peu traités actuellement. Nous avons évoqué également les interdits alimentaires et leur évolution en Europe et en Asie), un sujet vaste et presque inépuisable. Parmi les interventions Pierre-Emmanuel Moog (ENS) a parlé des euphémismes visant à éviter l’évocation directe de la mort au moment des condoléances et, dans une autre Intervention, de l’interdit de prononcer le nom de Dieu dans le judaïsme. Notre invitée, Glenda Roberts (Université Waseda, Tokyo) a donné trois conférences sur la discrimination et le harcèlement au travail au Japon (complétés par un exposé dans le séminaire d’Antoinette Fauve-Chamoux sur la politique familiale au Japon). Cette année, j’ai continué un travail commencé l’année dernière au Japon (avec Elizabeth Kenney, Université Kansai Gaidai) sur l’impureté du corps et les morts des « exclus » au Japon.

Publication

  • « Akutagawa saku “kappa” soshite sekai ni kansuru kare no kaiga torae kata » (en japonais, « Le monde de la nouvelle Kappa de Akutagawa et les images de créatures surnaturelles qu’il a dessinées »), dans Akutagawa Ryûnosuke, studi da Oriente a Occidente, textes présentés par Teresa Ciapparoni La Rocca, Facoltà di Lettere e Filosofia, Université de Rome et Istituto Giapponese di Cultura, Nuova Cultura, Rome, 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques, imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 364-365.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques, imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20633

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals