Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique du Brésil

Afrânio Garcia et Vassili Rivron
p. 379-381

Texte intégral

Afrânio Garcia, maître de conférences
Vassili Rivron, maître de conférences à l’IUT de Caen, UCBN

Anthropologie politique du Brésil : mondialisation des échanges culturels et pensée nationale

1Le séminaire a pris comme point de départ l’analyse des modalités d’affirmation de la culture brésilienne dans l’anthropologie et de sa diffusion plus large. En revisitant l’histoire institutionnelle de l’anthropologie – à travers les cas d’Edgard Roquette Pinto (Vassili Rivron) et de la réception de l’anthropologie structurale de Lévi-Strauss au Brésil (Afrânio Garcia) –, on a pu montrer non seulement l’imbrication profonde de la construction nationale dans le déroulement des controverses scientifiques internationales, mais aussi le changement du sens de la pratique anthropologique et des propres instruments d’analyse qu’elle met en œuvre. D’un autre côté, l’appropriation de la technologie radio-phonique par hommes de sciences et éducateurs – comme Roquette Pinto – a engendré un nouveau champ, celui de la musique populaire brésilienne, désormais valorisée comme symbole national (Vassili Rivron, Marcelo Ridenti).

2Une première série d’invités a discuté les conceptualisations de globalisation et de mondialisation, les catégories d’universalité et de diversité (Renato Ortiz), à travers notamment l’émergence de nouveaux groupes sociaux (économistes, spécialistes en management) et leur influence sur l’émergence de nouvelles rhétoriques et rationalités dans le système éducatif brésilien (Ana Maria de Almeida). La réflexion sur la formation internationalisée des élites a été prolongée par la présentation de l’enquête sur l’implantation des formations doctorales au Brésil et la circulation internationale des doctorants (Afrânio Garcia et Leticia Canedo) et la recomposition du champ juridique à l’issue de la dictature militaire (Fabiano Engelmann). Tout au long du XXe siècle, les recompositions de l’élite brésilienne ont supposé des reconfigurations des rapports de pouvoir sur la scène internationale. Si le Brésil s’est inscrit dans la mondialisation, ce processus n’est pas associé à la négation de la pensée nationale, mais plutôt au changement des modes d’appropriation de la solidarité nationale et des symboles de la collectivité. C’est cette recréation, impliquant une recomposition importante des liens internes entre producteurs intellectuels et groupes dirigeants, qu’on a cherché à analyser. Le retour sur le voyage de Simone de Beauvoir et de Jean-Paul Sartre au Brésil, en septembre 1960, à la suite de leur séjour à Cuba, au moment du procès contre les militants du « réseau Jeanson » à Paris, en pleine guerre d’Algérie, a permis d’affiner les hypothèses sur les modes d’internationalisation des conflits sociaux et les manières de les concevoir, notamment des liens entre les visions de l’espace politique mondialisé et les mobilisations paysannes pendant la « guerre froide ».

3L’intensification des échanges culturels et scientifiques mondialisés est particulièrement flagrante à l’égard de la formation des groupes dirigeants, mais son impact sur les groupes sociaux et les régions les plus laissées pour compte n’en est pas moins fort. Nous nous sommes attachés à décrire l’inscription des groupes dominés dans la nouvelle configuration sociale, d’abord de façon transversale, par l’étude de la réduction récente des inégalités sociales au Brésil grâce à une politique sociale de transferts vers les couches démunies (Sônia Rocha), des politiques de redistribution du revenu national dans sa dimension territoriale (Tânia Bacelar) et des tendances récentes de l’évolution économique et sociale du Nordeste et de l’Amazonie (Tânia Bacelar et Alfredo Wagner). Mais également à travers les analyses détaillées des résultats de l’action affirmative à l’Université de Bahia (Antônio Sérgio Guimarães), à travers les parcours sociaux de jeunes, leurs choix religieux et le rapport entre les différentes générations (Regina Novaes). L’appropriation des technologies de communication par les secteurs les plus défavorisés donne également lieu à des phénomènes nouveaux, comme nous avons pu le voir à travers l’usage du GPS dans les mouvements de cartographie sociale soutenant des formes nouvelles de mobilisation sociale et de revendication territoriale et identitaire (Alfredo Wagner).

4La compréhension de la spécificité du cas brésilien s’est appuyée sur des points de comparaison avec des cas européens et asiatiques : les nouvelles rhétoriques et politiques mémorielles en France (Anne-Marie Thiesse), les juristes et la reconstruction de l’État en Asie (Yves Dezalay), l’impact des ressources d’Internet sur l’industrie discographique et la notion de « territoire » (Vassili Rivron), et les reconfigurations des « frontières sociales » entre les groupes à partir des études ethnographiques menées en France, en Roumanie et au Brésil (Mihaï Gheorghiu).

5La présentation des travaux des étudiants participant au séminaire a également permis d’ouvrir d’autres pistes pour comprendre comment la mondialisation n’implique pas la disparition ou la disqualification du registre et des stratégies nationaux, mais permet le réinvestissement des catégories et des schèmes nationaux de pensée pour légitimer des nouveaux usages de la collectivité nationale et sa projection sur la scène internationale.

Publications

  • « Stefan Zweig : prophète de la nation brésilienne », dans Cahier d’études hongroises, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 69-84 (n° spécial d’hommage à Victor Karady).
  • « Traces of the Big House and the slave quarters : Social transformation in rural Brazil during the twentieth century », dans Brazil. A century of change, sous la dir. de Ignacy Sachs, Jorge Wilheim, Paulo Séergio Pinheiro, Chapel Hill, The University of Carolina Press, 2009, p. 20-54.
  • « Les disciples de la “mission française” et la réception de l’anthropologie structurale au Brésil. Retour sur un mythe d’origine », dans Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Revue internationale de sciences sociales, sous la dir. d’Afrânio Garcia et Marie-Claude Munoz, Hors Série n° 2, juin 2009 : « Mobilité universitaire et circulation internationale des idées. Le Brésil et la mondialisation des savoirs », p. 57-93.
  • « A materialidade da segregaçao silenciosa », dans Desigualdades raciais e segregaçao urbana em antigas capitais : Salvador/Cidade d’Oxum, sous la dir. d’Antônia dos Santos Garcia, Rio de Janeiro/Cidade de Ogum, Garamond/FAPERJ, 2009, postface, p. 447-458.
  • « Campesinato, familia e diversidade de explorações agricolas no Brasil », dans Diversidade do campesinato : expressões e categorias : estratégias de reprodução social, sous la dir. d’Emilia Pietrafesa de Godoi, Marilda Aparecida Menezes et Rosa Marin, São Paulo/Brasilia, Editora da UNESP, NEAD, 2009, p. 213-243.
  • « Abdelmalek Sayad au Brésil : Les migrations, objet de choix pour comprendre les transformations du monde social », Hommes & migrations, n° 1281, 2009, p. 20-29.
  • « Afirmação da cultura brasileira : dos sertões da Bahia às metamorfoses de casas – grandes e de senzalas », Revista del Museo de Antropologia, vol. 2, n° 1, Córdoba, Facultad de Filosofia e Humanidades, 2009, p. 87-102.
  • « Nobles et communistes : les pionniers de la question agraire au Brésil », dans Parcours d’une sociologue, figures d’un engagement, hommage à Monique de Saint Martin, sous la dir. de Mihai Gheorghiu, Pascale Gruson et Daniella Rocha, Iasi, Editura A.I.Cuza, 2009, p. 181-184.
  • « Fundamentos empíricos da razão antropológica : a criação do PPGAS e a seleção das espécies cientificas », Mana : estudos de antropologia social, vol. 15, n° 2, octobre 2009, p. 411-448.
  • « Quatrième de couverture », dans Corpo da Nação, sous la dir. de Valéria Ribeiro Corossacz, Rio de Janeiro, Editora da UFRJ, 2009 (édition en portugais de la thèse soutenue à l’université de Siena/EHESS, après l’édition en français et en italien).
  • « A dependência da política : Fernando Henrique Cardoso e a sociologia no Brasil », dans Democracia, crise e reforma, sous la dir. de M.-A. d’Incao et H. Martins, São Paulo, Paz e Terra, mars 2010, p. 93-103 (réédition d’un article de 2004).
  • « A globalização subdesenvolvida : Celso Furtado, Fernando Henrique Cardoso e a formação de uma escola de pensamento latino americana », Antropolitica, n° 26, mars 2010, Niterói, editora da UFF, p. 127-160.
  • « Diálogos em filosofia no Brasil : estudo da autonomização de um campo de conheci-mento », dans Filósofos à brasileira. Catolicos e autonomia de debates intelectuais, sous la dir. de Daniela Ferreira, Campinas (SP), Editora da UNICAMP, 2010, préface, p. 3-13.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Afrânio Garcia et Vassili Rivron, « Anthropologie politique du Brésil », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 379-381.

Référence électronique

Afrânio Garcia et Vassili Rivron, « Anthropologie politique du Brésil », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20646

Haut de page

Auteurs

Afrânio Garcia

Articles du même auteur

Vassili Rivron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals