Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin et Patrick Williams
p. 401-403

Texte intégral

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin, directeurs d’études

Histoire et épistémologie de l’anthropologie

1Jean-Paul Colleyn et Jean Jamin ont introduit la problématique du séminaire en défendant un travail de production et de réception des images comme point de départ de la recherche, subvertissant ainsi le statut d’illustration auquel l’audiovisuel est souvent confiné. Ils ont Insisté aussi sur l’étroite parenté entre les constructions de certaines œuvres fictionnelles et la démarche de l’anthropologue. De ce point de vue, force est de constater que l’anthropologie de la fiction n’en est encore qu’à ses balbutiements. Au cours de quatre séances, Jean Jamin a ainsi décortiqué le travail de montage audiovisuel qu’il a réalisé à partir de l’œuvre romanesque de William Faulkner, en faisant valoir, et en se fondant sur l’œuvre cinématographique de Stanley Kubrick, ce qu’on peut appeler un système de « rimes visuelles et sonores » qui tienne lieu d’analyse, et d’analyse anthropologique d’une œuvre de fiction. Cela a amené à repenser, tant d’un point de vue historique qu’épistémologique, la question des « genres » cinématographiques, que Louis Wallecan (EHESS), à partir de son travail à la fois ethnographique et cinématographique sur les rapports entre la communauté italo-américaine de New York et l’opéra vériste, a reprise, approfondie et prolongée. De son côté, Jonathan Larcher (EHESS) a évoqué son expérience de tournage, étalée, sur plusieurs années, parmi les Roms de Roumanie. Son exposé s’est appuyé sur deux séquences filmées, ce qui lui a permis d’exposer l’aspect pragmatique du travail de terrain et les démarches théoriques qui l’ont inspiré : ethnométhodologie, interactionnisme, analyse conversationnelle. Skaya Siku, qui rédige une thèse (codirigée par Jean-Paul Colleyn et Tai-Li Hu, professeur à l’université de Chin Hua), sur l’émergence d’un cinéma documentaire aborigène à Taïwan. L’identité taïwanaise, a expliqué Skaya Siku, est aussi difficile à définir que le statut de Taiwan, qui a connu depuis le XVIIe siècle de nombreuses vagues d’immigration. L’identité des uns et des autres est le produit des interactions entre les Yuanzhumintu (aborigènes), les Benshengren (Taïwanais « taïwanais »), les Waishengren (Chinois continentaux) et les Xinzhumin (les immigrés [récents]). Emmanuel Parent (LAHIC/CNRS), a pour sa part exposé les grandes lignes de sa thèse, récemment soutenue à l’EHESS, sur le « Lore noir », à partir et à travers l’œuvre du grand romancier Ralph Ellison, tout en la rapprochant des rythmes et de la prosodie du blues et du jazz. Jean-Paul Colleyn a présenté un numéro de la série Arts du mythe (Arte) consacré à un objet rituel (boli) du culte du Kono au Mali. Cet objet avait littéralement été confisqué par les ethnologues de la mission Dakar Djibouti en 1931. Le film raconte de manière non linéaire, l’histoire d’un tournage impossible : le culte existe encore, mais il reste secret : les boli ne peuvent en aucun cas être vus par les femmes, suspectées d’être déjà détentrices de pouvoirs générateurs supérieurs.

Jean Jamin, directeur d’études
Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS

Anthropologie du jazz

2Le séminaire a été suspendu. Inauguré en 2001, d’une durée de trois puis de quatre heures à chaque séance, les responsables ont considéré que les pistes de réflexion et de recherche avait été suffisamment creusées sur ce thème (une vingtaine de mémoires et de thèses, tous soutenus en neuf ans à l’EHESS, sous leur direction, ont en quelque sorte matérialisé le travail effectué dans le cadre du séminaire) pour qu’il soit temps de passer le témoin. Ce qui a été notamment le cas, grâce aux enseignements de Marc Chemillier (EHESS), qui a repris, prolongé et affiné cette problématique. Il reste que ce séminaire a donné lieu à la publication d’un ouvrage synthétique, écrit par Jean Jamin et Patrick Williams, intitulé Une anthropologie du jazz, et paru à Paris, CNRS éditions, en mai 2010 (385 p., figures, bibliographie, index).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin et Patrick Williams, « Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 401-403.

Référence électronique

Jean-Paul Colleyn, Jean Jamin et Patrick Williams, « Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20668

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Colleyn

Articles du même auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Patrick Williams

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals