Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sens du juste et sens de la réalité sociale

Alain Cottereau et Isabelle Thireau
p. 432-433

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Alain Cottereau, Isabelle Thireau, directeurs d’études

Pratiques d’enquête et sens de la réalité sociale. Approches historiques et sociologiques

1Poursuivant l’analyse des enquêtes, le séminaire de cette année a consacré la majeure partie de ses séances à la confrontation internationale des enquêtes de terrains, en privilégiant les chantiers en cours des membres du séminaire, animateurs et doctorants. Cette confrontation ne se limite pas à des « comparaisons » thématisées : les questions et les comptes rendus impliquent toujours de situer une monographie par rapport au reste du monde. La relation d’enquête doit être posée comme relation d’expérience à expérience. Les contributions de chacun des participants, en soumettant dans les séances des aspects de leurs travaux, ont explicité ces dimensions, y ont ajouté des comparaisons en séance, grâce à des terrains de la Chine à l’Argentine, en passant par l’Afrique Nord- et Sub-Saharienne.

2Un premier bloc de a travaillé sur le journal de terrain de Jeanne Favret-Saada, coordonné avec le colloque autour de ses travaux d’octobre 2009 : que veut dire « L’indigène a toujours raison » ? Ont été examinées les conceptions de la « compréhension » aujourd’hui, dans le sillage de Dewey et Schutz (critiques à l’égard de Weber). Le journal de terrain de Jeanne Favret-Saada a été pris comme modèle et enjeu de réflexion sur ce que peuvent être les descriptions proprement scientifiques, à valeur de démonstration et de compte rendu d’expériences, liant l’expérimentation des enquêtés et l’expérimentation des enquêteurs.

3La seconde série de séances a approfondi des problèmes surgis dans la première. Deux invités y ont contribué. Benoît Guillou a mis en discussion ses réflexions à partir d’observations denses sur les suites des massacres au Rwanda aujourd’hui : dans quelles conditions est rendue possible une cohabitation minimale, actuellement, entre bourreaux et victimes survivantes, quels sont les fonctionnement réels des politiques d’aveu et de pardon dans un contexte politique et social lourdement traumatisé ? À l’inverse des situations-limites, Carle Gayet a examiné les manières de percevoir et d’utiliser les normes supposées communes et qui mettent en jeu la « politesse », dans les rencontres improvisées entre anonymes sur les lieux publics.

4Le livre d’Isabelle Thireau, Les ruses de la démocratie, a permis de centrer des questions sur le sens de la justice et le développement d’exigences démocratique à partir des modalités politiques de réhabilitation des victimes propres à la Chine : celle-ci a suivi une voie originale par rapport à toutes les autres sorties connues de totalitarisme, efficace dans l’abandon de l’État totalitaire comme dans l’évitement de la démocratie. Les travaux de trois autres doctorants sur la Chine se sont prêté également à la confrontation entre terrains, portant notamment sur la présence de traumatismes historiques et de formes inventées de coexistence. D’autres comparaisons ont mis aussi en perspective des politiques menées par des familles ou par des solidarités féminines au sein des familles, touchant les naissances, l’adoption, les formes de solidarité ou de conflits entre générations, de la Chine à l’Argentine, en passant par l’Afrique du nord, l’Andalousie et le Mexique.

5Une séance autour du livre sous presse d’Alain Cottereau et Mokhtar Marzok, Une famille andalouse, a approfondi un autre thème transversal du séminaire : comment observer et décrire les évaluations des situations par les personnes enquêtées, sans séparer a priori les évaluations économiques, relationnelles et morales ? Suivant quel dispositif abandonner ses propres catégories et repères pour accéder à d’autres catégories et les traduire en compte rendu ? Très instructives ont été par exemple les descriptions approfondies de ce qu’est la décence aujourd’hui dans le monde, notamment la décence des rapports entre les sexes, lorsque les normes ne cessent d’être bouleversées, sans consensus locaux, en rapport avec la mondialisation médiatique et celle des circulations de personnes migrantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cottereau et Isabelle Thireau, « Sens du juste et sens de la réalité sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 432-433.

Référence électronique

Alain Cottereau et Isabelle Thireau, « Sens du juste et sens de la réalité sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20692

Haut de page

Auteurs

Alain Cottereau

Articles du même auteur

Isabelle Thireau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals