Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
p. 445-447

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Hamit Bozarslan, directeur d’études

Sociologie historique de la violence au Moyen-Orient

1Partant de la lecture de Le passé d’une illusion (1994) de François Furet, le séminaire de cette année fut consacré d’une part à la problématisation des passions et des phénomènes révolutionnaires comme objet d’étude des sciences sociales, d’autre part aux attentes et moments révolutionnaires au Moyen-Orient au XXe siècle. Dans un premier temps, nous avons insisté sur la « sociologie historique » de Furet et insisté sur les « révolutions-modèles », française, russe et dans une moindre mesure iranienne, « universalisables » car porteuses, pour une période du moins, d’espoir d’une émancipation dépassant leurs cadres nationaux ou territoriaux et émit plusieurs hypothèses de recherche :

  • la contestation révolutionnaire, prise comme une catégorie heuristique, met la Cité (« bourgeoise » au sens que Furet donne à ce terme) à nu en ce qu’elle montre qu’elle est fondée sur le principe d’aliénation, qui en régule aussi le temps. Quelles que soient ses conséquences dans la durée, la révolution apparaît dès lors d’abord comme un sursaut pour sortir de ce temps par l’axiologie et ne peut se fixer un horizon plus modeste consistant simplement à « remettre les pendules du temps d’ici-bas à l’heure ».
  • plus que l’absence de démocratie, dont le sens a tant évolué au cours des deux derniers siècles, c’est l’absence de justice et d’égalité, réelle ou perçue comme telle et toujours amplifiée par les régimes de subjectivité, qui nourrit les passions révolutionnaire. L’inégalité et l’injustice, preuves de la perversité de la dialectique du maître et de l’esclave, sont appréhendées comme synonyme de l’aliénation.
  • par la promesse de « rédemption laïcisée » (Furet) qu’il accomplit au sein de la cité, le fait révolutionnaire lance un nouveau défi aux sciences sociales ; au chercheur qui l’analyse comme conséquence d’une crise qui a bien ses racines dans l’ici-bas, la saisir en termes de pouvoir et de rapports de pouvoir, de crises et de luttes sociales, politiques et économiques, une révolution oppose son discours sur la sortie de l’aliénation, son eschatologie, tout attestée, consistant à faire du passé table rase et d’inventer un nouveau temps, de justice éternelle.

2La seconde partie du séminaire fut consacrée au Moyen-Orient où on peut repérer, à partir d’une grille de lecture macro, quatre vagues successives d’engagements révolutionnaires, chacune inscrite dans un contexte politique spécifique. La première, cherchant dans la révolution à la fois la finalité de l’histoire et la condition de la régénérescence des Empires ottoman et persan, s’amplifie tout au long de la période d’occidentalisation qui couvre la quasi-totalité du XIXe siècle pour se prolonger au-delà de la Première Guerre mondiale. La deuxième, spécifique de la période d’entre les deux guerres, tente d’entrer dans l’universel par les courants radicaux, de gauche, mais aussi de droite, d’inspiration européenne. La troisième, résolument tournée vers la gauche, occupe l’espace politique moyen-oriental après la Deuxième Guerre mondiale, pour connaître son apogée au tournant des années 1970. Enfin, les décennies postérieures à la révolution iranienne de 1989, si riches en événements tragiques, guerres régionales ou violences massives, sont marquées par l’axiologie révolutionnaire islamiste et ses multiples avatars.

Publications

  • Historia de la violencia en Oriente Medio. Desde el fin del Imperio otomano hasta Al Qaeda, Barcelone, Peninsula, 457 p. (traduction).
  • Mejuy Hawçaxti Turkiya, Erbil, Aras Publishers, 2009, 208 p. (traduction).
  • « De l’action révolutionnaire aux “bandes” au pouvoir : les comitadjilik ottomans au tournant du XXe siècle », dans Typologies du terrorisme et communauté(s) de valeurs, sous la dir. de Henry Laurens, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 67-88.
  • « Régimes de subjectivité et expériences limites dans la contestation kurde (1946-1999) », dans L’expérience des situations limites, sous la dir. de Gilles Bataillon et Denis Merklen, Paris, Karthala, 2009, p. 45-57.
  • « Der genozid an der Armenierns als herausforderung : Erinnerung, nationale identitàt und geschichsschreibung in der Türkei », dans Europâische erinnergungsräume, sous la dir. de Kristin Buchinger, Claire Gantet et Jakob Vogel, Francfort, Campus, 2009, p. 267-280.
  • « The “State of the Art” and the future of the Kurdish Studies », dans From daena to Din. religion, kultur und sprache in der iranischen welt. Festschrift für Philip Kreyenbroek zum 60. geburtsdag, sous la dir. de Christine Allison, Anke Joisten-Pruschke et Antje Wendtland, Wiesbaden, Harrassowitz, 2009, p. 293-301.
  • « Discuter de la Turquie, de l’Europe et de l’incertitude », Mésogeios, n° 36, 2010, p. 111-123.
  • « La question kurde à l’heure de l’« ouverture » d’Ankara », Politique internationale, n° 1, vol. 75, 2010, p. 55-64.
  • « “Bir, Bölöcü’ ve” Bütunlestirci’ olarak Siddet », Toplum ve Bilim, n° 2009, p. 6-20.
  • « Irak sept ans après », dans État du monde 2010, sous la dir. de Bertrand Badie et Dominique Vidal, Paris, La Découverte, 2009, p. 283-288.
  • « Ifade Özgürlügünün Berisinde ve Ötesinde », dans Türkiye’de Ifade Özgürlügü, sous la dir. de Taner Koçak Taylan Dogan Zeynep Kutluata, Istanbul, 2009, p. 274-281
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 445-447.

Référence électronique

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20700

Haut de page

Auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals