Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Travail, flexibilité et constitution du social

Bénédicte Zimmermann
p. 451-452

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Bénédicte Zimmermann, directrice d’études

Sociologie de la flexibilité et des parcours professionnels

1Le fil conducteur des différentes séances était d’étudier les capacités et les parcours professionnels des salariés à travers le prisme d’une sociologie du marché ; marché du travail aussi bien que des produits.

2Nous nous sommes, dans un premier temps, plongé dans les écrits de Karl Polanyi. Trois aspects de son œuvre ont plus particulièrement retenu notre attention : tout d’abord le diagnostic d’une société de marché vouée à être encastrée tout entière dans l’économie, forme pathologique inversée de l’encastrement de l’économie dans la société lorsque le capitalisme et ses normes irriguent l’ensemble des institutions sociales ; ensuite l’intime articulation de l’analyse du marché à une réflexion sur la nature de la démocratie et la pluralité de ses formes qui amène Polanyi à démontrer que le marché n’est pas la matrice de la démocratie et de la liberté ; enfin, le saut heuristique d’une problématique du marché à celle de la marchandisation.

3Nous avons, dans un deuxième temps, cherché à thématiser les formes contemporaines de la marchandisation des personnes au travail, en mettant l’accent sur le rôle et les incidences de la formation continue dans ce processus. Une enquête qualitative menée avec Dilip Subramanian auprès de plusieurs entreprises en a fourni le matériau empirique. Elle montre que la formation, en théorie appelée à étayer le développement professionnel des salariés, est avant tout un outil de marchandisation des personnes au travail. Comment un tel usage, qui fait de la formation un avantage compétitif pour les entreprises, est-il conciliable avec la politique de « sécurisation des parcours » promue par les politiques publiques, à travers notamment la Loi relative à l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie (novembre 2009) ? N’y a-t-il pas là antinomie ? L’analyse de cette loi et sa mise en regard avec le projet de « sécurité sociale professionnelle » de la CGT, qui propose rien moins que la suppression du marché du travail, posent les éléments du débat. De l’enquête empirique, nous avons ensuite dégagé, lors de séances présentées conjointement avec Dilip Subramanian, des éléments d’analyse plus circonstanciés.

4Multi niveaux, l’étude comportait un volet organisationnel dédié à l’entreprise et un volet biographique aux salariés. La comparaison des politiques et des usages de la formation continue dans deux entreprises aussi différentes qu’une SSII (société de service et d’ingénierie informatique) et une usine de conditionnement de produits pharmaceutiques a ainsi été menée de front avec l’étude approfondie de parcours de salariés. Les résultats montrent que la formation et le développement professionnel ne relèvent pas de la seule politique des ressources humaines, mais prennent forme dans l’interaction entre cette dernière, les pratiques de management et l’organisation du travail. Dans les cas étudiés, pourtant très contrastés, la formation est d’abord orientée vers le marché du produit et les attentes du client, avant d’être tournée vers le développement professionnel des salariés. Dans l’usine de travail à la chaîne employant des ouvriers faiblement qualifiés, comme dans la société de service recourant à des consultants hautement qualifiés, la formation relève d’une stratégie de vente et de marketing.

Publications

  • Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Économica (Études sociologiques), 2010.
  • « Travail, Labor/Work, Arbeit », dans Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, sous la dir. d’Olivier Christin, Paris, Métailié, 2010, p. 383-392.
  • « Histoire comparée/histoire croisée », dans Historiographies. Concepts et débats, sous la dir. de Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt, Paris, Gallimard (Folio Histoire), 2010, p 155.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Zimmermann, « Travail, flexibilité et constitution du social », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 451-452.

Référence électronique

Bénédicte Zimmermann, « Travail, flexibilité et constitution du social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20705

Haut de page

Auteur

Bénédicte Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals