Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Institution de la délibération

Bernard Manin et Philippe Urfalino
p. 465-466

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Bernard Manin, Philippe Urfalino, directeurs d’études

Délibération collective, rhétorique et raison publique

1Poursuivant le travail des années précédentes, le séminaire s’est tourné vers la pratique de la délibération collective et de la rhétorique. On a d’abord examiné les études empiriques de la délibération collective. Aujourd’hui, la délibération n’est plus seulement un idéal, celui-ci se trouve confronté aux résultats d’une masse croissante d’expériences. D’une part, de nombreuses études sont désormais disponibles sur des pratiques telles que les « assemblées » ou les « jurys » de citoyens, les sondages délibératifs ou encore, sous un angle un peu différent, les comités d’experts (cf. les travaux de Philippe Urfalino). D’autre part, la délibération collective fait l’objet d’expériences de laboratoire. À l’aide de travaux synthétiques (ceux de Dennis Thompson et Simone Chambers en particulier), le séminaire a proposé un bilan de ce que la pratique et la théorie de la délibération peuvent s’apporter mutuellement. On a relevé que si l’idéal délibératif a inspiré plusieurs innovations pratiques, celles-ci demeurent limitées à des groupes de taille restreinte (les « mini-publics ») ou expérimentale. La communication de masse, en revanche, n’a guère été affectée par le tournant délibératif. On s’est demandé comment rendre plus délibératif l’espace public de masse. Cette question a amené une réflexion sur l’état présent des médias (à l’aide d’un travail très récent de Jürgen Habermas et du livre de Markus Prior), ainsi que sur le rôle de la rhétorique délibérative dans la démocratie d’aujourd’hui.

2Dans un second temps, le séminaire a étudié les pratiques (ou les descriptions) de la délibération et de la rhétorique dans l’Antiquité, en Grèce d’abord, à Rome ensuite. On a examiné les scènes de délibération collective chez Hérodote et chez Thucydide, en complétant l’analyse des textes originels par des commentaires classiques (Jacqueline de Romilly) et par des travaux historiques plus récents (ceux de Benedetto Fontana, Josiah Ober, Arlene Saxonhouse, Harvey Yunis). Deux conclusions principales ont été dégagées. D’une part, ces scènes de délibération opposent en général deux orateurs défendant des points de vue divergents face à une assemblée. Les membres de l’assemblée sont dits délibérer alors même qu’aucune mention n’est faite d’une discussion entre eux. À la différence des théories actuelles de la délibération, la conception ici sous-jacente identifie la délibération à l’audition de points de vues opposés, non à la discussion. D’autre part, le principe du débat contradictoire n’est pas ici fondé sur des raisons d’impartialité (contrairement à son usage devant les tribunaux), ¡I semble procéder de considérations épistémiques : être confronté à des points de vues opposés est le moyen d’arriver à une bonne décision. Enfin, le séminaire a étudié les contiones romaines, ces assemblées populaires devant lesquelles parlaient les orateurs en vue de préparer les réunions formelles où le peuple romain votait, et qui se tenaient, elles, sans discours. Ces assemblées préparatoires de persuasion occupaient une place plus importante qu’on ne l’a longtemps cru. Le séminaire s’est appuyé, en particulier, sur les travaux récents de Robert Morstein-Marx et Dominique Hiebel. On a noté que le principe du contradictoire constituait en théorie une norme pour les contiones. À Rome cependant, le principe semble avoir eu une finalité de contrôle politique : laisser les oppositions s’exprimer pour mieux les intégrer voire les intimider.

Publications

Bernard Manin

  • Avec Jane Mansbridge, James Bohman, Simone Chambers, David Estlund, Andreas Føllesdal, Archon Fung, Cristina Lafont et José Luis Martí, « The place of self-interest and the role of power in deliberative democracy », Journal of political philosophy, vol. 18, issue 1, mars 2010, p. 64-100.

Philippe Urfalino

  • Avec Martha Zuber, Intelligences de la France. Onze essais sur la politique et la culture, Paris, Presses de Science Po, 2010.
  • « Lire la France contemporaine avec Pierre Grémion », Esprit, n° 2, février 2010, p. 24-33.
  • « Rules and tactics of collective decision », introduction et direction du n° spécial « Rules of collective decision », Social Science Information/Information sur les Sciences Sociales, mars 2010, vol. 49, n° 1, p. 5-10.
  • « Deciding as bringing deliberation to a close », dans op. cit., p. 111-140.
  • « Sanior pars et maior pars dans les aréopages contemporains. Le cas des comités d’évaluation des médicaments en France et aux États-Unis », Raison Publique, n° 12, mai 2010, p. 213-259.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Manin et Philippe Urfalino, « Institution de la délibération », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 465-466.

Référence électronique

Bernard Manin et Philippe Urfalino, « Institution de la délibération », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20719

Haut de page

Auteurs

Bernard Manin

Articles du même auteur

Philippe Urfalino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals