Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Histoire de la pensée allemande, XIXe-XXe siècles

Nicolas Tertulian
p. 480-481

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Nicolas Tertulian, directeur d’études

Concepts fondementaux d’une ontologie de l’être social : travail, idéologie, aliénation

1L’objectif du séminaire était de dégager plusieurs idées directrices d’une « ontologie de l’être social », en prenant appui sur l’ouvrage posthume de Georg Lukacs qui porte ce titre. L’élucidation philosophique du concept de travail s’est effectuée à partir du couple de catégories : téléologie-causalité. On a souligné les fortes connexions entre les thèses avancées par Nicolai Hartmann dans son opuscule Teleologisches Denken (1951) et les analyses développées par Lukacs dans le chapitre sur le travail de son Ontologie. La dissociation de l’acte du travail en deux moments distincts : l’objectivation et l’extériorisation, s’est avérée féconde. Une attention particulière a été accordée au concept de « position téléologique » ou « instauration téléologique » (teleologische Setzung), considéré comme la clef de voûte de la vie sociale, son « phénomène originaire » : la dialectique entre l’interpellation, l’interrogation et la réponse est selon Lukacs constitutive des « positions téléologiques » à tous les niveaux. C’est dans ce sens qu’on peut parler du travail comme modèle ontologique de la totalité des activités sociales, y compris les plus complexes (l’activité éthique, par exemple), dans la mesure où c’est avec le travail qu’émerge la relation sujet-objet, consubstantielle à tous les complexes sociaux. La thèse lukacsienne selon laquelle la résultante finale des multiples positions téléologiques, donc le fonctionnement d’ensemble de la vie sociale, aurait pourtant un caractère purement causal et non téléologique, a suscité des vives interrogations et des sérieuses réserves. Pierre Rusch, auteur d’une thèse de doctorat sur l’esthétique de Lukacs, a présenté un exposé sur la pertinence anthropologique de la conception de Lukacs sur le travail.

2L’analyse du concept d’Idéologie est partie de la distinction entre savoir et idéologie, en pointant le caractère fonctionnel et instrumental de l’idéologie. Celle-ci affirme sa présence lorsque les forces sociales engagées dans un conflit tendent à assumer ce conflit et à avancer leur solution. Gli eroici furori de Giordano Bruno et le Traité théologico-politique ou l’Éthique de Spinoza expriment à l’aube de l’âge moderne l’auto-affirmation d’une pensée de l’immanence, célébrant la transparence de l’univers, contre les représentations figées et saturées de préjugés des conceptions religieuses traditionnelles. On a insisté sur la critique effectuée par Lukacs à l’égard de la conception de l’idéologie comme « fausse conscience » (conception partagée par Adorno et par l’École de Francfort) et sur son concept d’« ontologie de la vie quotidienne », conçue comme zone séminale de l’activité idéologique. On est arrivé ainsi à préciser plusieurs traits caractéristiques de sa conception de l’Idéologie : la façon dont les conflits d’un moment historique s’expriment au niveau du « monde vécu » ; l’intériorisation de ces conflits sous la forme de questions qui interpellent la conscience du penseur ; l’idéologie comme tentative de réponse à ces questions, en transposant sur le plan imaginaire leur solution ; la possibilité que la solution soit fondée sur un rapport de non-congruence avec la réalité, par l’universalisation d’une situation particulière ; la distinction entre le « monde » de la science et le « monde » de l’idéologie ; le caractère « anthropocentrique » de la philosophie, qui implique une assomption des problèmes fondamentaux de la condition humaine.

3La question de l’aliénation a été abordée par le biais d’une confrontation entre les conceptions de Heidegger et de Lukacs. C’est la distinction entre objectivation et aliénation qui a retenu particulièrement l’attention, car c’est leur identification que Lukacs considérait être une des erreurs majeures de son livre Histoire et conscience de classe. On a essayé de préciser la place de l’aliénation à l’intérieur de la phénoménologie de la subjectivité dessinée dans l’Ontologie de l’être social : la réification et l’aliénation sont considérées comme des formes particulières de l’extériorisation, celles où les forces humaines essentielles sont détournées de leur vocation à s’accomplir dans la synergie de la personnalité.

4Philippe Ivernel, maître de conférences émérite de l’Université de Paris-VIII, a présenté un exposé sur les rapports entre Brecht et Benjamin.

5Invité au Brésil, le directeur d’études a présenté en juillet-août 2009, une suite de conférences aux Universités de Niteroi (Rio de Janeiro), Florianopolis, Marillia et São Paulo sur l’Ontologie de Lukacs et sur les rapports entre l’ontologie de Heidegger et celle de Lukacs, en participant aussi à la présentation de la traduction portugaise de son livre sur l’esthétique de Lukacs paru en 2009 aux éditions UNESP de São Paulo.

Publications

  • « Le dernier Lukacs : pensées prémonitoires », Cités, Paris, n° 39, 2009, p. 109-112.
  • « György Lukacs e la costruzione di un sistema filosofico antistalinista » dans L’ALTRONOVECENTO, Comunismo eretico e pensiero critico, sous la dir. de Pier Paolo Poggio, Milan, Jaca Book, 2010, p. 273-287.
  • « Ernst Bloch e György Lukacs, paradoxos de uma amizade », Margem Esquerda, São Paulo, Boitempo Editorial, n° 15, novembre 2010, p. 149-154.
  • « À propos de Lukacs idéologue et philosophe », Giornale critico della filosofia italiana, Florence, janvier-avril 2010, p. 188-193.
  • Postface à « Prolegômenos para una ontologia do ser social » de Gyòrgy Lukacs, 2010, São Paulo, Boitempo Editorial, p. 383-402.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 480-481.

Référence électronique

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20735

Haut de page

Auteur

Nicolas Tertulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals