Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie naturelle

Daniel S. Milo
p. 482-485

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Daniel S. Milo, maitre de conférences

Année Darwin II. Trop : le gaspillage et le n’importe quoi dans la nature

1En 2004, le squelette presque entier d’un bipède fut découvert dans l’île indonésienne Florès. Il mesurait un mètre et le volume de son cerveau correspondait à celui d’un nouveau-né humain. S’agissait-il d’un enfant ? D’un nain ? D’un adulte frappé de microcéphalie ? C’est en vain que l’on essaya de classer ce squelette dans la catégorie Homo sapiens ; Hobbit – son surnom – reçut le titre de « la plus grande découverte depuis cent ans » car malgré son petit cerveau, il maîtrisait le feu et fabriquait des outils de pierre. Alors que les chercheurs s’étaient mis en quête d’un des maillons manquants entre l’homme africain et l’homme australien, ils découvrirent, à la place, un maillon inattendu soulevant une nouvelle question : quel intérêt d’avoir un grand cerveau si, pour Hobbit, un tiers suffisait pour qu’il soit considéré comme un être civilisé ? N’est-ce pas un symptôme, un de plus, de la désobéissance de notre espèce, qui passe outre la première loi de la sélection naturelle : un organisme doit être équipé avec le nombre de neurones/cheveux/globules blanches requis pour la survie dans un environnement donné ?

2Le séminaire de cette année était sous le signe du bicentenaire de Darwin, et des cent cinquante ans de la parution de L’origine des espèces. Or fêter le père de la théorie de l’évolution par la singularité de l’espère humaine est pour le moins paradoxal. Puisqu’il est génétiquement prouvé que Darwin a deviné juste et que toutes les espèces ont leur origine dans un seul ancêtre commun, personne n’est a même de s’être détaché de la lignée au point d’être considéré comme un outsider. Le discours éthologique dit bien que tout ce que l’homme est capable de faire – que ce soit créer des outils, faire de la musique ou faire l’amour – un autre animal en est également capable, même si son ingéniosité est clairement inférieure à la nôtre.

3Cette position est estimable, voire politiquement correcte, mais elle est étrangère au bon sens. Quelqu’un aurait-il rencontré un corbeau éthologue ? un cyprès parlant ? Cela dit, si les cyprès parlaient, leur prétention à l’exception serait bien plus justifiée que celle de l’homme.

4Ce propos n’aurait pas de sens, car l’homme n’a aucun avantage sur la faune et la flore, chaque être étant unique à sa façon : le cyprès est différent du chêne ou du peuplier tout comme Pierre est différent de Jacques et de Paul. Ceci est bien, beau et fort tolérant, mais « différent » ne vaut pas « unique », or l’homme est une aberration puisqu’il échappe à la norme dans pratiquement tous les domaines vitaux : la nutrition, la violence, la socialisation, la sexualité, la parenté, la mobilité. Et même s’il n’est pas le seul à faire certaines choses – comme s’accoupler hors de la saison des accouplements, pratiquer l’agriculture et utiliser des outils – il est presque toujours l’un des seuls à le faire, et parmi les exceptions qui confirment la règle, il se tient à cent lieux de la moyenne et la médiane.

5L’homme est un animal qui exagère. Son excès se reflète surtout dans la taille de son cerveau – 1 400 cm3 – alors qu’un singe de même proportion se satisferait du tiers ; et de sa population – 7 000 000 000 âmes – alors que 500 000 correspondrait mieux à une créature analogue. Il se reproduit, il produit et il consomme bien au-delà de ses besoins (et de ses intérêts). Comme le dit la grande dame de la mode Diane Von Fürstenberg : « Nous produisons tous bien trop de vêtements, trop de graisse, trop de tout. Personne n’a plus besoin de rien. Ce qu’il y a dans l’armoire suffit ». Il est donc grand temps de mettre la sélection naturelle au pied du mur jusqu’à ce qu’elle nous explique comment elle a pu bricoler un organisme qui s’occupe principalement de futilités.

6Les biologistes et les manuels scolaires affirment que la singularité humaine ait gagné en intensité depuis que l’homme s’est séparé du chimpanzé, il y a près de six millions d’années. Il n’en est rien. Alors que le cerveau de nos ancêtres avait déjà atteint le volume de 1 400 cm3 il y a quelques centaines de milliers d’années, leur population stagnait ; tout récemment encore, l’« humanité » ne comptait que quelques milliers d’individus. Leur cerveau produisait des outils, maîtrisait le feu, leur permettait probablement de marmonner quelques centaines de mots, et pourtant ils n’en profitaient pas pour devenir des foudres de fitness il s’en faut.

7Ce ne fut donc pas le grand cerveau de l’homme qui lui octroya « la victoire finale dans la lutte pour la survie » (Darwin). Et si c’était le contraire ? C’est ce grand cerveau qui a fait de nos pères, et surtout de nos mères, des êtres particulièrement vulnérables. Car plus leur cerveau augmentait de volume, plus la tête du fœtus porté par la femelle grandissait. Plus le cerveau du fœtus était volumineux, plus l’accouchement devait se passer prématurément. Plus la période de vie fœtale extra-utérine s’allongeait, plus le bébé devenait dépendant, vulnérable et asservissait ses parents à ses besoins. Plus les ressources des parents étaient mobilisées pour la protection et la nutrition de leur faible progéniture, plus leur efficacité diminuait. Voici un scoop : jusqu’à il y a soixante mille ans encore, il y avait en Afrique beaucoup plus de chimpanzés que d’êtres humains !

8Ainsi au cours des 99 % de son histoire, l’homme préhistorique oscillait entre survie et disparition. L’Homo sapiens moderne aurait, lui aussi, suivi le destin de tous les hominidés, s’il ne lui était pas arrivé un miracle : sa tribu donna naissance au futur. Oui, même la singularité de l’homme a un acte de naissance. Un jour, quelque part dans la Corne d’Afrique, un homme des cavernes a dit à un autre homme des cavernes « A demain » et la face du monde changea pour toujours, voire du cosmos. Depuis le Big Bang, il y a 13.7 milliards d’années, rien de tel n’avait été entendu parmi les électrons, protons et neutrons. Étoiles et planètes, microbes, animaux et plantes existent tous dans le présent éternel du stimulus-réflexe, du ON/OFF et du Yin et Yang. Et voici qu’apparaît soudain un individu qui force la geôle de l’ici et maintenant et lance son regard vers « là-bas » et « pas encore » ! À partir de ce moment-là – moment qu’on appellera « Small Bang » –, l’homme s’est séparé des autres éléments. On aurait pu intituler ce livre « Étranger dans l’univers ».

9Vous direz : le futur n’a pas d’âge, il fait partie de la flèche du temps ; la capacité de prévoir le développement d’un individu depuis la rencontre de l’ovule avec le spermatozoïde jusqu’à l’âge adulte le prouve bien. Les migrations du héron depuis l’Europe du nord vers l’Afrique, la rotation d’une étoile autour de son axe nous montrent que chaque moment de l’existence porte en gestation ce qu’il sera. Mais si nous demandions à un électron, un héron et une planète : « Où allez-vous ? », ils nous regarderaient longuement et répondraient à tour de rôle : « Je vole ».

10Oui, bien sûr, certains animaux se préparent pour l’hiver. Mais l’entreprise d’un écureuil et d’un ours en automne n’est pas individuelle ; ils sont mûs par un programme – l’ADN – qui leur dicte un comportement correspondant, pour nous, à de la prévoyance. Il semblerait que certains corbeaux soient capables de prévoir quelques heures à l’avance. Mais aucun animal n’est capable de convertir la nuit en un lendemain et d’informer ses congénères de ses projets. Aucun animal n’est capable de réécrire le futur de façon créative. C’est la raison pour laquelle l’individu muni de ces qualifications devient invincible. Ce n’est qu’à partir de ce moment qu’il « s’est dispersé plus que tous les autres êtres vivants et que toutes les autres créatures se sont soumises à lui » (Darwin).

Publication

  • Hamzaat ha’machar (l’invention de demain), Tel Aviv, Ha’kibbutz ha’meuchad, 2009 (en hébreu, en cours de traduction en français et en anglais).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel S. Milo, « Philosophie naturelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 482-485.

Référence électronique

Daniel S. Milo, « Philosophie naturelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20737

Haut de page

Auteur

Daniel S. Milo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals