Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures

Jacques Leenhardt
p. 503-504

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacques Leenhardt, directeur d’études

Paysages et sociétés dans la littérature et les arts aux XIXe et XXe siècles

1Le séminaire de cette année a été consacré au paysage urbain dans les deux premières décennies du XXe siècle. Après avoir l’année dernière étudié dans la littérature et les arts plastiques la thématique du passage du regard paysagé de la campagne à la ville, selon la phrase célèbre de Duranty « Que nous veut la campagne C’est dans la ville qu’il faut vivre », j’ai abordé ce nouveau regard à partir de ce qu’on pourrait appeler l’esthétique avant-gardiste.

2Nous avons commencé par le Manifeste futuriste de Marinetti (1909) mis en relation avec la nouvelle représentation de la ville dans la peinture et la sculpture de Boccioni. À travers des comparaisons avec Monet et Seurat, j’ai montré l’émergence d’une problématique du nombre et de la solitude et ses rapports avec l’émergence de l’idée de violence. Des textes de Sorel sont venus en appoint de cette analyse. La vision du développement du phénomène urbain s’est trouvée liée à la montée du militarisme à l’approche de la guerre : transformation du paysage rural en champ de bataille. On a alors poussé jusqu’à la notion d’aéro-peinture des Futuristes des années 1920 et la question du regard panoramique chez Delaunay et Boccioni. Des textes de Pavese et Marinetti ont été étudiés. Un séminaire particulier a été consacré à l’iconographie de la Tour Eiffel.

3Nous avons ensuite abordé la vision poétique d’Apollinaire à partir de Zone, et la peinture de De Chirico dans sa période « métaphysique ». Ce fut l’occasion de reprendre en contrepoint la vision urbanistique de Cerda et, tout à l’opposé, celle de Sitte, pour montrer le développement du débat sur la ville moderne et sa reprise chez De Chirico. La question du rapport entre individu et corps social dans la représentation de la ville et dans la pesée urbanistique a été au centre de ces analyses d’images et de textes. De même le traitement de la question de la densité démographique et de la mobilité sociale a été étudié dans la pensée sociologique contemporaine (Dürkheim, Bouglé, Simmel).

4Pour illustrer la force des tendances anti modernes qui se font jour à l’époque, nous sommes alors retourné à l’oeuvre du photographe Atget, mis en opposition avec celle de Lartigue. L’analyse des points du vues, le choix des objets et le public destinataire ont éclairé la différence entre ces deux artistes. La lecture critique du texte de Schopenhauer sur la ville, et notamment sa définition de l’architecture qui a joué un grand rôle dans ce débat a permis de comprendre la montée d’un courant néo classique qui allait se développer dans les années 1920 et 1930.

5Dans le cadre du séminaire Épistémologie des sciences du paysage, sous la direction de Catherine Chomarat-Ruiz (EHESS), j’ai présenté trois exposés sur la construction historique et philosophique de la notion de paysage.

6Par ailleurs j’ai fait des communications au colloque Cardinali « Art et espace Urbain » (INHA), au groupe de recherche Aragon (ENS Paris), au colloque Burle Marx de Rio de Janeiro et de Venise (Faculté d’architecture), au colloque sur le paysagiste Glaziou (Rio de Janeiro), au colloque Lucien Goldmann (IMEC), au colloque Michel Ragon (INHA), sur Jean Couy (Musée de Saint-Maur), aux Rencontres internationales de sociologie de l’art (Université Pierre Mendes-France, Grenoble).

Publications

  • Wifredo Lam, Essai monographique, Paris, Éditions Hervé Chopin, 2009, 320 p.
  • « A critiqua de arte no cenário mundial », Arte, critiqua e mundialização, ABCA Sã.
  • « Burle Marx e a modernidade nos jardins do Instituto Moreira Salles », dans Guia dos jardins de Burle Marx no Instituto Moreira Salles, Rio de Janeiro, IMS, 2009.
  • « Lam e a ciência do traço », Catalogo Wifredo Lam, Gravuras, Rio de Janeiro, Caixa cultural Rio de Janeiro, 2009, p. 15-21.
  • « Un paysage proustien », dans Paysages croisés, la Part du corps, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 19-31.
  • « Arte Frágil, Resistências », Commissariat et Catalogue de l’exposition, São Paulo, Musée d’art contemporain, juin-août 2009.
  • « Burle Marx ou la conquête du jardin », dans Leituras paisagisticas : Do imaginario a materia : a obra de Roberto Burle Marx, Rio de Janeiro, EBA/UFRJ, 2009, p. 16-25.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Leenhardt, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 503-504.

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20754

Haut de page

Auteur

Jacques Leenhardt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals