Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique cognitive

Michel de Fornel
p. 512-513

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Michel de Fornel, directeur d’études

Cadre de participation et champ déictique

1Le séminaire a poursuivi la relecture critique de l’œuvre de Goffman et a proposé une nouvelle approche des fondements interactionnels de l’analyse de conversation et de l’anthropologie linguistique. Dès ses premiers travaux, Goffman a soutenu que deux normes interactionnelles opposées – le détachement et l’engagement – guident l’échange et contribuent à sa stabilité. La première est de l’ordre du contrôle, de la mise en forme de ce que l’on dit en fonction des caractéristiques de la situation, en particulier du statut de participation des interlocuteurs. Le locuteur est obligé de refréner sa réponse immédiate à une situation et de transmettre une réaction calculée. Cette orientation vise à préserver sa face et celle de l’autre. La seconde implique que le locuteur s’exprime de façon spontanée, sans considération de la réaction possible de l’interlocuteur. Goffman a pour l’essentiel privilégié dans un premier temps l’étude de la première norme. Il a en particulier élaboré une théorie de la face étroitement dépendante du concept d’offense. Dans Les rites d’interaction, Goffman a décrit diverses stratégies de réparation consistant à reconnaître l’offense réalisée et à la réparer de façon à rétablir un équilibre rituel entre les participants. L’échange réparateur est constitué de quatre phases : à la suite d’un événement offensant exigeant une réparation, l’offensé peut effectuer une sommation, qui entraîne de la part de l’offenseur une offre de réparation ; celle-ci peut être acceptée, d’où un remerciement en retour. Dans un second temps, Goffman va s’intéresser à la seconde norme interactionnelle et va privilégier un autre type d’échange, l’échange confirmatif, qui manifeste « un signe du lien » entre les interactants. C’est dans Les relations en public qu’il a tenté de rapprocher ces deux formes d’échange de la théorie du rituel élaborée par Durkheim dans Formes élémentaires de la vie religieuse. Si le rituel positif est défini par l’ensemble de prescriptions lié aux modalités d’interaction avec le dieu (le croyant fait des offrandes, le dieu répond par certains signes, etc.), le rituel négatif se caractérise au contraire par l’évitement et la proscription. À la différence de Durkheim, Goffman a accordé une importance centrale au rituel négatif : le social n’est plus seulement Incarné dans une entité (le totem), il est l’ensemble des faces, en tant qu’image de soi projetée vers l’extérieur dans une situation donnée. L’échange confirmatif, quant à lui, supposerait aussi une forme d’offense. Si on laisse de côté le vocabulaire éthologique en termes d’offenses territoriales qu’il juxtapose à l’anthropologie du rituel de Durkheim et Radcliffe Brown, force est de constater que Goffman a fort bien perçu l’importance de la réparation en tant que principe structurant tous les types de séquences d’actions. Cependant, son analyse générale en termes d’échanges de réparation était vouée à l’échec dans la mesure où ¡I n’a pas compris que la réparation était à saisir, pour ce qui concerne les échanges confirmatifs, au niveau de la logique de pré-séquentialisation.

Publication

  • Avec Emmanuel Désveaux « From Ojibwa to Dakota : Toward a typology of semantic transformations in American Indian languages » Anthropological Linguistics, 51, 2, 2010, p. 95-129.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel de Fornel, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 512-513.

Référence électronique

Michel de Fornel, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20763

Haut de page

Auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals