Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Mathématiques et statistiques économiques

Habib Idrissi Boussouf
p. 535-537

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Habib Idrissi Boussouf, maître de conférences

1. Mathématiques et statistiques économiques

1Le séminaire a porté comme pour les années précédentes sur plusieurs axes, tout en développant les points qui n’ont pas été traités ou suffisamment expliqués en tenant compte des vœux des étudiants et chercheurs présents.

2L’un des axes est réservé à l’initiation de l’utilisation des espaces de Soboleo, à la théorie des équations aux dérivées partielles et aux problèmes de limites associées. Ce qui nous amène non seulement à prouver des théorèmes d’existence, de contrôle ou d’identification.

3Sachant que les résultats classiques de la théorie des équations différentielles ne sont directement applicables, ni en matière d’existence d’une solution ni, a fortiori, en ce qui concerne la dépendance des solutions par rapport aux conditions initiales et certaines propriétés, ont peut traiter correctement des deux familles de modèles économiques.

  1. Le processus par lequel le marché concurrentiel peut conduire l’économie à l’équilibre.
  2. La procédure de planification pour une allocation optimale des ressources.

4Par ailleurs chacun sait que les mathématiciens, les physiciens et les économistes – les esprits à tournure abstraite, les esprits à tournure concrète, les esprits à tournure (socio-concrète, ou concrèto-sociale) – ne volent ni ne comprennent l’univers de la même façon et c’est précisément en cela que consistent leur différence et leur organisation entre champs d’activité.

5Mais il ne faut pas cultiver l’idée qu’un large fossé séparerait le mathématicien des utilisateurs des mathématiques, à savoir le physicien et l’économiste.

6Si le mathématicien accorde plus d’importance à l’existence et l’unicité, le physicien se préoccupe plus de l’efficacité et la faisabilité et l’économiste de l’impact social et l’acceptabilité par le politique et la population.

7Une fois le cadre général tracé, nous avons énoncé les théorèmes généraux en fournissant des démonstrations aussi rigoureuses que le permet le niveau de connaissances supposées acquises par les étudiants :

  • Le problème de Cauchy, ainsi que le théorème fondamental d’existence et d’unicité de sa solution.
  • Théorème d’existence relatif au problème de Dirichlet.

8Ce qui nous a ouvert la porte sur l’analyse fonctionnelle et la théorie des équations de Fredholm.

9Le mérite de l’élaboration de modèles mathématiques réside dans l’accord entre les résultats expérimentaux et ceux obtenus par voie analytique à partir de ces modèles.

10Ce sont donc les utilisations des mathématiques (physiciens et économistes) qui décident de l’importance relative des divers paramètres, de ceux qui jouent un rôle prépondérant, de ceux qui sont négligeables. Si les premiers s’acquittent de cette tache avec aisance et objectivité, les seconds peuvent inverser le poids des paramètres et accorder soit un poids nul ou très grand à une variable afin de justifier le but auquel ils voudraient arriver. Donc, il faut faire en sorte que l’économiste accède à la maturité et la neutralité du physicien face aux phénomènes étudiés.

11Le deuxième axe traite de l’analyse des données et de son champ d’application

12Le troisième a été réservé à l’analyse et la critique des modèles macroéconomiques tant dans les pays développés que dans ceux en développement.

2. Développement et commerce extérieur (avec Francesco Maletto, professeur à l’Université La Sapienza de Rome)

13Le séminaire a été consacré, comme l’année précédente en y incorporant des modèles mathématiques, à l’exposé des théories de l’échange international qui se sont préoccupées d’expliquer les raisons de l’ouverture des économies nationales au marché mondial. Nous avons examiné les deux choix extrêmes que peut faire un pays donné : soit l’autarcie, soit le libre-échange. Nous avons cherché à étudier les avantages et les inconvénients à choisir telle ou telle politique, et avons opté pour un système intermédiaire entre les deux pôles.

14Après une introduction historique et avoir posé la problématique du commerce extérieur, nous avons donc examiné en détail les différentes théories et contreverses des différents économistes.

15Depuis les fondateurs de la théorie classique, David Hume (1750) et David Ricardo (1817) ont réfuté les doctrines mercantilistes et ont par la même occasion ouvert la voie à la théorie du commerce international. Plus particulièrement Ricardo par le théorème de « l’avantage comparatif » fondé sur la différence des coûts relatifs.

16L’impact du commerce international sur le développement n’a jamais été mis en doute. De même, nous avons passé en revue les différents théorèmes de base du commerce extérieur : théorie de Stopler-Samuelson, théorie de Heckscher-Ohlin.

17Comme nous avons abordé les concepts, les principes et les bases de la théorie des échanges stratégiques, nous avons établi le cadre théorique de l’étude où nous avons essayé d’évaluer l’impact économique des mesures protectionnistes temporaires appliquées à un secteur spécifique donné, dans le contexte des échanges stratégiques. Évidement, dans les pays industrialisés, le protectionnisme demeure la règle dans divers secteurs.

18Nous avons aussi cherché à mesurer l’impact du comportement commercial dans un marché imparfait liés aux diverses économies développées et en voie de développement ; à évaluer le rôle de l’action gouvernementale en présence des imperfections du marché, puis l’habilité, la rapidité et la capacité d’agir d’une politique économique qui peut être prise comme indicateur de développement.

19Par ailleurs, nous nous sommes posé la question, dans le contexte de la mondialisation qui ne fait qu’accentuer le fossé entre pays développés et le reste du monde, de savoir si l’autogestion peut réduire ou faire disparaître l’inégalité des échanges.

Publication

  • Avec Francesco Maletto, « Formalisation d’un modèle économique durable de la région de FES en relation à son Patrimoine culturel », Publication université de FES (Maroc), octobre 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Habib Idrissi Boussouf, « Mathématiques et statistiques économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 535-537.

Référence électronique

Habib Idrissi Boussouf, « Mathématiques et statistiques économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20789

Haut de page

Auteur

Habib Idrissi Boussouf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals