Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherche sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée – CRPPM

Marie Laroche, François Briois, Béatrix Midant-Reynes, Philippe Boissinot, Gérard Chouquer, Frédérique Durand, Philippe Marinval, Gaëlle Bréand, Vanessa Léa, Jean Vaquer et Maïtena Sohn
p. 657-661

Texte intégral

Marie Laroche, doctorante

Apparition et développement des premières métallurgies en Europe occidentale (IVe-IIIe millénaires avant J.-C.)

1Le séminaire a permis de dresser un état des connaissances sur les modalités et les impacts du développement de la première métallurgie du cuivre. Il ciblait en particulier les techniques d’extraction minière connues et les procédés de transformation des minerais de cuivre.

2Pour bien comprendre le schéma de diffusion, notre développement a pour point de départ les Balkans avec la culture de Vinça et la mine de Rudna Glava en Serbie, exploitée dès le Ve millénaire av. notre ère.

3Avec les cultures de Münchshöfen, de Pfyn et de Mondsee, la métallurgie du cuivre arrive aux portes de l’Europe occidentale dès le début du IVe millénaire av. notre ère. Si les vestiges de l’extraction minière et de la transformation restent rares, la standardisation de certains objets révèle une métallurgie bien implantée et parfaitement maîtrisée. C’est en Espagne et en France que les procédés de transformation sont les mieux appréhendés. Ils se développent durant la seconde moitié du IV millénaire en Espagne du sud et au début du IIIe millénaire en France.

4L’extraction des minerais est réalisée à partir soit d’une percussion directe, soit à partir de l’abattage au feu. Les documents découverts dans le complexe de Cabezo Juré ou à Valencina de la Conception permettent d’identifier la chaîne opératoire de transformation avec des fragments de vase-fours, des lingotières, des tuyères et des objets finis en cuivre.

5Des éléments identiques ont été découverts dans le sud de la France, en particulier dans le district minier de Cabrières-Péret qui mettent en avant des contacts entre ces deux régions.

6Enfin le schéma de diffusion de cette première métallurgie s’achève en Grande-Bretagne où elle apparaît tardivement (seconde moitié du IIIe millénaire av. notre ère) et reste étroitement Née au phénomène campaniforme.

François Briois, maître de conférences
Béatrix Midant-Reynes, directrice de recherche au CNRS

Archéologie des déserts

7Ce séminaire s’est inscrit dans le prolongement de la réflexion commencée les années précédentes autour des questions de la période holocène de l’espace compris entre le Sahara oriental et la vallée du Nil. La thématique a été introduite par Béatrice Midant-Reynes qui a défini le cadre chronoculturel et environnemental du Sahara oriental en dressant un tableau sur l’état le plus actuel de la recherche. La question du pastoralisme et du nomadisme, traité par T. Dachy, a permis d’ouvrir sur des aspects plus théoriques en faisant notamment référence aux modèles connus à l’échelle de l’aire africaine. Le sujet a ensuite été centré sur la région des oasis égyptiens où l’archéologie apporte quelques éléments sur les questions de mobilité ou l’implantation au sol durant le Néolithique. L’actualité des recherches de terrain a été présentée par François Briois sur l’occupation du sol à l’Holocène dans le bassin de Kharga en mettant la focale sur les sites d’habitat actuellement étudiés par notre équipe autour des anciennes sources artésiennes. On peut y observer les nouveaux modes d’adaptation des groupes humains peu avant la période du grand aride qui gagne toute cette région à la fin de l’Holocène. La question des modes de subsistance a pu être éclairée par l’intervention de J. Lesur (Muséum national d’histoire naturelle, Paris) d’après les résultats obtenus des études archéozoologiques des restes de faunes retrouvés en particulier sur le site pré-badarien de KS043.

Philippe Boissinot, maître de conférences
Gérard Chouquer, directeur de recherche au CNRS

Épistémologie de l’archéologie

8Cette première série de séminaires aux thématiques variées visait un rapprochement de l’archéologie et de l’archéogéographie avec les problématiques les plus récentes de l’épistémologie des disciplines et l’ontologie, sans envisager pour l’instant une quelconque construction systématique. Philippe Boissinot s’est interrogé dans une première séance sur la notion de fait archéologique, en analysant son déplacement sémantique et son extension actuelle, vers le contemporain, bien loin de la définition étymologique que retiennent encore les dictionnaires. En replaçant au centre l’opération de mise au jour, qui n’est en rien une mise à jour – la nuance est essentielle et particulièrement significative –, on peut aboutir à une démarcation plus heuristique entre ce qui est archéologique et ce qui ne l’est pas, comme par exemple, dans l’alternative négative, l’enquête policière qui s’insère dans un monde qui est le nôtre, en l’actualisant, et qui n’a pas lieu dans un autre monde. Cette conception du monde empruntée à Francis Wolff, à savoir le réel appréhendé comme un tout ordonné et mis en commun s’avère particulièrement féconde dans ce cas. Gérard Chouquer et Magali Watteaux (ARSCAN, Nanterre) se sont ensuite intéressés à la question de l’inflation disciplinaire qui caractérise le champ des études géohistoriques en pointant quelques nouvelles tentatives de recomposition. La troisième séance a été animée par Gérard Chouquer et Dominique Boullier (Sciences Po, Paris) qui ont tenté d’appliquer le concept de la boussole développé par le second au cadre des études géohistoriques, avec la vertu de mieux ordonner les épistémés et de souligner les termes de référence des disciplines en jeu. Enfin, Gérard Lenclud (CNRS, LAS, Paris) s’est interrogé sur la place à donner à l’archéologie préhistorique à propos de la grande question sur l’origine du langage, apportant quelques réflexions sur le statut épistémologique de cette discipline.

Frédérique Durand, doctorante
Philippe Marinval, chargé de recherche au CNRS

L’agriculture à l’âge du Fer en Gaule et en Europe

9En associant des spécialistes de plusieurs disciplines, le séminaire sur l’arboriculture s’est proposé de donner un regard varié et complémentaire sur cette pratique agricole particulière. L’arboriculture constitue un nouveau cycle de domestication après la révolution néolithique. Son impact sur l’alimentation humaine et sur le paysage est considérable.

10Après un tour d’horizon des premiers fruitiers mis en culture dès le second millénaire avant notre ère dans le monde grec et romain, la présence des fruits cultivés est évoquée en France puis en Espagne où les pépins de vigne sont les emblèmes voire les seuls représentants de l’arboriculture. Ces exemples ont été l’occasion de s’interroger sur la présence de ces restes carpologiques et de tenter de cerner quels sont les arguments en faveur d’une arboriculture locale.

11Le site de la rue Kessler (Ier-IIe siècles de notre ère) à Clermont-Ferrand, étudié par Manon Cabanis (INRAP), illustre par la variété des espèces fruitières qui y sont découvertes les changements dans les traditions alimentaires. Composée auparavant de céréales, de légumineuses et de produits de la cueillette, l’alimentation s’enrichit à l’époque gallo-romaine de fruits (prunes et pêches notamment) et de plantes aromatiques.

12À la croisée entre alimentation et paysage, la palynologie révèle à la fois les évolutions alimentaires, agricoles et les modifications que cela entraîne sur le paysage. La communication de Béatrice Prat (Oxford archaology) montre avec clarté la difficulté de mettre en évidence la pratique de l’arboriculture tout en incitant à poursuivre l’échantillonnage qui peut donner des résultats très probants.

13L’impact sur le paysage est considérable : plantation de vergers et vignobles dont Philippe Boissinot évoque les découvertes de plus en plus fréquentes en France grâce aux grands décapages. Il complète son propos en faisant part de ses nouvelles perspectives de recherche en Grèce et en Italie. Si ces pays semblent être à l’origine de la diffusion de l’arboriculture en Europe occidentale, ils sont les parents pauvres de l’archéologie agraire. Les aménagements en terrasse, présentés par Romana Harfouche, sont le symbole même de l’appropriation du paysage par l’homme.

14L’arboriculture n’est pas un phénomène anodin : sa mise en place traduit des évolutions de goûts et des savoir-faire agricoles. Les produits de cette agriculture alimentent les réseaux d’échange (fruits, boissons, plants). Les impacts de l’arboriculture dépassent donc le simple monde agricole.

Gaëlle Bréand, doctorante
Béatrix Midant-Reynes, directrice de recherche au CNRS

L’Égypte pré- et protodynastique

15L’égypte ancienne est considérée depuis longtemps comme un foyer primaire de création de l’un des premiers états du monde apparu durant le dernier tiers du IVe millénaire av. notre ère. Cependant, les phénomènes qui ont mené à cette forme d’organisation politique et sociale spécifique prennent place à l’intérieur d’un cadre chronologique plus large incluant les processus de néolithisation de la vallée du Nil et des déserts débutant aux alentours du VIe millénaire av. notre ère. Les transformations économiques et sociales induites par l’adoption de l’agriculture et de l’élevage ont ainsi été abordées à partir des données issues des travaux récents qui sont venus bouleverser l’image de la genèse de la civilisation égyptienne.

16Un accent particulier a été mis sur l’émergence de l’écriture hiéroglyphique et la complexification des pratiques funéraires de l’Égypte prédynastique durant le IVe millénaire av. notre ère à travers lesquelles se dégage la figure centrale de Pharaon et la mise en place de la royauté sacrée.

Vanessa Léa, chargée de recherche au CNRS
Jean Vaquer, directeur de recherche au CNRS

La périodisation et les faciès du Chasséen méridional

17L’objectif était de faire un bilan sur les connaissances actuelles concernant la culture du Chasséen, et plus particulièrement, le Chasséen méridional. Depuis le colloque Identités du Chasséen publié en 1991. beaucoup de découvertes ont été réalisées lors de fouilles de sauvetage ou de fouilles programmées et ont permis des avancées considérables dans le domaine. Plusieurs aspects ont donc été abordés : l’économie de subsistance et l’alimentation carnée (Stéphanie Bréhart), les productions céramiques et la sériation chronologique (Cédric Lepère), les grands sites ceinturés (Muriel Gandelin), les spécialisations artisanales et les échanges (Vanessa Léa et Loïc Torchy), ainsi que les pratiques funéraires (Jean Vaquer).

Maïtena Sohn

Pratiques funéraires et société au Néolithique final et au Chalcolithique en Méditerranée occidentale

18Ce séminaire a été centré sur les sépultures collectives du IIIe millénaire av. J.-C. en Europe occidentale et notamment, sur les changements sociaux perceptibles durant cette période à travers les pratiques funéraires.

19L’approche de ces tombes s’est faite à travers trois thèmes principaux : les architectures, les restes humains et les mobiliers sépulcraux. La discussion a porté sur l’interprétation socioculturelle des gestes funéraires et sur la construction des inégalités sociales au Chalcolithique.

Vanessa Léa, chargée de recherche au CNRS

Tracéologie lithique : méthodes, perspectives anthropologiques

20Ce séminaire a été consacré aux analyses techno-fonctionnelles des outillages lithiques en portant la focale sur les aspects méthodologiques et interprétatifs de la tracéologie. La réflexion a porté autour de trois grands axes qui ont été éclairés par la participation de plusieurs spécialistes du domaine (Bernard Gassin, Sylvie Philibert et Loïc Torchy) : méthodologie mise en œuvre dans l’analyse des productions lithiques ; perspectives anthropologiques avec exemples d’application sur les outils lithiques comme éléments du système technique ; et enfin exemples d’application concernant des approches plus larges ayant trait aux organisations spatiales sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Laroche, François Briois, Béatrix Midant-Reynes, Philippe Boissinot, Gérard Chouquer, Frédérique Durand, Philippe Marinval, Gaëlle Bréand, Vanessa Léa, Jean Vaquer et Maïtena Sohn, « Centre de recherche sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée – CRPPM », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 657-661.

Référence électronique

Marie Laroche, François Briois, Béatrix Midant-Reynes, Philippe Boissinot, Gérard Chouquer, Frédérique Durand, Philippe Marinval, Gaëlle Bréand, Vanessa Léa, Jean Vaquer et Maïtena Sohn, « Centre de recherche sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée – CRPPM », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20933

Haut de page

Auteurs

Marie Laroche

Articles du même auteur

François Briois

Articles du même auteur

Béatrix Midant-Reynes

Articles du même auteur

Philippe Boissinot

Articles du même auteur

Gérard Chouquer

Articles du même auteur

Frédérique Durand

Articles du même auteur

Philippe Marinval

Articles du même auteur

Gaëlle Bréand

Articles du même auteur

Vanessa Léa

Jean Vaquer

Articles du même auteur

Maïtena Sohn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals