Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Groupe de sociologie pragmatique et réflexive – GSPR

Francis Chateauraynaud
p. 662-663

Texte intégral

Francis Chateauraynaud, directeur d’études

L’œil de la communauté internationale

1La première séance a été animée par Francis Chateauraynaud qui est revenu sur les conditions d’une sociologie de l’action collective à l’échelle Internationale. En croisant les travaux nord-américains sur les mobilisations et la socio-balistique des causes collectives, il a proposé de modéliser les jeux de forces engagés par toute action menée « au nom de la communauté internationale ». Au cours de la deuxième séance, Jean Foyer, post-doctorant au GSPR a poursuivi l’analyse des relations entre causes locales et controverses globales en exposant ses travaux sur les développements de la dispute autour du maïs transgénique au Mexique – notamment la fameuse affaire Chapela. Poursuivant sur le dossier des OGM, Gilles Tetart (GSPR) a ensuite examiné les procédés de globalisation utilisés par les militants anti-OGM en regardant la manière dont le répertoire argumentatif forgé par l’altermondialisme a été mis à l’épreuve au fil de l’évolution du dossier en France et en Europe. Revenant aux questions de relations internationales à travers le thème de la guerre, Christophe Wasinski (FUNDP, Namur/ULB, Bruxelles) a présenté une analyse des dispositifs de gestion des « dommages collatéraux » par l’armée américaine, avec la caractéristique inhabituelle de devoir « gérer des fantômes », en l’occurrence la présence sur différentes scènes des morts civils en Afghanistan et en Irak. Lors d’une séance très attendue, Rafael Encinas de Munagorri (Université de Nantes) et Olivier Leclerc (Université Paris-Ouest) ont développé leurs réflexions sur les dispositifs d’expertise du GIEC (Groupement d’Experts InterGouvernemental sur l’Évolution du Climat), en montrant comment le contexte polémique créé par le climatoscepticisme, en pleine ascension après l’échec du sommet de Copenhague, se construit en ignorant toutes les procédures de discussion et de validation mises en place depuis les années 1990, et en focalisant l’attention sur les zones d’incertitudes suscitées moins par les connaissance scientifiques que par les jeux d’acteurs liés à la « gouvernance du changement climatique ». Enfin, la dernière séance était placée dans le cadre du programme ECOS NORD, liant le GSPR et l’université del Rosario (Bogota) : Angela Santamaria (Université del Rosario) a exposé la synthèse des travaux récents sur le droit international et l’émergence de la « diplomatie indigène ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Chateauraynaud, « Groupe de sociologie pragmatique et réflexive – GSPR », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 662-663.

Référence électronique

Francis Chateauraynaud, « Groupe de sociologie pragmatique et réflexive – GSPR », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20939

Haut de page

Auteur

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals