Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Géographie

Géographie culturelle

Augustin Berque
p. 109-110

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Augustin Berque, directeur d’études

1. Questions de mésologie. 2. Poétique de la Terre

1Les séminaires ont tourné autour de la même question de fond : comment la vie articule-t-elle, dans les milieux humains, la matière et l’esprit ? Dans le séminaire principal (« La poétique de la Terre »), cette question était posée plus particulièrement sous le rapport de l’histoire naturelle (l’évolution) et de l’histoire humaine. L’un des thèmes abordés, celui des degrés ontologiques de la subjectivité (entre la conscience individuelle, où celle-ci est maximale, et la matière, où elle est nulle ou en tout cas négligeable à l’échelle humaine, il y a tout l’étagement du vivant) a conduit à s’intéresser à l’œuvre du naturaliste japonais IMANI-SHI Kinji, et plus particulièrement à son ouvrage Shutaisei no shinkaron (La subjectité dans l’évolution). Un autre thème important a été celui du tétralemme (une forme de raisonnement en quatre étapes, développée par les logiciens indiens à partir du IIIe siècle après J.-C., enchaînant 1) affirmation, 2) négation, 3) ni affirmation ni négation, 4) à la fois affirmation et négation), à partir de l’ouvrage de YAMAUCHI Tokuryû Rogosu to renma (Logos et lemme). L’hypothèse, en cours d’élaboration, était que l’apparent bond mystique accompli entre les deux premiers lemmes et les deux seconds (en particulier dans le cadre du bouddhisme du Grand Véhicule) correspond à la réalité concrète de tout milieu humain dans la mesure où y intervient nécessairement le symbolique, lequel bafoue le principe d’identité (A y est en même temps non-A, ce qui correspond au 4e lemme). Dans cette hypothèse, l’insubstantialité du champ mésologique, qui est relationnel, correspondrait au 3e lemme (la double négation), condition nécessaire du 4e comme le montre Yamauchi. Ce serait là, entre le sujet et l’objet, ce « troisième et autre genre » (triton allo genos, soit dit en détournant une expression que Platon emploie à propos de la chôra) qu’est la trajectivité, concept central de la mésologie (étude des milieux humains), que la logique de l’identité du sujet ne permet pas de saisir. L’enjeu de cette question, c’est que cette incapacité à saisir l’essence des milieux (pas seulement humains, mais y compris ceux du vivant) est inhérente à la civilisation moderne, et au cœur en particulier de son impasse écologique.

2Le second séminaire a consisté, comme chaque année, à commenter du point de vue de la mésologie des travaux accomplis par les doctorants. Dans les deux autres séminaires, organisés avec Luciano Boi, Augustin Berque a abordé certaines questions corrélatives au thème de son séminaire principal, à partir notamment d’un commentaire de l’article de Georges Canguilhem, « Le vivant et son milieu » (La connaissance de la vie, Paris, Hachette, 1952).

3Avec l’aide de Yoann Moreau, doctorant, l’ensemble de ces séminaires et des travaux connexes a permis la création et l’entretien d’un blog, http://ecoumene.blogspot.com, destiné notamment à maintenir le courant des études mésologiques après le départ du directeur d’études à la retraite (31 août 2011).

Publications

  • Histoire de l’habitat idéal. De l’Orient vers l’Occident, Paris, Le Félin, 2010.
  • Milieu et identité humaine. Notes pour un dépassement de la modernité, Paris, Donner lieu, 2010.
  • (Traduction et glose) « Watsuji Tetsurô, Fûdo », Le milieu humain, Paris, Éditions du CNRS, 2011, 330 p.
  • « Logique des lieux de l’écoumène », Communications, 87, 2010, p. 17-26.
  • « La théorie de la médiance de Watsuji Tetsurô et son actualité », dans Philosophes japonais contemporains, sous la dir. de Jacynthe Tremblay, Presses de l’Université de Montréal, 2010, p. 229-240.
  • « Des fondements ontologiques de la crise, et de l’être qui pourrait la dépasser », VertigO - la revue électronique de l’environnement, vol. 10, n° 1, avril 2010, 16 p.
  • « Des eaux de la montagne au paysage », dans Peurs et plaisirs de l’eau, sous la dir. de Bernard Barraqué et Pierre-Alain Roche, Paris, Hermann, 2010, p. 245-260.
  • « Field and hermeneutics in the case of Japan », Cultural geographies, XVIII (2010), 1, p. 119-124.
  • « Pourquoi cette vogue du fengshui au ХХIe siècle ? », dans Esthétiques de l’espace. Occident et Orient, sous la dir. de Jean-Jacques Wunenburger et Valentina Tirloni, Paris, Mimesis, 2010, p. 149-168.
  • « Légende de Jakbirk aux Aït Mhand », Awal. Cahiers d’études berbères, n° 40-41, 2009-2010, p. 208-211. Repris dans Le 5, allée Jacques-Berque, Nantes, Coiffard, 2011, p. 41-46.
  • « Cosmos malade ? » (propos recueillis par Sven Ortoli), Philosophie magazine, hors série n° 9 : Le cosmos des philosophes, février-mars 2011, p. 38-40.
  • « L’herbe aux cimes de la culture », dans L’Herbe dans tous ses états, sous la dir. de Jean Mottet, Seyssel, Champ Vallon, 2011, p. 49-60.
  • « La révolution industrielle serait-elle une simple question de géographie ? », EspacesTemps.net, avril 2011, 4 p.
  • « Le tsunami, l’atome et les cerisiers », La géographie. Terre des hommes, n° 1540, janvier-mars 2011, p. 7-9.
  • « L’insoutenable habitat idéal », Place publique, mai-juin 2011, n° 27, p. 133-137.
  • « Lassus et la mouvance du DEA Paysage », Manzar, n° 13, mars-avril 2011, p. 59 et p. 64.
  • « À l’école des toupayes », EspacesTemps.net, 16 mai 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 109-110.

Référence électronique

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21003

Haut de page

Auteur

Augustin Berque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals