Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Historiographie

François Hartog
p. 123-124

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Hartog, directeur d’études

Temporalisation du temps

1Le séminaire a traité de deux questions. Tout d’abord, et principalement, s’est poursuivie l’enquête sur la temporalisation du temps, en se focalisant sur la notion, importante et peu étudiée, du simultané du non-simultané. En second lieu, une série de séances ont été consacrées à l’histoire, la mémoire et le récit. Non pas en général, mais à travers le traitement qu’en ont proposés Paul Ricœur et Carlo Ginzburg et, plus précisément encore, en nous montrant attentifs à l’usage qu’ils ont, respectivement, fait d’Aristote dans l’élaboration de leur argumentation.

2Tous deux lui font, en effet, place, mais ils ne s’adressent pas au même Aristote. Ricœur commence par reconnaître d’emblée que « l’impulsion initiale » de Temps et récit est venue de la Poétique. Retient toute son attention « la mise en intrigue élevée par Aristote au rang de catégorie dominante dans l’art de composer des œuvres qui imitent une action ». Ce qui lui permet d’« extraire de la Poétique le modèle de mise en intrigue » qu’il va se proposer « d’étendre à toute composition que nous appelons narrative ». Y compris donc à l’histoire. Pour Ginzburg, s’il connaît bien évidemment les notations de la Poétique sur l’histoire, il est nettement plus préoccupé par la Rhétorique (où est centrale la notion de preuve). Si bien qu’il va jusqu’à soutenir que « l’œuvre où Aristote parle le plus longuement de l’historiographie (ou tout au moins de son noyau fondamental) au sens où nous l’entendons n’est pas sa Poétique mais sa Rhétorique ». Esquisser ce parallèle Ricœur/Ginzburg a été, pour nous, une manière d’aller du linguistic turn à Aristote et d’Aristote au linguistic turn. Bien d’autres étapes mériteraient de retenir l’attention, en repérant les transformations des champs de la rhétorique et de la poétique et en suivant les oscillations de l’histoire entre l’un et l’autre.

3Le temps se temporalise de deux manières : par l’établissement de synchronismes et par des façons de faire place à du simultané du non-simultané. L’histoire, fondamentalement, marche aux synchronismes. Elle vise d’abord à relier, à réunir et à reconnaître, ici et là, du simultané du simultané. Ensuite, à partir des points solides du en même temps que, elle peut, de proche en proche, établir de l’avant et de l’après et du successif, de la diachronie. À partir du IVe siècle avant notre ère, ce souci deviendra une activité, sinon une science, à part entière : la chronographie, où compilations de listes et observations astronomiques viendront se conjuguer. Au IVe siècle après notre ère, Eusèbe de Césarée fera siennes ces anciennes tables, les complétera, les élargira et, surtout, les inscrira dans un cadre chrétien, destiné à durer longtemps, faisant ainsi de la chronographie une chronologie (une raison des temps et une théologie de l’histoire). Les calculs de la date de l’Incarnation et le lent dégagement d’une ère chrétienne entre VIe et XIe siècles peuvent s’envisager comme autant d’efforts pour élaborer une sorte de synchronisme total.

4Les historiens se sont-ils toujours tenus dans le seul temps chronos des synchronismes ? Évidemment, non. À commencer par Hérodote, qui, par sa façon d’user des oracles dans l’économie de ses récits, ménage une place au simultané du non-simultané. Il en va de même des rêves et des visions, des prophéties. L’oracle vient déchirer la trame chronologique mais il permet aussi une reprise : il suspend, brouille, dramatise et relance. C’est à explorer cette préhistoire du simultané (d’Homère au chapitres américains de Montaigne) que nous avons consacré une série de séances, avant de nous interroger sur l’acception chrétienne du simultané du non-simultané, dès lors que tout se joue sur fond d’éternité divine (qui est une sorte de simultanéité généralisée, tota simul) et que s’impose le kairos du temps messianique. C’est avec ce fil que nous avons parcouru les livres de La Cité de Dieu d’Augustin.

5Deux collègues nous ont fait partager leurs interrogations : Lionel Ruffel, maître de conférences à l’Université Paris-VIII/Paris-Nord, sur la notion de « contemporain », questionnées à partir du champ littéraire ; Temistocles Cezar, professeur invité à l’École, sur ses enquêtes d’historiographie brésilienne. Qu’ils en soient remerciés.

Publications

  • Compte rendu, « Jan Assmann : La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques », Europe, 88e année, nos 976-977, 2010, p. 366-368.
  • « Testament, dette et histoire », Approches, n° 143, 2010, p. 37-44.
  • « Polybius and Daniel : Two universal histories, or what does it mean to be contemporary ? », dans Allusion, authoriry, and truth. Critical perspectives on Greek poetic and rhetorical praxis, sous la dir. de Phillip Mitsis, Christos Tsagalls, Berlin-New York, De Gruyter, 2010, p. 401-411.
  • Avec Jacques André, Sylvie Dreyfus-Asséo, François Hartog, Les récits du temps, Paris, Puf, 2010, 132 p.
  • « Times’authority », dans The Western time of Ancient History, Historiographical encounters with the Greek and Roman pasts, sous la dir. d’Alexandra Lianeri, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 33-47.
  • « Plus et moins qu’une discipline : le cas des études classiques », Dossier, Littérature, Histoire, Théorie (LHT), 8, http://www.fabula.Org/​lht/​8/​8dossier/​257-8hartog
  • « Aristote et l’histoire, une fois encore », Critique, Sur les traces de Carlo Ginzburg, n° 769-770, 2011, p. 540-552.
  • Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, traduction en arabe, Beyrouth, 2011.
  • Avec Jacques André, Sylvie Dreyfus-Asséo, Les récits du temps, traduction en espagnol, Buenos Aires, 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Hartog, « Historiographie », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 123-124.

Référence électronique

François Hartog, « Historiographie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21014

Haut de page

Auteur

François Hartog

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals