Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

La discipline au travail

Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu
p. 132-133

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études
Jérôme Bourdieu, directeur de recherche à l’INRA

La discipline au travail. Qu’est-ce que le salariat ?

1Dans la perspective des années précédentes, le séminaire a examiné la question du salaire comme instrument destiné à contrôler et à discipliner le travail selon plusieurs dimensions : l’intensité, la qualité, la fiabilité, la durée de la relation notamment.

2Le point de départ fut la mise en évidence du fait que le travail salarié est un rapport social d’un type particulier dont la construction historique se lit dans les usages du mot même de salaire, d’abord sous forme verbale : salarier ou « salariser », qui associe l’idée de salaire à celle de compenser les peines ou de récompenser l’effort dans le cadre d’une relation de dépendance. On peut voir une élaboration de cette idée dans l’opposition entre le contrat de louage de service et le contrat d’ouvrage, le premier s’appliquant en particulier aux domestiques qui vendent leur peine et leur temps de travail alors que le second s’applique à tous ceux qui peuvent vendre le produit de leur travail. Comme l’a montré Alain Cottereau, c’est l’invention du rapport de subordination qui fait la spécificité du rapport salarial au XIXe siècle. L’analyse des conflits juridiques du XIVe siècle, quand les travailleurs sont en position favorable du fait des grandes pertes démographiques de la Peste noire, montre d’ailleurs bien que la définition de ce qui revient au salarié ne va pas de soi et fait l’objet de contestations qui posent la question des limites entre travail et apprentissage, travail et esclavage, travail et obligation, voire même entre contrat de travail et contrat d’affaire et même d’endettement.

3La question du rôle du salaire dans l’invention de quelque chose qui s’apparente à des carrières salariales pour des ouvriers, qualifiés ou non, a été examinée à partir du cas de l’entreprise Schneider au Creusot. Le salaire lié à une forme de contrat implicite sur la vie entière apparaît comme un moyen de fixer durablement la main d’œuvre. L’emprise d’une relation salariale qui s’applique à une part croissante de la main d’œuvre dans un cadre qui tend à s’uniformiser accentue ainsi l’importance des formes de négociations macro-économiques du salaire (et plus généralement des conditions de travail). On peut en voir l’expression dans la montée des conventions collectives en France.

4Le séminaire s’est ensuite développé selon plusieurs pistes qui témoignent de la plasticité ou de la diversité que peut revêtir la relation salariale une fois devenue une forme sociale dominante. La main d’œuvre agricole est à ce titre une question intéressante car elle constitue longtemps une part considérable du travail salarié et, pourtant, elle se tient à l’écart de la standardisation en cours du salariat ouvrier. Une des raisons tient à son caractère saisonnier et aux formes exacerbées de concurrence dont elle est l’occasion à la fois entre les emplois industriel et agricole et au sein de l’emploi agricole. La mobilisation en temps de guerre du travail salarié, en particulier féminin, nous a également intéressé car elle prouve que la question du salaire ne dit pas tout, l’organisation du commandement dans les usines d’armement constituant un élément central.

5Par ailleurs, l’analyse de la Mita, forme d’organisation du travail dans les mines de Bolivie et du Pérou qui repose sur une forme extrême de salariat, a permis de mieux comprendre pourquoi les procédures anciennes de mobilisation de la main d’œuvre exercent des effets très persistants puisqu’ils continuent à agir plusieurs siècles plus tard (comme le montre Mélissa Dell dans « The Persistent Effects of Peru’s Mining Mita », Econmetrica 2011). L’invention de la relation salariale se fait dans la durée et selon des chronologies très longues.

6Enfin, les formes actuelles de délitement de la société salariale ont été scrutées sous plusieurs angles. Ce qui ne préjuge pas de la disparition de toute structure collective forte d’organisation du travail salarié comme l’a montré Sébastien Chauvin dans la présentation de son ouvrage Les agences de la précarité. L’embauche de travailleurs en situation de très grande vulnérabilité (sans qualification, sans papiers, sortis de prison) est ainsi organisée de manière à constituer une main d’œuvre totalement flexible et disponible de manière permanente et pourtant à la marge d’une forme de relation salariale durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu, « La discipline au travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 132-133.

Référence électronique

Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Jérôme Bourdieu, « La discipline au travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21020

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Alain Dewerpe

Articles du même auteur

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Jérôme Bourdieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals