Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Temps et histoire : normes, concepts, expériences

Sabina Loriga, Olivier Abel, Stefano Bory, David Schreiber et Isabelle Ullern-Wéité
p. 133-134

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sabina Loriga, directrice d’études
Olivier Abel, professeur à la Faculté libre de théologie protestante de Paris
Stefano Bory, chercheur à l’Université Federico II de Naples
David Schreiber, professeur agrégé à l’ENS
Isabelle Ullern-Wéité, directrice adjointe du Centre de formation professionnelle Initiatives

Temps, mémoires, histoire

1Notre point de départ a été le diagnostic sur la crise du grand récit, proposé par Jean-François Lyotard dans La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979. Nous avions déjà eu l’occasion de réfléchir sur ce diagnostic au cours de l’année 2008-2009, lorsque nous avions cherché à historiciser ces questions, en nous interrogeant sur les précédents de cette crise - à savoir sur les germes de « délégitimation » et de nihilisme qui étaient inhérents aux grands récits du XIXe siècle, et qui avaient multiplié les images d’engourdissement, paralysie, et mutisme.

2Cette année, nous avons abordé les suites de cette crise. Est-ce que le 11 septembre a provoqué un retour du grand récit ? En particulier, est-ce que le récit de l’émancipation a été remplacé par celui de l’effondrement - d’une époque ou d’une civilisation ?

3Plutôt que de développer des réponses générales, nous avons cherché à « décliner le déclin » (cf. Stanley Cavell) : à savoir, creuser les décalages et les variations entre les différentes figures de la fin (éboulement, écroulement, dévastation). À cette fin, nous avons discuté, en particulier, les textes suivants : Jürgen Habermas, Jacques Derrida, Le « Concept » du 11 septembre. Dialogues à New York (octobre-décembre 2001) avec G. Borradori, Paris, Galilée, 2003 ; Judith Butler, « Violence, deuil et mélancolie » (2001), dans Vie précaire ; les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001, Paris, Amsterdam, 2003 ; John Carroll, The Wreck of Western Culture : Humanism revisited [1993], Wilmington, Delaware, Isi Books, 2008. Il est apparu que, tandis que Habermas et Derrida continuent de référer un horizon critique de conscience historique, paradoxalement Judith Butler semble plus ancrée dans un monde arraché à l’orbe de l’histoire. En revanche, pour les trois philosophes exposés à la violence du terrorisme et de « l’appel à la guerre », la question demeure politiquement celle, moderne, de déterminer comment penser une démocratie de l’hospitalité (Derrida, Butler), une pacification critique (Habermas, Derrida) ou sensible (Butler avec le deuil) du politique, face à l’exigence éthique des « vies précaires » considérées dans leur socialité ordinaire.

4Comme lors de l’année précédente, nous avons poursuivi cette réflexion en lien avec le travail de l’Atelier international sur les usages publics du passé. Dans ce cadre, un certain nombre de participants au séminaire (Jean-François Bonhoure, Alessia Pedio) ont activement contribué à signaler et analyser des affaires qui ont mobilisé les opinions publiques sur des objets d’histoire. Nous avons pu également bénéficier des contributions de Angela Mengoni (Université de Bâle) sur Muriel d’Alain Resnais, ainsi que de Ophir Lévy et de Damien Marguet (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) qui ont présenté l’ouvrage collectif Théâtres de la mémoire. Mouvement des images (Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010). Ces interventions ont mis en lumière les façons dont, en mobilisant l’imaginaire, le cinéma modifie les frontières entre mémoire et histoire.

Publications

Sabina Loriga

  • О pequeno x. Da biografia à historia, Belo Horizonte-São Paulo, Autêntica, 2011, p. 1-231.
  • « Autour du film L’autobiographie de Nicolae Ceauşescu, d’Andrei Ujică (2010) », dans Usages publics du passé, 2011, http://ehess.dynamiques.fr/​usagesdupasse
  • « L’histoire mode de vie. Réflexions autour de Hannah Arendt et Šiegfried Kracauer », dans Penser l’histoire, sous la dir. de Christophe Bouton et Bruce Bégout, Paris, Éditions L’Éclat, 2011, p. 211-226.
  • « Negli interstizi della storia », dans Microstoria. A venticinque anni da L’eredità immateriale, sous la dir. de Paola Lanaro, Milan, Franco Angeli, 2011, p. 69-78.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, Olivier Abel, Stefano Bory, David Schreiber et Isabelle Ullern-Wéité, « Temps et histoire : normes, concepts, expériences », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 133-134.

Référence électronique

Sabina Loriga, Olivier Abel, Stefano Bory, David Schreiber et Isabelle Ullern-Wéité, « Temps et histoire : normes, concepts, expériences », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21021

Haut de page

Auteurs

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Olivier Abel

Articles du même auteur

Stefano Bory

Articles du même auteur

David Schreiber

Articles du même auteur

Isabelle Ullern-Wéité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals