Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Histoire visuelle

André Gunthert
p. 136-137

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Gunthert, maître de conférences

1. Esthétique de l’image numérique

1Le séminaire a permis de boucler l’enquête entamée en 2005 sur la transition numérique de la photographie. Trois chantiers principaux ont alimenté les travaux : veille sur la presse en ligne, étude des figures de la fluidité, définition d’une culture de l’appropriation.

2L’étude des pratiques visuelles de la presse en ligne a permis de préciser le constat d’une accélération du déplacement des pratiques illustratives de la tradition photodocumentaire vers l’exploitation graphique. Caractérisés par la déprofessionnalisation, des budgets en baisse et de fortes contraintes de lisibilité, accentuées par la déstructuration de la navigation et le caractère pluriel des formats, les usages de l’image en ligne favorisent une pratique pauvre, bien représentée par la multiplication des vignettes et le recours à l’image pour des fonctions signalétiques.

3L’enquête sur les figures de la fluidité, favorisées par la dématérialisation de l’image, l’appropriation vidéoludique et le succès de l’interface Multitouch de l’iPhone ou l’iPad, a permis de dégager les traits d’un nouvel imaginaire des formes visuelles. Perçue comme l’interface modèle, la manipulation des images prend les allures d’un pouvoir illimité sur les représentations. La liquidité des contenus audiovisuels en fait les prototypes des nouvelles circulations appropriatives en ligne.

4La critique de la « révolution des amateurs », modèle interprétatif privilégié de la transition numérique, a logiquement débouché sur une étude plus approfondie des pratiques de consultation du web. Cette observation a conduit à la caractérisation d’une culture de l’appropriation, principale forme des usages en ligne. La dématérialisation des contenus apportée par l’informatique et leur diffusion universelle par internet confère aux œuvres de l’esprit une fluidité qui déborde tous les canaux existants. Alors que la circulation réglée des productions culturelles permettait d’en préserver le contrôle, cette faculté nouvelle favorise l’appropriation et la remixabilité des contenus en dehors de tout cadre juridique ou commercial. Dans le contexte globalisé de l’économie de l’attention, l’appropriabilité n’apparaît pas seulement comme la caractéristique fondamentale des contenus numériques : elle s’impose également comme le nouveau paradigme de la culture post- industrielle.

5L’étude des effets de la transition numérique se poursuit, mais sous une forme qui sera désormais pleinement intégrée à l’analyse des pratiques culturelles, dans le cadre du séminaire « Mythes, images monstres ».

2. Mythes, images, monstres

6La session 2010-2011 du séminaire a d’abord été consacrée à approfondir la notion de culture populaire, progressivement reconfigurée par les industries culturelles durant la période contemporaine. Le caractère industriel explique la production de représentations consensuelles largement diffusées, qui nourrissent aussi bien les nationalismes que les campagnes de santé publique.

7L’accent mis sur la détermination médiatique comme creuset d’une opinion commune a permis de dégager le rôle fondamental de la construction critique, médiation à fonction prescriptive, dont le principe majeur est que la valeur d’une œuvre constitue une réalité objective, dont l’interprétation doit faire consensus et la signification s’imposer à la société.

8Plutôt que de cantonner l’analyse culturelle à la projection des significations, dans la continuité du modèle critique, il paraît plus pertinent de prendre en considération l’ensemble formé par l’œuvre et sa réception, dont la construction interprétative fait partie intégrante. Les pratiques culturelles apparaissent dès lors comme le théâtre de la production des significations, qui constitue le véritable objet de la recherche.

9La poursuite de l’analyse des pratiques iconographiques de la presse a par ailleurs fait apparaître la notion d’usage illustratif du document photographique. En combinaison avec le titre d’article, l’image fournit un outil de qualification de l’information, élément essentiel de la narratologie journalistique.

Publications

  • « L’œuvre d’art à l’ère de son appropriabilité numérique », Les Carnets du BAL (actes coll.), n° 2, octobre 2011, p. 136-149.
  • « History as guerrilla. The discourse and pragmatics of the photographie archive », dans The Archive as Project (actes coll.), sous la dir. de Krzysztof Pijarski, Varsovie, Archeologia Fotografii, 2011, p. 79-91.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Gunthert, « Histoire visuelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 136-137.

Référence électronique

André Gunthert, « Histoire visuelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21023

Haut de page

Auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals