Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle

Roger Chartier
p. 139-142

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études

Comment lire un texte ? Perspectives critiques

1Le séminaire, intitulé « Comment lire un texte ? Perspectives critiques » avait pour but de présenter et discuter différentes propositions de lecture des textes, qu’ils soient tenus pour « littéraires » ou non. Cette réflexion a été conclue par l’examen du chiasme qui a caractérisé les relations entre histoire et littérature. Celle-ci a pu affirmer au XIXe siècle, dans la forme du roman, qu’elle était la véritable histoire, prenant en charge la description de la société tout entière, en un temps où l’histoire des historiens s’attachait aux grands hommes, aux événements, aux jeux de pouvoir - les trois « idoles » plus tard dénoncées par Simiand. À la charnière du XXe siècle, les rôles se sont inversés lorsque l’histoire est devenue histoire des masses, des nations, du monde social, abandonnant à la littérature la connaissance des singularités, de l’individuel, de la différence. Cette revendication a été suivie dans le séminaire depuis les Vies imaginaires de Marcel Schwob, libérées de l’exigence de vérité pour mieux « rendre individuel ce qu’il y a de plus général » et pour saisir les « existences uniques des hommes, qu’ils aient été divins, médiocres, ou criminels », jusqu’à leurs multiples postérités : les biographies de l’Histoire universelle de l’infamie de Borges, les « vies des hommes infâmes » de Foucault ou les « vies minuscules » de Pierre Michon.

2L’attention a porté également sur les manières dont la fiction s’empare, non pas du passé comme dans le roman ou le théâtre « historique », mais des marques distinctives du récit d’histoire, tendu vers la représentation du passé tel qu’il fut. L’appropriation par des récits d’imagination des procédures, documents et preuves de l’histoire, entendue comme discipline de connaissance, a été observée dans le Jusep Torres Campalans de Max Aub, La littérature nazie en Amérique de Roberto Bolaño et les deux ouvrages de Pascal Quignard, Les tablettes de buis d’Apronemia Avita et Albucius.

3Dans les séances précédentes, le séminaire a interrogé l’historicité même de la notion de « littérature » en l’inscrivant dans un ordre des discours fondé sur l’individualisation d’écriture, l’originalité des œuvres et la canonisation de l’auteur. L’articulation de ces trois notions, décisive pour la définition de la propriété littéraire, ne trouvera une forme achevée qu’à la fin du XVIIIe siècle, à l’époque du sacre de l’écrivain, de la fétichisation du manuscrit autographe et de l’obsession pour la main de l’auteur, devenue garante de l’authenticité de l’œuvre. L’économie de l’écriture ainsi définie rompt avec celle, dominante à la Renaissance, qui reposait sur de tout autres pratiques : l’écriture en collaboration, exigée par les protecteurs, les troupes ou les entrepreneurs de théâtre ; le réemploi d’histoires déjà racontées, de lieux communs partagés, de formules consacrées, ou encore, les continuelles révisions ou nombreuses continuations d’œuvres toujours ouvertes. C’est avec cette manière d’écrire les fictions que Shakespeare a composé ses pièces et que Cervantès a écrit Don Quichotte.

4L’indiquer n’est pas oublier que, pour l’un et l’autre, commence très tôt la canonisation de l’écrivain qui fait de son œuvre un monument. Mais ce processus va de pair jusqu’à la fin du XVIIIe siècle avec la forte conscience de la dimension collective de toutes les productions textuelles (et pas seulement théâtrales) et la faible reconnaissance de l’écrivain comme tel. Ses manuscrits ne méritent pas conservation, ses œuvres ne sont pas sa propriété et ses expériences ne nourrissent aucune biographie littéraire, mais tout au plus des recueils d’anecdotes. Il en va autrement lorsque l’affirmation de l’originalité créatrice entrelacerà l’existence et l’écriture, situera les œuvres dans la vie et reconnaîtra celle-ci dans celles-là.

5Plusieurs séances ont ensuite présenté les fondements et pratiques de trois approches critiques, toutes trois nées dans le contexte des études littéraires développées aux États-Unis et liées les unes aux autres par une relation critique : le New Criticism, la New Bibliography et le New Historicism. Une attention particulière a été donnée à la critique du New Criticism menée par D.F. McKenzie, lui reprochant son ignorance des modalités matérielles d’inscription des textes, partant, son incompréhension des processus et des agents qui participent de la production de leurs significations. Une lecture critique de la biographie de Shakespeare par Stephen Greenblatt, Will in the World, a permis de faire retour sur la tension, voire la contradiction entre, d’une part, les exigences de toute biographie, qui supposent la mise en œuvre des concepts clés d’un ordre des discours littéraires, fondées sur l’individualisation de l’écriture et la relation étroite entre la vie et les œuvres, et, d’autre part, les conditions mêmes de la composition des pièces de théâtre dans l’Angleterre élisabéthaine, qui mobilisent la collaboration (même pour Shakespeare), le réemploi (des histoires, des formules, des costumes) et les lieux communs - alors sublimes.

6Le directeur d’études a présenté ses recherches dans des conférences données à la Bibliothèque Nationale de la Diète de Tokyo, à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, à l’Institut Universitaire Européen, aux Université San Martin et Tres de Febrero à Buenos Aires, à la Foire internationale du livre de Guadalajara, à l’Université Charles à Prague et au Cankarjem Dom à Ljubljana. Il a présenté des communications au Congrès International des Sciences Historiques tenu à Amsterdam et dans le cours d’été de la Fundación Botín à Santander, « Historia y formas de la curiosidad » et a donné des séries de séminaires dans le cadre d’enseignements à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro et à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie.

Publications

  • Cardenio entre Cervantès et Shakespeare. Histoire d’une pièce perdue, Paris, Gallimard, 2011.
  • Na Okraji Utesu, Prague, Pavel Mervart, 2010.
  • ¿La muerte del libro ?, Santiago du Chili, LOM Ediciones, 2010.
  • Avec Pierre Bourdieu et Carlo Ginzburg, Sociologija, zgodovina, knjizevnost, Ljublana, Studia Humanitatis, 2011.
  • Avec Pierre Bourdieu, O sociólogo e o historiador, Belo Horizonte, Autêntica, 2011.
  • « L’histoire moderne », dans Les historiens français à l’œuvre, 1995-2010, sous la dir. de Jean-François Sirinelli, Pascal Cauchy et Claude Gauvard, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 61-72.
  • « Del códice a la pantalla : trayectorias de lo escrito » et « Materialidad del texto, textualidad del libro », dans Circulaciones : trayectorias del texto literario, sous la dir. d’Adriana de Teresa Ochoa, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, 2010, p. 17-30 et p. 31-46.
  • « Livres parlants et manuscrits clandestins. Les voyages de Dyrcona », dans Reading and censorship in early modem Europe, sous la dir. de María José Vega, Julian Weiss et Cese Esteve, Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona, Studia Aurea Monográfica, 2010, p. 201-222.
  • « ¿Tienen orígenes las revoluciones ? La Ilustración, la Revolución francesa y las independencias americanas », dans La Revolución francesa ¿matriz de las revoluciones ?, Mexico, Universidad Iberoamericana, 2010, p. 15-51.
  • « L’écrit et le numérique sont-ils condamnés à s’exclure l’un l’autre ? », dans Livre & numérisation/Knjiga S Digitalizacija, Ljubljana, Institut français Charles Nodier, 2011, p. 169-180.
  • « France and Spain », dans The Oxford history of popular print culture, vol. 1, Cheap Print in Britain and Ireland to 1660, sous la dir. de Joad Raymond, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 175-186.
  • « Latenz, Gedächtnis und Vergessen. Cervantes, Borges, Ricoeur », dans Latenz. Blinde passagiere in den geisteswissenschaften, sous la dir. d’Hans Ulrich Gumbrecht et Florian Klinger, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, p. 65-80.
  • « Kulturgeschichte zwischen repräsentationen und praktiken », dans Moderne historiker. Klassische texte von Voltaire bis zur gegenwart, sous la dir. de Fritz Stern et Jürgen Osterhammel, Munich, CH. Beck, 2011, p. 423-426.
  • « ¿La muerte del libro » et « La biblioteca entre herencias y futuro », dans Textos, autores y bibliotecas. 190 años de la Biblioteca Mayor de la UNC, sous la dir. de Rosa M. Bestani, Paulina Brunetti, Ana M. Martinez de Sánchez, M. Cristina Vera de Flachs, Córdoba, Universidad Nacional de Córdoba, 2011, p. 17-25 et p. 59-67.
  • « George Dandin, ou le social en représentation », dans Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, sous la dir. de Bernard Lahire, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2011, p. 487-536.
  • « Uma trajetória intelectual : livros, leituras, literaturas », « O passado no presente. Ficção, história e memória », « Materialidade e mobilidade dos textos. Dom Quixote entre livros, festas e cenários », et « Aula inaugural do Collège de France », dans Roger Chartier. A força das representaçöes : história e ficção, sous la dir. de João Cezar de Castro Rocha, Chapecó, Argos, 2011, p. 31-53, p. 95-123, p. 173-200 et p. 249-285.
  • « Escutar os mortos com os olhos », Estudos Avancados, vol. 24, n° 69, 2010, p. 7-30.
  • « Literature and textual mediations : Pauses and pitches in early modem texts », Primerjalna knjizevnost, Ljubljana, 33. 2, 2010, p. 177-191.
  • « Die hand des autors. Literaturarchive, kritik und édition », Jahrbuch der Deutschen Schillergesellschaft, LIV, 2010, p. 496-511.
  • « Aprender a leer, leer para aprender/Aprender a ler, ler para aprender », Ler-Leitura em revista, n° 2, avril 2011, www.leituraemrevista.com.br, p. 144-162.
  • « Historicité des textes et lisibilité des œuvres », Ecdotica, n° 7, 2010, p. 77-88.
  • « Préface. Les paradoxes de l’écriture », Préface à Fernando Bouza, Hétérographies. Formes de l’écrit au Siècle d’Or espagnol, Madrid, Casa de Velázquez, 2010, p. IX-XV.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 139-142.

Référence électronique

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21025

Haut de page

Auteur

Roger Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals