Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire sociale et démographie

Histoire des sociétés européennes, XIXe-XXe siècles. Liens, réseaux, configurations

Maurizio Gribaudi, Hervé Le Bras, Luciano Boi, Patrice Ceccarini et Michèle Riot-Sarcey
p. 147-148

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurizio Gribaudi, Herve Le Bras, directeur d’études
Luciano Boi, maitre de conférences
Patrice Ceccarini, architecte

Morphologies : des sciences sociales à l’architecture et aux sciences du vivant

1La morphologie n’est ni une science particulière, ni un savoir local, mais un mode d’approche général que l’on retrouve dans presque toutes les disciplines. Très grossièrement, elle part de la supposition que le tout est plus que la somme de ses parties, non pas qu’une essence ou une substance mystérieuse s’y logerait mais parce que les liens entre les parties comptent plus que les parties. Le fondateur reconnu de la morphologie, Wolfgang Goethe a illustré cette approche dans sa théorie des couleurs qui fut moquée à l’époque en comparaison de la théorie physique de Newton mais qui prit sa revanche en inspirant physiciens et peintres des deux siècles suivant : la couleur n’est pas une propriété de l’objet qui la reçoit, mais le résultat de l’ensemble des couleurs présentes autour d’elle. Des expériences de Goethe, de Fresnel, de Johannès Itten au Bauhaus permettent de le vérifier. Le séminaire de morphologie cherche donc à illustrer la nature pluridisciplinaire de la morphologie en faisant dialoguer des mathématiciens, historiens, spécialistes des sciences sociales, biologistes, physiciens, architectes, philosophes et d’autres disciplines.

2Cette année, les séances du séminaire ont confirmé la vitalité et l’ampleur que prend la morphologie. Sont en effet intervenus : René Cecena, historien à l’Universitad de las Americas (Mexique) sur « Du sujet ontologique au sujet de la connaissance : les morphologies de l’espace dans la construction de la pensée moderne - XVIe-XVIIe siècles » ; Augustin Berque, géographe et philosophe à l’EHESS avec « Poétique naturelle et poétique humaine » ; Dominique Lambert, physicien à l’Université de Namur sur « La pensée morphologique et l’auto-organisation biologique de d’Arcy Thomson à René Thom » ; Paola Giacomoni, historienne de l’art à l’Université de Trente sur « Morphologie et esthétique » ; Jean-Claude Bonne, historien de l’art à l’EHESS sur « Esthétique et énergétique : à propos de l’installation de Neto “Léviathan-Toth” au Panthéon au festival d’automne 2006 » ; Marc Chemillier, mathématicien et ethno-musicologue à l’EHESS sur « Formes musicales et mathématiques naturelles ».

3Avant cette série de conférences, le collectif des responsables du séminaire avait organisé une rencontre d’une journée et demie à la Maison des Sciences de l’Homme, et avec le soutien de cette dernière, sur les questions de morphologie dans les sciences et les arts avec, notamment, des interventions de Franco Moretti de l’Université de Stanford, de Federico Vercellone de l’Université de Turin et de Maria Filomena Molder de l’Universita Nova de Lisbonne. Avec ces intervenants il a été décidé de créer un groupe international d’études morphologiques dont les prochaines rencontres sont programmées au quatrième trimestre 2011 à Lisbonne et à Turin.

Maurizio Gribaudi, Herve Le Bras, directeur d’études
Michele Riot-Sarcey, professeur à l’Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis

Repenser le XIXe siècle

4Tout comme les années précédentes, le séminaire s’est poursuivi à l’aide d’une lecture critique du Paris capital du 19e siècle, le livre des passages de Walter Benjamin, livre fondamental mais difficile que désormais les étudiants maîtrisent beaucoup mieux. Avec nos invités (Maria-Filomena Molder, Jacques Guilhaumou, Philippe Ivernel, Andrea Lanza, Irving Wolhfarth, Michele Toss, Quentin Deluermoz, Jacques Rougerie), nous avons cherché à cerner la spécificité de la modernité de la première moitié du XIXe siècle. Nous avons pu ainsi redécouvrir des pans entiers de cette partie du siècle très largement oubliée.

5Le public, pour l’essentiel composé d’étudiants de doctorat et de master de Michèle Riot-Sarcey et de Maurizio Gribaudi s’est élargi à d’autres masterants venant de Paris-I/Panthéon-Sorbonne, principalement, de l’ENS Ulm et de l’EHESS. Chacun d’entre eux a manifesté son intérêt à partir du questionnement sur la modernité que nous avons introduit en termes interdisciplinaires. Mais la passion grandissante envers les ouvertures que permet Benjamin a suscité, croyons-nous, quelques vocations pour une lecture approfondie de cet immense penseur de l’histoire.

6À l’issue de ce cycle de travail sur le Livre des Passages, nous organisons un colloque en 2013, sur Benjamin et l’histoire. Nous y retrouverons nombre de nos étudiants et les chercheurs qui avaient proposé les interventions les plus remarquables dans notre séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurizio Gribaudi, Hervé Le Bras, Luciano Boi, Patrice Ceccarini et Michèle Riot-Sarcey, « Histoire des sociétés européennes, XIXe-XXe siècles. Liens, réseaux, configurations », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 147-148.

Référence électronique

Maurizio Gribaudi, Hervé Le Bras, Luciano Boi, Patrice Ceccarini et Michèle Riot-Sarcey, « Histoire des sociétés européennes, XIXe-XXe siècles. Liens, réseaux, configurations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21029

Haut de page

Auteurs

Maurizio Gribaudi

Articles du même auteur

Hervé Le Bras

Articles du même auteur

Luciano Boi

Articles du même auteur

Patrice Ceccarini

Articles du même auteur

Michèle Riot-Sarcey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals