Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle

Serge Gruzinski
p. 186

Texte intégral

Serge Gruzinski, directeur d’études

Mexique et Chine au XVIe siècle

1Le séminaire a été employé à poursuivre la recherche consacrée à l’histoire comparée et connectée de la Chine et du Mexique au XVIe siècle. Dans un ouvrage précédent, Quelle heure est-il là-bas ? (Éd. du Seuil, 2008), nous nous étions interrogé sur la nature des liens qui se sont tissés dès le XVIe siècle entre le Nouveau Monde et le monde musulman. Dès cette époque ces régions du globe ont été confrontées aux premiers effets de l’expansion européenne. Colomb était persuadé que sa découverte fournirait l’or avec lequel les chrétiens reprendraient Jérusalem et vaincraient l’islam. L’empire ottoman, de son côté, s’inquiétait de voir un continent inconnu du Coran et des savants de l’islam livré à la foi et à la rapacité des chrétiens. Comment saisir la mondialisation qui a fait progressivement du globe la scène d’une histoire commune sans considérer ce qui s’est joué entre Islam, Europe et Amérique. Mais était-ce suffisant ? Si l’adjonction d’une quatrième partie du monde est l’acte de naissance de la mondialisation ibérique, l’irruption de la Chine sur les horizons européens et américains constitue un autre bouleversement qui ne saurait non plus passer inaperçu. Qu’elle ait été, à quelques années près, contemporaine de la découverte du Mexique aurait dû pourtant attirer notre attention, si nous n’avions trop longtemps borné notre regard aux terres américaines.

2Au XVIe siècle, à deux reprises les Ibériques ont envisagé de conquérir la Chine. Mais leur désir ne s’est jamais réalisé. « La guerre de Chine n’aura pas lieu », pour paraphraser le titre de la célèbre pièce de Jean Giraudoux. On s’est interrogé sur ce que nous enseignent ces velléités de conquête, contemporaines de la colonisation des Amériques et d’une exploration progressive de l’océan Pacifique. Chine, Pacifique, Nouveau Monde et Europe ibérique sont les protagonistes de l’histoire qui surgit de leur rencontre et de leur affrontement. Une histoire qui se résume en une simple formule : dans le même siècle les Ibériques ratent la Chine et réussissent l’Amérique. Nul doute que ce qui s’est passé - ou ne s’est pas passé - au XVIe siècle fait partie intégrante de notre présent. C’est en travaillant ces pistes que nous avons tenté de montrer, une nouvelle fois, ce que pourrait être une histoire globale de la Renaissance.

3Au cours de l’année, Louise Bénat-Tachot (Université Paris-Sorbonne) a apporté de précieux aperçus sur les processus de mondialisation au XVIe siècle tandis que Alessandra Russo (Université Columbia) a développé son projet de recherché qui remet en cause l’eurocentrisme de l’histoire de l’art et dégage la manière dont les rencontres et les chocs du XVIe siècle ont accouché de nouvelles catégories esthétiques. Sanjay Subrahmanyam (UCLA) a envisagé la question des renégats en Inde et des espaces intermédiaires entre la domination ibérique et les autres empires, en liaison avec nos travaux sur Fernão Mendes Pinto et le destin des Portugais en Chine dans la première moitié du XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 186.

Référence électronique

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21058

Haut de page

Auteur

Serge Gruzinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals