Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne et Histoire sociale et économique de la Chine moderne

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will
p. 190-191

Texte intégral

Christian Lamouroux, Pierre-Etienne Will, directeurs d’etudes

Curiosité savante, culture politique et sociabilité lettrée dans le Mengxi bitan de Shen Gua (1031-1095)

1Le Mengxi bitan, auquel nous avions déjà consacré une série de séminaires collectifs, est considéré comme un des exemples les plus achevés de « Notes au fil du pinceau », un genre qui connut une expansion générale sous les Song (960-1279). Éminent lettré appelé à occuper les postes les plus élevés dans l’administration centrale et à gouverner une zone frontalière stratégique, avant de connaître la disgrâce et l’exil à la suite de plusieurs désastres militaires, Shen Gua a incarné les plus hautes valeurs intellectuelles de son temps, tout en étant au cœur des réformes politiques qui ont fait du XIe siècle l’une des périodes les plus complexes et les plus controversées de l’histoire chinoise. Sa curiosité encyclopédique, qui va des mathématiques à la médecine, de l’astronomie aux curiosités physiques inexpliquées, de la philologie à l’histoire des institutions, a fait de lui un lettré exemplaire - et donc l’un des plus étudiés aujourd’hui. De fait, son recueil de notes est susceptible de nous introduire au cœur des préoccupations intellectuelles des grands lettrés fonctionnaires, de nous donner à comprendre les formes de sociabilité que les membres de cette élite développaient à distance grâce aux échanges et à la propagation d’informations et à la circulation de savoirs de toute nature, et de mieux saisir ce souci aigu de distinction qui leur permettait d’assurer leur hégémonie sociale.

2La notoriété du texte et l’intérêt éprouvé pour l’exercice de la lecture collective ont permis de réunir régulièrement au sein du séminaire des étudiants de master et des doctorants, ainsi que plusieurs collègues rattachés à diverses unités de recherche sur la Chine. Après avoir rappelé l’évolution des regards portés sur l’œuvre de Shen et les orientations les plus récentes des études sur le sujet, nous avons discuté de la transmission du texte parvenu jusqu’à nous grâce à un exposé de Joël Brenier. Le séminaire a ensuite été consacré à la lecture systématique du premier chapitre du Mengxi bitan, qui porte sur les « précédents et usages » (gushi). Chaque anecdote traduite a été replacée dans son contexte précis, que nous avons longuement examiné. Le résultat de nos réflexions apparaît dans le commentaire joint à la traduction en vue de la publication que nous préparons. Plusieurs thèmes ont été ainsi abordés : la mise en évidence par Shen Gua d’usages et de rituels de cour hérités des Tang (618-907), permettant d’affirmer une continuité institutionnelle jusqu’aux Song, en gommant pour ainsi dire les ruptures importantes consécutives à la dislocation de l’empire des Tang et surtout aux bouleversements imposés par les pouvoirs militaires des Cinq dynasties (907-960) ; la circulation des informations, en particulier grâce au développement du corps des Académiciens du Hanlin, devenus un véritable cabinet de conseillers installés au sein même du Palais intérieur ; la prégnance des usages vestimentaires et de la culture matérielle non Han en Chine du Nord ; les techniques matérielles employés dans les bureaux de l’historiographie pour mettre au net les copies des textes.

3Dans le cadre du séminaire, Hilde de Weerdt (Université d’Oxford) a présenté un exposé intitulé « Les Notes au fil du pinceau : le grand essor des Song ». Elle a analysé la production imprimée et la diffusion de ces textes privés et présenté, à partir du Huizhulu de Wang Mingqing (1127-après 1214), un exemple des réseaux d’information qu’il est possible de reconstituer grâce à une analyse quantitative des sources citées par Wang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne et Histoire sociale et économique de la Chine moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 190-191.

Référence électronique

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne et Histoire sociale et économique de la Chine moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21065

Haut de page

Auteurs

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals